Le Brésil

Rodrigo Pacheco défend la justice électorale et critique « l’audit » de Bolsonaro

São Paulo – Le président de la République par intérim, le sénateur Rodrigo Pacheco (PSD-MG) a critiqué ce vendredi (6) la déclaration de Jair Bolsonaro, donnée hier dans son direct hebdomadaire, selon laquelle il engagera une entreprise privée pour effectuer un audit électoral. Selon le président, l’entreprise sera embauchée par l’intermédiaire de son parti, le PL. Troisième de suite, Pacheco a pris le relais car Bolsonaro est en déplacement à l’étranger, tout comme son adjoint, Hamilton Mourão, et le maire, Arthur Lira (PP-AL). Cependant, chacun d’eux se trouve dans un pays différent.

« La responsabilité du processus électoral incombe à une justice spécialisée au Brésil, dirigée par le TSE », a déclaré le sénateur-président. Selon Pacheco, il n’appartient qu’au Tribunal électoral d’assurer la « confiance des Brésiliens et de la société dans la santé du processus électoral, le processus de dépouillement des élections ». « Il n’appartient à aucune entité privée ou autre institution de participer au dépouillement ou au recomptage des votes car c’est un rôle de la Justice électorale », a-t-il ajouté.

Selon lui, la remise en cause du processus électoral par Bolsonaro « n’y contribue pas, et il appartient à la justice électorale et à toutes les institutions de réaffirmer la garantie du processus électoral et de le démontrer à toute la société brésilienne ». Il a dit avoir « pleine confiance » dans le système actuel et les machines à voter électroniques. Il a également rappelé que la thèse du vote imprimé « a été dépassée » par le Congrès.

Recomptage des votes, non

Pacheco a reconnu la légitimité de la participation privée d’une société spécialisée pour surveiller l’élection. Mais il y a des limites qui excluent « le décompte des voix ». Selon lui, « il n’appartient à aucune entité privée ou autre institution de participer au dépouillement et au recomptage des votes, car elles sont dans le rôle de la justice électorale ». Il a ajouté, en répondant directement aux positions de Bolsonaro contre le système électoral, que « les questions qui n’ont pas de juste cause » entravent les institutions.

Hier, sur Twitter, le président du Sénat avait posté que le système électoral brésilien, « en 18 élections sur les 25 ans depuis la mise en place des machines à voter électroniques, n’a enregistré aucun cas de fraude ».

voyageurs

Jeudi, dans le soi-disant direct hebdomadaire, Bolsonaro a abordé le sujet avec une arrogance connue. « J’avance même au TSE : cet audit ne se fera pas après les élections. Une fois embauchée, elle commence à travailler », a-t-il promis.

Le poste de président était vacant car Bolsonaro avait un agenda ce vendredi à Georgetown (Guyane), et devrait rendre cette note. Mourão est à Montevideo depuis jeudi (5), pour une rencontre avec la vice-présidente Beatriz Argimón. Arthur Lira s’est rendu à New York et n’a pas divulgué son emploi du temps.

A lire aussi :

Vous pourriez également aimer...