Le Brésil

Système pénitentiaire brésilien et respect des droits de l'homme: comprenez!

Ces dernières années, la croissance de la population carcérale au Brésil a généré de nombreux débats principalement axés sur l'amélioration des conditions de vie dans le système carcéral.

Il existe déjà un débat consolidé, y compris par nos lois pénales, selon lequel la punition ne peut être considérée comme une fin en soi ou seulement comme une forme de punition. Ce système doit aller plus loin: retour à la pacification des relations sociales et n'aura les effets nécessaires que si le droits de la population carcérale.

Savez-vous quels sont ces droits? Savez-vous à quel point il est important de débattre des droits de la population carcérale? Apprenez ici avec nous!

L'origine du système carcéral

La prison était un modèle de répression trouvé par l'humanité pour punir les individus qui violent le contrat social entre la société et l'État. Les premières lois pénales en Moyen Âge, entre le Xe et le XVe siècle étaient basés sur torture, en adoptant une punition illimitée et sans retenue.

À cette époque, les prisons n'étaient qu'un moyen de concentrer l'individu afin de le préserver physiquement jusqu'au moment du procès et de l'exécution des vraies peines – mutilations, peines infâmes et même condamnations à mort. Les individus payaient leur peine avec leur propre corps, les soi-disant tourments.

À Âge moderne, Plus précisément à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, les soi-disant «Institutions pénitentiaires», dans lequel on cherchait à réformer le criminel par l'isolement – en raison du retrait social, on croyait que l'individu aurait le temps et l'espace pour réfléchir sur le crime commis.

Il convient de rappeler qu'au XVIIIe siècle, un passage important a influencé l'histoire des prisons: la naissance des Lumières. Les penseurs illuministes avaient l'idéal de promouvoir la connaissance critique dans tous les domaines du monde humain et de contribuer au progrès de l'humanité. Ce mouvement a amené un changement significatif en matière de sanction pénale, évoquant des chiffres qui marqueraient l'histoire de l'humanisation des peines.

Cesare Beccaria est l'un de ces penseurs. Considéré comme le principal représentant des Lumières Pénales et de l'École Classique de Droit Pénal, Beccaria a apporté de grandes contributions avec son travail "Des crimes et des peines".

L'auteur a apporté des réflexions profondes sur le but de la sanction, qui devrait être d'avoir un but utilitaire, et pas simplement de payer le mal pour le mal:

Le but de la sanction, par conséquent, ce n'est rien d'autre que d'empêcher le criminel de faire plus de tort à la société et d'empêcher les autres de commettre le même crime. Ainsi, les peines et la manière de les infliger doivent être choisies de manière à faire l'impression la plus forte et la plus durable dans l'esprit des autres, comme un tourment minimum pour le corps du criminel.

C'est dans ce contexte que les changements les plus importants se sont produits dans les peines privatives de liberté.

La punition a gagné une méthode. Des prisons organisées ont été créées et construites pour le correction des condamnés afin d'adoucir le caractère d'humiliation morale et physique du sujet. De plus, avec les lois pénales, une fonction de prévention du crime et de réadaptation du criminel à la société a été proposée.

Droits humains fondamentaux

Avant de parler correctement des droits de la population carcérale, passons en revue quelques points concernant les droits humains fondamentaux.

Il est connu que droits humains sont un outil important pour protéger les citoyens du monde entier. Ces droits sont des garanties historiques acquises à partir de nombreuses revendications, renforcées principalement après la Déclaration universelle des droits de l'homme, signée en 1948.

Pour en savoir plus: Que sont les droits humains?

Ces droits doivent être largement prévus dans les règlements, constitutions, traités et conventions internationaux, étant donné leur importance pour garantir la protection et la réalisation de la dignité de la personne humaine, établir des conditions de vie minimales, promouvoir les conditions du développement de la personnalité humaine, limiter le pouvoir et protéger les individus contre les abus du pouvoir de l'État.

Le système juridique brésilien et les droits de la population incarcérée

Au Brésil, il existe d'innombrables diplômes qui protègent les droits de l'homme et, par conséquent, les droits et garanties fondamentaux afin de protéger la dignité de la personne humaine.

LA Constitution fédérale de 1988 C'est le Code pénal de 1940 ils limitent le droit de l'État de punir en garantissant un traitement punitif respectueux de la vie humaine.

Il convient de rappeler que le Code pénal depuis sa création prévoit la garantie du maintien des droits sociaux des personnes après l'incarcération, cependant, étant à partir des années 1940, le code a dû faire face aux changements sociaux au fil des ans et comportait plusieurs lois. rare pour son efficacité dans la société.

La loi sur les exécutions pénales (LEP) en est un exemple. Si certains droits sont garantis dans le code pénal, les politiques visant à garantir l'effectivité de ces droits n'ont été créées par l'État qu'à partir de 1984 avec la création du LEP.

