Le Brésil

Qu’est-ce que le MESECVI et comment ça marche ?

Le Brésil est signataire d’une série de traités internationaux sur le sujet des droits de l’homme et ces adhésions génèrent une série d’obligations pour les États membres afin de garantir l’application et le respect de l’accord.

Concernant les droits des femmes, on peut citer la ratification de deux conventions internationales importantes par l’État brésilien : la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1979 ; et la Convention de Belém do Pará, adoptée par l’Assemblée générale de l’OEA en 1994.

En ce qui concerne la première convention, un comité, dit Comité CEDAW (acronyme de la Convention) a été créé, qui est chargé de veiller à l’application de la Convention. En ce qui concerne le deuxième traité, un mécanisme de suivi, connu sous le nom de MESECVI, a été créé et joue ce rôle important dans l’hémisphère américain.

MESECVI est l’acronyme espagnol de « Mécanisme de suivi de la Convention de Belém do Pará », et en portugais signifie « Mécanisme de suivi de la Convention de Belém do Pará ». Par son nom, il est déjà possible de se faire une idée de son travail, mais avant cela, nous comprendrons comment il est né.

Qu’est-ce que le MESECVI et comment est-il né ?

L’Organisation des États américains (OEA) est le principal forum gouvernemental politique, juridique et social de l’hémisphère américain et rassemble les trente-cinq États indépendants des Amériques dans un travail basé sur les piliers de la démocratie, des droits de l’homme, de la sécurité, et développement.

À cette fin, l’OEA soutient les États de différentes manières, notamment à travers ses secrétariats et ses agences spécialisées qui travaillent sur un large éventail de questions, telles que la santé, les élections, le développement, les droits des femmes et bien d’autres.

En ce qui concerne ce dernier sujet en particulier, il existe un Comité à l’OEA dont le travail consiste à se concentrer sur la perspective de genre et l’élimination de la discrimination dans le travail de l’Organisation. Commission interaméricaine des femmes (CIM). Il s’agit du premier organisme intergouvernemental créé pour garantir la reconnaissance des droits des femmes et actuellement sa secrétaire exécutive est la Costaricaine Alejandra Mora Mora.

Dans ce rôle, la CIM a présenté à la vingt-quatrième session ordinaire de l’Assemblée générale de l’OEA, qui a eu lieu en juin 1994 à Belém do Pará, la Convention interaméricaine pour prévenir, punir et éliminer la violence à l’égard des femmes, qui a été adopté par acclamation.

Également connue sous le nom de Convention de Belém do Pará, elle établit pour la première fois le développement de mécanismes de protection et de défense des droits des femmes dans la lutte contre l’élimination de la violence contre leur intégrité physique, sexuelle et psychologique, tant dans la sphère publique que privée. . La Convention a également été une pionnière en plaçant la violence à l’égard des femmes à l’ordre du jour international et en la reconnaissant comme une violation des droits de l’homme dans les sphères politique, judiciaire, sociale, économique et culturelle.

Important non seulement « sur le papier », le respect des dispositions de la Convention et la mise en œuvre de ses objectifs étaient (et continuent d’être) une tâche cruciale. Ainsi, cinq ans après l’entrée en vigueur du traité, l’Assemblée générale de l’OEA a décidé en 2004 d’élaborer un Projet de mécanisme de suivi pour la mise en œuvre de la Convention de Belém do Pará. Ce mandat a abouti à la convocation de la Conférence des États parties le 26 octobre 2004, au cours de laquelle l’OEA a approuvé le « Statut du mécanisme de suivi de la mise en œuvre de la Convention interaméricaine pour prévenir, punir et éliminer la violence à l’égard des femmes. , ‘Convention de Belém do Pará’ », et c’est ainsi qu’est né le MESECVI.

Comment fonctionne le mécanisme ?

Le travail de suivi du MESECVI repose sur la recherche de l’efficacité mise en œuvre des objectifs (ou objectifs, selon le statut) de la Convention de Belém do Pará par les États membres, ainsi que d’établir un système d’échange et de coopération technique parmi eux, l’analyse des progrès réalisés et des défis persistants dans les réponses des États à la violence à l’égard des femmes.

Pour mener à bien ce travail, le Mécanisme est structuré en deux composantes fondamentales, la Conférence des États parties (CEP) et le Comité d’experts (CEVI), et fonctionne à travers des cycles d’évaluation multilatéraux (REM).

Code postal

Il a lieu tous les deux ans et rassemble les autorités nationales compétentes, ou les plus hautes autorités en matière de violence à l’égard des femmes, de chacun des 32 États membres de l’OEA qui ont ratifié la Convention de Belém do Pará.

Les principales attributions de la Conférence sont :

  • i) élaborer des lignes directrices pour les travaux à réaliser par la CEVI ;
  • ii) recevoir, analyser et évaluer les rapports et recommandations de la CEVI ;
  • iii) publier et diffuser le rapport hémisphérique du MESECVI.

La dernière CEP, qui était la 8e Conférence des États parties, a eu lieu le 11 décembre 2020 virtuellement, en raison de la pandémie de COVID-19.

