Le Brésil

Rubens Ricupero reprend la Chaire José Bonifácio l’année du bicentenaire de l’Indépendance – Jornal da USP

Chaque année, la Chaire invite une personnalité du monde ibéro-américain à enseigner des activités académiques à l’Université sur un sujet d’intérêt pour la région.

Par Erika Yamamoto

L’Ambassadeur Rubens Ricupero a pris ses fonctions de nouveau titulaire de la Chaire José Bonifácio, lors d’une cérémonie virtuelle qui s’est tenue le 18 janvier – Photo : Reproduction

Lors d’un événement virtuel organisé le 18 janvier, l’ambassadeur et ancien ministre des Finances, Rubens Ricupero, a prêté serment en tant que nouveau titulaire de la chaire José Bonifácio. Ricupero avec pour mission de diriger les travaux de la Chaire l’année où le Brésil célèbre le bicentenaire de son indépendance.

« La Chaire José Bonifácio nous donne l’opportunité d’entendre et de faire participer des personnalités extérieures à l’Université, qui apportent différentes idées à débattre et qui offrent une expérience enrichissante à nos professeurs et étudiants diplômés. Participer aux activités d’une chaire comme celle-ci est une opportunité unique qui marquera à jamais la carrière de ces jeunes chercheurs. Un autre aspect important est que la Chaire renforce la discussion sur l’intégration de l’Ibéro-Amérique de manière très dynamique », a déclaré le doyen Vahan Agopyan.

Comme l’a expliqué le coordinateur du Centre ibéro-américain (Ciba), Pedro Bohomoletz de Abreu Dallari, « chaque année, une grande figure de la vie publique ibéro-américaine est invitée à choisir un sujet d’étude et à mener des activités de recherche qui aboutiront à un livre. La multidisciplinarité et l’incorporation de l’expérience concrète de ces professeurs qualifient significativement la production académique des chercheurs de l’USP ».

Bicentenaire de l’Indépendance

+ Plus

Publié : 18/11/2021

« Lorsque j’ai été invité à assumer ce poste, la première idée qui m’est venue à l’esprit a été que José Bonifácio, en plus d’être le patron de la Chaire, est aussi le patron de notre Indépendance. Et, comme la période coïncidait avec le bicentenaire de la proclamation, en quelque sorte, une réflexion sur cette éphéméride s’est imposée comme thème », a déclaré le nouveau professeur Rubens Ricupero dans sa leçon inaugurale.

« Un bicentenaire, dans la vie de la nation, est toujours ouvert à deux questions inévitables : qu’est-ce qui a été fait jusqu’à présent et que reste-t-il à faire ? Notre proposition est de partir de la situation actuelle du pays, en se concentrant sur quelques secteurs décisifs, comme base de réflexion sur l’avenir du Brésil. Nous sommes des auteurs, sujets d’un processus qui se confond avec notre propre destin. Il est de l’obligation de chacun de faire en sorte que la commémoration du bicentenaire surpasse, de loin, celle du centenaire de 1922, en qualité et, surtout, en participation universelle, sans exclusions, de toutes les couches de la population », a-t-il expliqué. .

L’ambassadeur rappelle également que « l’indépendance du Brésil n’était pas un événement isolé, mais constituait un chapitre dans un processus global, qui va de la fin de l’Ancien Régime, en Europe, aux guerres napoléoniennes, qui ont produit des conséquences similaires dans toute la région ». du Mexique à l’Argentine ».

Deuxième Brésilien titulaire de la chaire – l’écrivain Nélida Piñon en était titulaire en 2015 –, Ricupero est le premier des professeurs diplômés par l’USP elle-même. Il est diplômé de la Faculté de droit (FD) en 1959, mais a également suivi des cours à la Faculté d’économie, d’administration et de comptabilité (FEA) et à la Faculté de philosophie, lettres et sciences humaines (FFLCH).

Gouvernance internationale en temps de pandémie

Le huitième titre de la collection José Bonifácio Cátedra est désormais disponible sur le portail Edusp Open Books

Outre l’inauguration de Rubens Ricupero, l’événement a également été marqué par le lancement officiel du livre Gouvernance internationale et développement, travail qui marque les adieux de l’économiste colombien José Antonio Ocampo à la tête de la Chaire.

Campo a fait une présentation générale du travail, qui contient à la fois des articles de spécialistes de l’USP et d’autres institutions, ainsi que des textes d’étudiants qui ont développé les activités de la Chaire. « Je suis sûr que les lecteurs trouveront dans cet ouvrage une analyse de grande qualité et très pertinente de la gouvernance internationale et latino-américaine. Il s’agit d’une question d’une immense importance, surtout compte tenu de la crise provoquée par la pandémie de Covid-19, dont l’un des aspects les plus regrettables a été la coopération internationale limitée pour la combattre, ainsi que ses effets sociaux, qui ont un recul mondial en termes de réalisation des objectifs de développement durable a été sous-entendu », a-t-il déclaré.

Publié par Edusp, il s’agit du huitième volume de la collection Cátedra José Bonifácio, qui rassemble les travaux académiques développés sur le sujet proposé par le professeur. Tous les livres de la collection sont désormais disponibles gratuitement, en version numérique, sur le portail Open Books d’USP Editora.

Pedro Dallari souligne que « depuis avril 2019, date à laquelle les livres sont devenus accessibles, il y a eu 14 000 téléchargements. Le grand intérêt pour les livres de cette collection montre que le projet est consolidé et fait partie de la routine de la production académique de l’Université. C’est une contribution de l’USP aux chercheurs d’Ibéro-Amérique ».

La série compte plus de 160 articles, signés par des chercheurs et des experts, sur des sujets tels que le développement régional, les défis de l’Amérique latine, la démocratie, les fables ibéro-américaines, la coopération, la gouvernance internationale et le monde indigène.

Regardez l’intégralité de la cérémonie d’investiture du nouveau titulaire de la chaire José Bonifácio.

Vous pourriez également aimer...