La Colombie

Simón Vélez, le Colombien parmi les architectes des docuseries de HBO Max

La docuserie ‘Arquis’ est désormais disponible sur la plateforme HBO Max, un produit audiovisuel qui cherche à dépeindre la vie et l’œuvre d’architectes latino-américains de renom, dont le Colombien Simón Vélez, qui s’est distingué par une architecture plus naturaliste et qu’il innové avec ses idées sur l’utilisation de la guadua. Le chapitre de ce Colombien arrivera sur la plateforme jeudi prochain 29 juillet.

« C’est un honneur de faire partie d’« Arquis ». Je connais Gustavo et Emilio, qui ont à voir avec la production de cette vidéo, nous sommes de vieux amis, évidemment j’ai dit oui, mais c’est aussi un honneur d’avoir été invité à cela et d’avoir fait de ce documentaire une réalité. Je n’appartiens pas au monde académique, ni au monde économique, donc ce sujet d’architecture n’est pas que je glisse, mais qu’il ne m’intéresse pas. Mais évidemment, j’apprécie vraiment qu’ils m’aient invité », a déclaré Simón Vélez.

Lire aussi : Le nouveau tourisme qui vous amène à connaître le monde depuis l’espace

L’architecte, né le 2 février 1949 à Manizales, a hérité sa passion pour l’architecture de son père, qui était architecte, « tout comme son père, qui n’était pas exactement architecte, car le métier n’existait pas, mais c’était le équivalent à ce que serait un architecte aujourd’hui ». En plus de cela, son grand-père maternel était aussi une sorte d’architecte, « bien qu’il aimait à construire les maisons sur ses domaines, sur ses fermes, et il les faisait toujours dans des endroits très étranges ». En conclusion, le métier est familial.

« Il a toujours été clair pour moi que je voulais être architecte, mais une sorte d’architecte aux pieds nus, rural et non urbain. Ce qui m’a toujours le plus intéressé, en tant que hippie, c’est d’avoir une attitude envers la nature. D’un amour des matériaux », précise Vélez, qui rejoint l’adage selon lequel l’architecture est une machine à voir le paysage, c’est pourquoi il préfère construire des maisons de campagne.

Vélez commente qu’en raison des faibles revenus de sa jeunesse, il a dû étudier dans le pays et non dans l’une des grandes écoles d’architecture du monde, comme il rêvait de le faire au début. « S’il avait reçu une meilleure éducation, il aurait été une meilleure personne et sûrement un meilleur architecte. Ici, les universités manquent de quelque chose de très important et c’est la liberté académique. De plus, ici, il n’y a pas de grande liberté d’expression dans les universités et sans liberté d’expression, l’éducation est impossible », dit-il.

« Il faut sortir du complexe de vouloir être européen ou gringos, nous sommes colombiens, point, très métissés, très métis, et c’est bien. »

Simon Vélez

Architecte

Lorsqu’il est allé sur le marché du travail national, Vélez dit avoir découvert un autre problème : en Colombie, seul ce qui apparaît dans les magazines européens et américains est vu et approuvé en architecture, dit-il. «Nous avons le complexe d’infériorité que nous devons ressembler à ce que publient ces magazines. Je ne suis pas d’accord avec ça. Nous devons regarder, du point de vue de notre biodiversité, comment nous devons travailler. Dans les magazines étrangers tout est minéraux, mais maintenant il y a beaucoup d’internet et j’ai vu beaucoup de constructions en bambou, à Bali et au Vietnam, très intéressantes ».

Et il poursuit : « Je dis toujours que l’architecture, avec l’industrie de la construction, est la plus importante dans n’importe quel pays, surtout dans un pays en développement comme la Colombie. L’architecture doit impliquer l’agriculture, ce doit être une profession plus « végétarienne ». L’architecture doit être comme culinaire, un pourcentage doit être minéral, comme le béton, l’acier et le verre, et l’autre pourcentage doit être du bois et des fibres. Cette combinaison de matériaux donne un équilibre que nous n’avons pas. Toute l’architecture moderne en Colombie est totalement minérale, elle est en béton, en acier, en verre et maintenant en plastique. Je n’utilise jamais rien qui ait à voir avec du plastique. »

C’est pour ces pensées que Vélez utilise beaucoup le bois et la guadua dans ses constructions, élément pour lequel il est connu dans le monde de l’architecture, puisqu’il a découvert avec lui une technique de construction « très simple », qui consiste à injecter du ciment là où il y a sont des syndicats.

« Cela n’avait été fait ni par les Orientaux ni par quiconque. Mais c’est vraiment quelque chose de trop simple, ça n’est même pas brevetable et si ça l’était je m’en ficherais non plus, mais ça m’a permis d’utiliser la guadua comme un acier végétal. Guadua est un matériau de la plus haute technologie de la nature. Je ne suis pas contre l’utilisation du carbone ou du métal, mais la nature a des éléments tout aussi prodigieusement structurels, comme la fibre de bambou, alors pourquoi ne pas les utiliser », dit-il.

Cependant, l’utilisation de la guadua nécessite certains permis difficiles à obtenir, ce que Velez trouve absurde. « Le plus dommageable pour l’exploitation forestière, c’est qu’elle est interdite », dit-il, il vaut mieux que ce produit naturel soit contrôlé et puisse être utilisé.

Les autres architectes invités à ‘Arquis’ sont le chilien Alejandro Aravena, les mexicains Mauricio Rocha et Alberto Kalach et la brésilienne Carla Juaçaba.

Architecte en Colombie

Selon Vélez, être architecte, qui se consacre également au design, dans un pays comme la Colombie est quelque chose de compliqué et plus encore maintenant avec tous les problèmes que la pandémie a apportés, une situation qui s’est aggravée avec les grèves nationales. « Avant, j’avais plus de 200 ouvriers qui travaillaient sur mes projets et maintenant il n’y a plus de travail et cela aura des conséquences très graves. »

Pourtant, et avec toute la reconnaissance qu’il a déjà acquise à l’international, Vélez n’a jamais songé à quitter le pays. En partie parce qu’il se sent déjà vieux et pense qu' »il serait trop tard » pour partir. Mais, en plus, l’architecte aime beaucoup ce pays. « Même s’il était riche, il vivrait toujours ici. Nos paysages sont vraiment intéressants et beaux et fertiles », dit Vélez, qui réitère sa passion pour l’architecture en bois.

Vous pourriez également aimer...