REMARQUE : tous les rapports peuvent être trouvés dans la bibliothèque virtuelle MESECVI.

CEVI

Il est composé d’experts nationaux désignés par leurs États parties respectifs au MESECVI à titre personnel et indépendant pour exercer les principales missions suivantes :

  • i) élaborer une méthodologie d’évaluation et un calendrier de travail ;
  • ii) recevoir et évaluer les rapports des États parties et préparer des recommandations ; et
  • iii) soumettre des rapports à la Conférence des États parties.

La dernière réunion du CEVI, qui était la 17e réunion du Comité d’experts du MESECVI, a eu lieu les 14 et 15 décembre 2020, également en format virtuel.

En plus des deux composantes, les organisations de la société civile enregistrées auprès de l’OEA et dédiées à la promotion, la défense et la protection des droits des femmes peuvent participer aux processus du MESECVI. Ces organisations peuvent aider en facilitant la distribution des rapports nationaux, hémisphériques et de suivi, et en contrôlant et en suivant la mise en œuvre des recommandations élaborées par le Comité d’experts lors des réunions du Mécanisme ou en soumettant des rapports alternatifs.

REM

Les cycles d’évaluation multilatéraux comprennent deux phases distinctes :

1. Évaluation

Au cours de cette phase, le CEVI élabore et diffuse une série d’indicateurs sur le droit des femmes à vivre sans violence et les mesures adoptées par les États parties pour lutter contre la violence à l’égard des femmes. Les États parties complètent ces indicateurs, qui servent de base aux rapports nationaux et au rapport hémisphérique consolidé. Le CEVI analyse ensuite la mise en œuvre de la Convention de Belém do Pará sur la base des réponses fournies par les États parties au système d’indicateurs de progrès, puis élabore des recommandations pour le rapport d’évaluation continentale et les rapports nationaux correspondants.

Les rapports sont présentés à la Conférence des États parties et sont publiés et diffusés aux niveaux régional et national.

2. Suivi

Dans cette phase, la CEVI diffuse à nouveau des indicateurs de progrès pour examiner la mise en œuvre effective de ses recommandations spécifiques formulées lors de la phase d’évaluation sur la base des informations fournies par les États parties dans les rapports nationaux. Avec cela, le Comité prépare le rapport de suivi hémisphérique sur les recommandations.

Quelle est l’importance du travail du MESECVI pour l’hémisphère ?

La violence contre les femmes et les filles est un problème très grave qui se produit dans toutes les régions du monde. Comprendre ses causes et la manière dont il affecte chaque région est une tâche fondamentale dans l’élaboration des plans de prévention, de combat et d’éradication.

Le MESECVI a un rôle très important justement pour ce faire surveillance au niveau hémisphérique, recevant des informations de chaque pays et offrant un espace pour rechercher des solutions et échanger les meilleures pratiques.

De plus, en rassemblant autant d’informations sur le problème de la violence et d’autres défis auxquels sont confrontées les femmes, le Mécanisme favorise les réunions et élabore des documents qui sont d’une grande valeur pour les travaux des États signataires de la Convention de Belém do Pará, tels que le Guide pour l’application de la Convention, les lois types et même les rapports continentaux et de suivi eux-mêmes.

Pour préparer le dernier rapport continental (le « Troisième rapport continental sur la mise en œuvre de la Convention de Belém do Pará »), qui a été publié en 2017, 30 des 32 États de la région qui ont ratifié la Convention ont participé aux cycles d’évaluation de le MESECVI et a fourni des informations au Comité d’experts sur la réponse de leur gouvernement à la violence à l’égard des femmes. Fort de ces informations, le MESECVI a préparé, révisé et publié plus de 100 rapports nationaux, 75 rapports alternatifs d’organisations de la société civile, 3 rapports hémisphériques, 2 rapports de suivi des recommandations d’experts et un rapport thématique sur la grossesse infantile. Le comité d’experts a émis un total de 151 recommandations aux acteurs étatiques individuels et aux membres de la communauté internationale.

Le 9 juin 2021, le MESECVI a lancé le « Troisième rapport de suivi de la mise en œuvre des recommandations du Comité d’experts du MESECVI », un document issu de la deuxième phase qui a résulté du suivi des recommandations générales de le troisième rapport hémisphérique. Dans ce rapport, la recherche de la prévention de la violence à l’égard des femmes a été analysée sur la base de points tels que l’éradication des stéréotypes, les plans nationaux de prévention, le travail d’accès à la justice, la création et la maintenance d’informations et de statistiques, ainsi que dans l’approche intersectionnelle de la diversité des femmes et des filles.

Comment suivre les travaux du MESECVI ?

Vous pouvez suivre les réunions, événements et activités du MESECVI et du Comité d’experts à travers le site institutionnel et également à travers les réseaux sociaux, notamment grâce à votre compte sur le site Twitter.

LES RÉFÉRENCES

Site officiel de l’Organisation des États américains

Troisième rapport continental sur la mise en œuvre de la Convention de Belém do Pará

Troisième rapport de suivi sur la mise en œuvre des recommandations du Comité d’experts du MESECVI


Vous pourriez également aimer...