Le Brésil

Réseaux religieux aux abords du Grand ABC – Rede Brasil Atual

La Grande ABC, en raison de son industrialisation dans les années 1950 et 1960, structurée en un complexe automobile fort, est devenue une région importante pour le capitalisme brésilien. Ce processus a conduit à la constitution d’une classe ouvrière qui, dans les années 1970 et 1980, a réussi à donner un nouvel élan à l’organisation syndicale, permettant, toujours dans le régime militaire, de construire un agenda de confrontation (pour le secteur patronal) qui aboutit à d’importantes conquêtes ouvrières. Il convient de noter que la croissance de la région du Grand ABC, ainsi que de São Paulo, s’est déroulée de manière relativement désordonnée. Pour faire face au processus d’urbanisation, un contingent important de main-d’œuvre était nécessaire. Cela a provoqué un important déplacement de personnes, en particulier du nord-est et du Minas Gerais.

Paul Singer attire l’attention, dans ce processus, sur la formation de régions «d’attraction» (qui ont reçu d’importants investissements publics et privés et donc plus développées) et des régions «d’expulsion». Le Grand ABC est devenu une région d’attraction, avec les industries automobiles, mais tous les migrants ne travaillaient pas dans les secteurs productifs, où se trouvaient les meilleurs emplois. Beaucoup sont allés à la construction civile ou ont travaillé dans des services moins rémunérés. Ne pouvant pas acheter de logement dans les quartiers meilleurs, plus centraux, qui souffraient déjà d’une appréciation immobilière, et en raison de conditions économiques précaires, une partie de ces personnes s’est installée dans les quartiers périphériques. C’est dans ce contexte que nous abordons l’importance des réseaux religieux pour la population de la périphérie, sujet que j’ai traité dans la 16e USCS Situation Letter.

Périphéries urbaines et réseaux sociaux

Les «périphéries urbaines» sont des territoires éloignés, géographiquement et surtout socialement des régions centrales. Outre le manque d’équipements publics, les bonnes écoles, par exemple, en raison du manque d’investissements de l’État, souffrent du manque d’emplois (locaux) et de revenus. Il y a un manque de logements de qualité et d’installations sanitaires adéquates. Cet ensemble de situations conduit la population à une stigmatisation qui aggrave encore la situation. Souvent, ils perdent des opportunités d’emploi en raison de «l’image» (déformée par rapport à la réalité) que l’on se fait de la population.

Dans ce contexte, les réseaux sociaux gagnent en importance. Ici, les expressions «réseaux sociaux» sont les formes «concrètes» d’approximation et d’interaction, qui découlent de pratiques associatives, plus ou moins formelles, entre individus ou groupes, non limitées aux relations par applications, auxquelles le terme se réfère habituellement. Dans une condition d ‘«absences», les réseaux sociaux deviennent des espaces importants pour vivre ensemble, qui, en fonction des liens créés, permettent un ensemble de bénéfices.

L’efficacité du réseau est, dans une certaine mesure, liée à la qualité des liens créés. Plus la relation entre les personnes est longue, plus les chances que ces échanges aient lieu sont grandes. L’aide, avec de la nourriture ou des médicaments, en situation de chômage, est très courante, de même que les indications courantes d’emplois ou d’emplois. En général, dans les régions les plus précaires, les réseaux formés entre voisins, par exemple, reposent sur l’échange de faveurs et l’entraide. Des études dans le domaine de la sociologie urbaine et de l’anthropologie montrent qu’à la périphérie, les réseaux religieux gagnent en importance. Et ce n’est pas différent chez Grande ABC.


Un documentaire historique révèle l’environnement dans lequel est né le leader Lula


Les gens (en particulier les hommes) participent à des fêtes, des ONG, des associations culturelles ou de loisirs – Sociedade Amigos de Bairro (SABs), par exemple -, mais l’indication de la participation à certaines pratiques associatives a plus de poids dans le domaine religieux. Il y a aussi plus de temps passé (surtout par les femmes) dans les réseaux religieux que dans les autres réseaux. Les réseaux religieux sont également des espaces importants d’échange d’informations entre leurs participants, ce qui est essentiel pour accéder à certaines «structures d’opportunités» – emplois, emplois, etc.

Une recherche doctorale menée par moi entre 2011 et 2015, sur les associations religieuses de la commune de Rio Grande da Serra, l’une des sept communes du Grand ABC, apporte des éléments qui illustrent l’idée présentée ici. La ville a (estimation pour 2020) une population de 51.436 (IBGE / Villes). Une part importante vit dans une situation de vulnérabilité sociale moyenne et élevée. La commune a accueilli un contingent important de migrants dans les années 1970, notamment du Nord-Est et du Minas Gerais. Les réseaux religieux étaient importants pour leur «accueil». Dans le même temps, l’arrivée de migrants a eu un impact sur l’organisation des groupes religieux.

