Le Brésil

Sans accord avec le gouvernement Nunes, les médecins du SP manifestent à la mairie

São Paulo – Des médecins en soins de santé primaires, qui travaillent dans les unités de santé de base (UBS) de São Paulo, manifestent ce mercredi (19), à 15 heures, devant la mairie de São Paulo, sur Viaduto do Chá , région centrale de São Paulo Paolo. La loi vise à attirer l’attention du gouvernement de Ricardo Nunes (MDB) et du département municipal de la santé sur les revendications des professionnels, qui exigent l’embauche de plus d’équipes de santé et des conditions de travail minimales.

Selon les médecins, les professionnels de santé souffrent d’épuisement face au manque de personnel causé par la recrudescence des cas de covid-19 et de grippe et l’éloignement des collègues infectés, ce qui a également rendu difficile le service à la population.

En plus de la contestation, la catégorie se mettrait en grève ce mercredi. Mais le Syndicat des médecins de São Paulo (Simesp) a décidé de suspendre, en assemblée, la grève mardi soir (18) après qu’une injonction accordée par la Cour de justice de São Paulo (TJ-SP) ait interdit la grève. La décision du magistrat répondait à une action de la mairie, par l’intermédiaire du secrétaire à la santé, considérée par les organisations de travailleurs comme « arbitraire et une restriction du droit de grève ».

La mairie n’a pas de projet

Selon le président du Simesp, Victor Vilela Dourado, la grève et la protestation sont une réponse à l’absence de résolution des revendications présentées au gouvernement et aux organisations sociales responsables de l’administration des UBS. Il raconte que, tout au long de l’année 2021, le syndicat a tenté à plusieurs reprises de dialoguer avec le gouvernement Nunes et les entités sur les difficultés rencontrées par les médecins de premier recours face à la pandémie.

A la mi-décembre, comme le souligne Dourado, avec l’explosion des cas de syndromes respiratoires, la demande des formations sanitaires a augmenté. Alors que de nombreux professionnels ont été écartés après contamination par le covid ou la grippe. Jusqu’à aujourd’hui, cependant, les mesures présentées par le ministère de la Santé ne suffisent pas à faire face au scénario. Dans le second, la catégorie attendait un accord avec la mairie, qui ne s’est pas concrétisé non plus.

« Nous avons rencontré le ministère de la Santé hier (lundi) précisément pour voir quelles mesures efficaces sont prises pour embaucher, élargir les équipes et créer de nouvelles unités pour répondre à cette augmentation de la demande spontanée. Mais, malheureusement, ce que le gouvernement de la ville a commencé n’a pas d’embauche dans les unités de santé de base », a souligné la journaliste Júlia Pereira, de Actuel Brésil Radio. « Même leur déclaration, peut-être même intentionnellement, crée la confusion. Ce qu’ils ont annoncé au sujet de l’embauche, ce sont des embauches dans les AMA, qui sont des unités de soins d’urgence à faible complexité, que nous avons dans les municipalités, et non dans les UBS. Bien sûr, l’embauche dans les AMA est également très nécessaire, mais la demande que nous mettons est en relation avec les Unités de Santé de Base qui sont surchargées », a-t-il ajouté.

Les infirmières signalent également l’épuisement

Selon le président du Simesp, l’annonce d’embauche « est tellement insuffisante et petite qu’elle ne remplace même pas le nombre de professionnels en congé ». « Ils précisent dans la note qu’ils avaient embauché 700 professionnels au total, dont 140 médecins. Mais le nombre de professionnels en congé, le 13, la semaine dernière, selon le ministère de la Santé lui-même, est de 3 190. Et il n’y a pas de plan de contingence pour pouvoir remplacer les professionnels qui ont été retirés à cause du covid pour garantir le service de la population. Nous sommes déjà dans quelques uns, la demande a augmenté et en plus les professionnels sont malades. Il est difficile de maintenir le service minimum à la population », a déclaré Dourado.

La manifestation de ce mercredi aura également le soutien d’autres catégories, comme les professionnels de l’infirmerie. La première secrétaire générale du Syndicat des infirmières de l’État de São Paulo, Solange Aparecida Caetano, explique que les travailleurs ont été confrontés à un scénario similaire à celui des médecins, épuisement, surcharge et équipes en sous-effectif.

De ce fait, en plus de la présence confirmée à l’acte, le syndicat tiendra une assemblée virtuelle ce matin pour discuter des conditions de travail, des stratégies de mobilisation et d’un éventuel arrêt de la catégorie qui dessert dans le réseau municipal.

En savoir plus dans le rapport

Vous pourriez également aimer...