Le Brésil

Recherche sur l’islamophobie au Brésil – Jornal da USP

LE Groupe d’anthropologie dans les contextes islamiques et arabes (Gracias), coordonné par moi depuis 2011 au Département de psychologie de la Faculté de philosophie, sciences et lettres de Ribeirão Preto (FFCLRP / USP), cette semaine commence à publier un questionnaire aux musulmans et aux musulmans qui vivent au Brésil, afin de compléter la recherche qualitative sur laquelle j’ai développé Récits islamophobes au Brésil. Réalisée depuis 2020 en tant que bénéficiaire de la productivité du CNPq, l’étude vise également à élargir et à soutenir d’autres chercheurs, en plus de la communauté musulmane elle-même, pour comprendre le phénomène.

Pour construire ce questionnaire, j’ai compté sur la collaboration de quelques chercheurs du groupe de recherche: Isabella Macedo (étudiante de premier cycle en psychologie / USP, boursière PUB), chercheuse sur l’islamophobie sur internet; Felipe Freitas de Souza (doctorant en sciences sociales / Unesp), dont le développement de la thèse porte sur l’islamophobie sur les réseaux sociaux; Camila Motta Paiva (doctorante en psychologie / USP), se consacrant à la santé mentale des femmes musulmanes inversées; et Carlos Eduardo Carreira (étudiant à la maîtrise en droit / USP), lorsqu’ils traitent de la question de l’islam et de sa jurisprudence.

Le Brésil est l’un des pays avec la plus grande diversité religieuse, mais aussi avec de graves problèmes liés à l’intolérance religieuse. Ces dernières années, la vague croissante d’islamophobie et de préjugés à l’égard des personnes qui professent la religion islamique a été pratiquée, principalement, en ce qui concerne les femmes qui utilisent hijab (mouchoir), tendant cette coexistence. Les agressions subies peuvent survenir sur les réseaux sociaux, la famille, l’école etc., délimitant ce que j’appelle l’islamophobie de genre. Des recherches menées par moi au cours des 23 dernières années au Brésil montrent que plusieurs situations dites islamophobes, dans leur majorité, sont liées au genre féminin, mais cela prend également une plus grande dimension lorsqu’il s’agit de penser aux attentats terroristes, en plus de la diverses migrations forcées de musulmans au cours de la dernière décennie en raison de guerres ou d’autres raisons justifiant la mobilité. Je demande si les femmes musulmanes sont la principale cible de la discrimination, surtout si elles utilisent le foulard islamique (hijab ou tout autre vêtement qui les identifie comme musulmans), ou il existe d’autres aspects de ce rejet de l’islam et des musulmans, tels que la barbe de l’homme, le nom de famille d’origine arabe, entre autres – ces termes invariablement associés aux stéréotypes des terroristes, des radicaux et des fondamentalistes .

Le questionnaire s’adresse aux personnes nées et retournées à l’islam, abordant des questions générales telles que l’âge et l’éducation, mais aussi des questions spécifiques, qui se réfèrent à l’acceptation des familles en cas de renversements (conversions à la religion), en plus des aspects juridiques, psychologiques et aspects socio-anthropologiques. Qui devrait répondre au questionnaire? Tout musulman résidant au Brésil, quelle que soit sa nationalité.

Après avoir collecté des données, que nous espérons couvrir toutes les régions du Brésil dans leurs communautés islamiques (sunnites et chiites), nous nous concentrerons sur l’analyse des données. Et, plus tard, construisez le premier Rapport sur l’islamophobie au Brésil qui seront à la disposition des chercheurs, des institutions islamiques, etc. Il est important de souligner qu’il n’y a pas d’identification des personnes ou de collecte de données personnelles, telles que, par exemple, les numéros de documents.

En tant que chercheur sur les communautés musulmanes du Brésil, c’est la première fois que je me sens mobilisé pour réfléchir quantitativement aux problèmes qui imprègnent la communauté. La vague croissante d’intolérance religieuse que j’ai observée m’a conduit à oser la manière de collecter les données. Par conséquent, j’insiste sur l’importance de constituer un groupe diversifié pour aider à réfléchir aux différents sujets qui abordent le questionnaire.

D’autres pays et institutions islamiques en dehors du Brésil ont déjà produit des rapports similaires, mais ce n’est pas nouveau: la nouveauté réside dans la constitution d’un rapport brésilien dans notre pays. Il est important de dire que deux des chercheurs impliqués sont musulmans et connaissent la signification de l’intolérance. En tant qu’anthropologue, je considère qu’il est essentiel de partir du rapport final pour réfléchir aux moyens d’écrire, de parler et de représenter les musulmans sans les stéréotypes des terroristes, des femmes opprimées, entre autres. Il contribuera certainement à la formation des éducateurs, des psychologues et des avocats sur la manière de faire face à la diversité et de lutter contre l’intolérance religieuse.

Pensant contribuer à la production de savoirs dans le domaine islamique, religieux / psychologique et anthropologique, Gracias prépare en 2021 un livre sur les dix ans de sa fondation, avec la participation de plusieurs spécialistes de l’islam, et un cours destiné aux journalistes, psychologues et domaines connexes, en plus de nouveaux des vies via la chaîne YouTube Anthropology and Islam – Gracias, avec le soutien du programme d’études supérieures en psychologie.

Quiconque souhaite raconter son histoire sur une situation islamophobe peut écrire à [email protected] Et enfin, si vous êtes musulman, répondez au questionnaire. Nous espérons que tous les musulmans et musulmans pourront contribuer à la recherche et qu’ensemble, nous pourrons faire l’expérience d’un État laïc où toutes les religions, religieuses et non religieuses, s’intègrent. Le respect de la différence est la prémisse d’une société plurielle, démocratique et solidaire, des principes partagés avec les musulmans qui sont aussi brésiliens ou étrangers qui vivent ici.

Vous pourriez également aimer...