Le Brésil

Randolfe appelle à une enquête PGR contre Flávio Bolsonaro dans le processus de craquage

São Paulo – Le sénateur Randolfe Rodrigues (Rede-AP) a demandé une enquête contre son collègue sénateur Flávio Bolsonaro (PL-RJ), soupçonné d’avoir usé de son influence au Federal Revenue Service pour tenter d’invalider les preuves de la soi-disant processus de rachadinhas. Hier (22), Randolfe a présenté une représentation au bureau du procureur général (PGR) pour enquêter sur l’affaire.

Dans le document, le parlementaire demande que Flávio fasse l’objet d’une enquête pour corruption active ou trafic d’influence et que l’ancien secrétaire au Trésor José Barros Tostes fasse l’objet d’une enquête pour corruption passive ou malversation. « Le représenté [Flávio]usant de son influence au plus haut niveau du gouvernement fédéral, a réussi à mobiliser pas moins d’une équipe de deux contrôleurs fiscaux et de trois analystes fiscaux pour enquêter sur une plainte creuse et déraisonnable (comme si ces hauts fonctionnaires n’avaient vraiment rien d’autre à faire ; d’ailleurs, imaginez le chaos que connaîtrait l’administration fiscale brésilienne si, pour chaque plainte de citoyen/contribuable, une équipe spécifique de 5 fonctionnaires était affectée à l’enquête respective), qui aurait bien pu être immédiatement rejetée par l’administration publique, en raison de l’absence évidente de preuves suffisantes de matérialité », dit un extrait de la représentation de Randolfe.

Selon un article de journal Folha de S. Paulo, à la demande du fils du président, le fisc fédéral a mobilisé pendant quatre mois une équipe de cinq employés pour enquêter sur de prétendus accès irréguliers à leurs données qui auraient déclenché l’enquête sur les « cracks ». Les dépenses d’enquêtes ont atteint 490,5 mille R$. Randolfe demande, dans l’action, que l’argent soit remboursé aux caisses publiques par les deux enquêtés.

Les fissures de Flávio Bolsonaro

Flávio Bolsonaro a déclaré que ses transactions bancaires étaient accessibles via un « mot de passe secret » et transmises au Conseil de contrôle des activités financières (Coaf). Bien que les accusations aient été jugées infondées, le rapport de drap dit que, pour la première fois, il existe des preuves concrètes de la mobilisation de Flávio et de son équipe juridique pour faire pression sur la machine publique fédérale pour mettre fin aux enquêtes.

Le fils du président a envoyé, le 25 août 2020, une pétition dans laquelle il demande une enquête urgente pour identifier « nom, CPF, qualification et unité/capacité d’exercice » des auditeurs de l’Internal Revenue Service qui ont eu accès à ses données fiscales personnelles, de sa femme Fernanda et ses compagnies. La demande a été reçue par le bureau du secrétaire spécial de l’époque du Revenu fédéral, où elle a attendu une analyse pendant deux mois. Dans la représentation, Randolfe dit que Flávio a abusé de son statut de sénateur et de fils du président et de l’appareil d’État pour des intérêts purement politiques et personnels.

Le sénateur souligne que Tostes a d’abord résisté à l’ouverture de la procédure, mais a cédé après avoir assisté à une réunion avec Flávio, Jair Bolsonaro, le directeur général d’Abin, Alexandre Ramagem, et le ministre du Cabinet de sécurité institutionnelle, Augusto Heleno, pour discuter de l’affaire.

« Il n’y a qu’un seul perdant à ce jeu, avant même qu’il ne commence : la société brésilienne, qui est pénalisée de deux manières. Dans un premier temps, il soutient – ​​avec une lourde collecte d’impôts – des activités inutiles d’organismes publics avec pour seul prétexte et but contraire à la loi et à la Constitution de bénéficier et de protéger le fils du Président de la République, alors qu’il y en a certainement bien d’autres travaux plus importants et républicains à faire par les organes. Dans un second tour, il perd avec la prétendue impunité d’un supposé agent criminel. C’est un jeu perdant-perdant pour le Brésil et un jeu gagnant-gagnant pour le président et les membres de sa famille », déclare la représentation de Randolfe.

Vous pourriez également aimer...