Les réseaux religieux du Rio Grande da Serra se forment, pour la plupart, autour de l’Église catholique (46,05%) et des Églises évangéliques (36,70%). Ces données datent de 2010 et, semble-t-il, ont subi des changements. Parmi les évangéliques, les églises pentecôtistes se démarquent (24,18%). Le kardécisme et les religions africaines sont moins nombreux.


Réflexions sur les objectifs de développement durable dans le Grand ABC


Du point de vue de la performance des groupes religieux, comme c’est une ville avec de nombreux problèmes sociaux, il est inévitable que, chacun à sa manière, agisse dans la sphère économique, avec une préoccupation centrée sur la population la plus nécessiteuse. Cependant, l’importance des réseaux religieux se situe également dans la sphère symbolique. Les biens «symboliques» (généralement fournis par l’expérience religieuse) peuvent être subjectifs, mais ils ne sont pas abstraits, c’est-à-dire qu’ils sont perçus comme un capital important pour ceux qui en bénéficient.

Dans le cas de l’Église catholique, on peut citer ici l’Association Vincentienne et l’Association Cristo Rei comme d’importants réseaux sociaux, mais la présence de «pasteurs sociaux» dans les communautés nécessiteuses est d’une grande importance. Le «ministère des enfants», par exemple, a un travail important auprès des femmes enceintes et des nouveau-nés. En ce qui concerne les bienfaits symboliques, les «sacrements» (qui pour le catholique sont la voie du salut), les «célébrations eucharistiques» et les groupes de prière (dans le cas des charismatiques) sont très importants, surtout pour les «catholiques pratiquants» ».

Les églises non pentecôtistes se distinguent, dans le cas des projets sociaux, par des réseaux structurés en «associations» axées sur l’éducation. Les cultes, parmi les non-pentecôtistes, sont marqués par une lecture intellectuelle des Écritures. Et ils sont davantage liés à des aspects «moraux», ce qui pour le membre est un capital symbolique de grande valeur. La participation, dans ce groupe religieux, est en général des personnes diplômées de l’enseignement supérieur et des habitants de la région centrale.


«  Pour l’instant, je veux lâcher prise  », déclare le métallurgiste, après près de 33 ans chez Ford


Les églises pentecôtistes excellent dans le travail de soutien aux toxicomanes. Les églises cherchent à mener des campagnes (de collecte de fonds) pour aider à résoudre les problèmes financiers de leurs membres ou des personnes enregistrées. Les cultes pentecôtistes sont marqués par une «émotion» rituelle. Pour le «croyant», l’émotion de l’adoration est le résultat de la présence du Saint-Esprit. Il y a une préoccupation morale, mais l’accent est mis sur la résolution de problèmes (santé, emploi, famille). Le pentecôtisme est présent dans toute la ville, même dans les régions les plus pauvres.

Le kardécisme et l’Ombanda sont moins présents dans la ville. En ce qui concerne le kardécisme, en raison de sa faible structure, les œuvres (religieuses) sont axées sur les études évangéliques, dans le but de mener à bien la «réforme intime». La participation au groupe est principalement des résidents de la région centrale et ont une bonne scolarité. Dans le cas de l’Umbanda, des campagnes de financement sont généralement organisées, en particulier pour les enfants le jour de São Cosme e Damião, mais en raison de leurs caractéristiques religieuses, les problèmes matériels et spirituels sont résolus lors des cérémonies. Les participants à Umbanda, parmi tous les groupes, sont ceux qui mélangent le plus des personnes de différentes conditions sociales.

A partir d’une (brève) analyse des réseaux religieux du Rio Grande da Serra, nous avons pu constater que les différents réseaux répondent, chacun, à certaines demandes. Le catholicisme et le pentecôtisme, par exemple, répondent mieux que d’autres groupes aux problèmes de la population dans la plus grande situation de vulnérabilité sociale, notamment parce qu’ils sont présents dans les quartiers les plus pauvres.


Claudio Pereira Noronha il est spécialiste des sciences sociales de la religion, conseiller de l’Union des banquiers ABC et chercheur invité à l’Observatoire des politiques publiques, de l’entrepreneuriat et de la conjoncture (conjoints) de l’Université municipale de São Caetano do Sul

Vous pourriez également aimer...