Alors, elle a commencé à réglementer les droits et devoirs de la population emprisonnée ainsi que pour établir les normes fondamentales à appliquer pendant la période d'emprisonnement, les sanctions disciplinaires et l'évaluation des détenus. Au titre I de la loi précitée,

Art.1 L'exécution pénale a pour objectif de mettre en œuvre les dispositions de la condamnation ou de la décision pénale et prévoir les conditions d'une intégration sociale harmonieuse du condamné et du détenu.

Art. 3 Le condamné et le détenu se verront garantir tous les droits non affectés par la sentence ou la loi.

Un seul paragraphe. Il n'y aura aucune distinction de nature raciale, sociale, religieuse ou politique.

LEP se tourne vers réinsertion sociale du détenuLa loi cherche donc à prévenir de nouveaux crimes et à préparer le détenu à retourner à la vie sociale sans aucune distinction.

À partir d'une condamnation, l'État a le droit d'exécuter la peine en fonction des limites de la peine judiciaire elle-même, et la personne condamnée doit s'y soumettre et avoir le même droit de ne pas purger une peine différente de celle établie.

Voici quelques exemples:

  • si la peine appliquée est la privation de liberté, seul le droit d'aller et venir sera restreint, puisque le condamné sera incarcéré;
  • si la sanction appliquée est restrictive des droits, il peut y avoir une restriction à la liberté d'aller et venir ou de rester, comme cela peut également être établi dans certains cas, les services à la communauté;
  • si une sanction est infligée pour le paiement d'une amende, on considère qu'il y a eu une restriction d'actifs, mais dans ce cas, il n'y aura pas de restriction à la liberté;

Les droits de la population carcérale

Malgré les différences entre les peines susmentionnées, dans tous les cas, l'article 5, point XLIX de la Constitution fédérale de 1988 garantit à la personne condamnée le droit à la vie, à l'intégrité physique et morale, à la protection contre la torture, les traitements cruels ou dégradants, ces droits sont également garantis au niveau international par le Pacte de San José du Costa Rica.

En plus de ces droits cités, l'article 41 de la loi sur l'exécution criminelle (LEP) a tenté d'énumérer d'autres droits tout aussi importants de la population carcérale, à savoir:

  • suffisamment de nourriture et de vêtements;
  • affectation de travail et rémunération;
  • sécurité sociale et constitution d'épargne (épargne constituée par le travail du détenu, libérée uniquement lors de sa libération ou dans des cas exceptionnels);
  • proportionnalité dans la répartition du temps de travail, de repos et de loisirs;
  • exercice d'activités professionnelles, intellectuelles, artistiques et sportives antérieures, à condition qu'elles soient compatibles avec l'exécution de la peine;
  • assistance matérielle, sanitaire, juridique, éducative, sociale et religieuse;
  • protection contre toute forme de sensationnalisme;
  • entretien personnel et privé avec l'avocat;
  • visite du conjoint, du partenaire, de la famille et des amis certains jours;
  • appel nominal;
  • l'égalité de traitement sauf en ce qui concerne les exigences d'individualisation de la peine;
  • audition spéciale avec le directeur de l'établissement;
  • représentation et pétition à toute autorité, en défense des droits;
  • contact avec le monde extérieur par correspondance écrite, lecture et autres moyens d'information qui ne compromettent pas la morale et les bonnes coutumes;
  • attestation de sanction à purger, délivrée annuellement, sous peine de la responsabilité de l'autorité judiciaire compétente.

Concluant que, bien que privé de sa liberté, le condamné préserve droits fondamentaux de préserver leur intégrité physique et leur dignité en tant qu'être humain, juridiquement protégés, soit par le texte constitutionnel lui-même, soit par la législation infra-constitutionnelle et les traités internationaux.

Il convient également de rappeler que les établissements pénitentiaires sont des lieux d'exécution de la peine privative de liberté, en régime fermé, semi-ouvert ou ouvert, et peuvent également héberger des détenus provisoires en attente de jugement, à condition qu'ils soient séparés des détenus avec condamnation définitive, selon les termes de l'article 82 du LEP.

Ces unités pénitentiaires doivent offrir des domaines d'assistance, de santé, de travail, de loisirs et de pratiques sportives, reproduisant les conditions de travail et de vie de la société, visant la rééducation et la resocialisation du condamné et son insertion dans la société après avoir purgé sa peine.

Les établissements pour femmes doivent avoir des crèches et des crèches, en plus d'avoir des agents pénitentiaires uniquement féminins, pour maintenir la sécurité intérieure, conformément à l'article 83, §2 du LEP.

Enfin, l'article 85 du LEP prévoit que la capacité des établissements criminels doit être compatible avec le nombre de places disponibles et leur structure, le contrôle de ces matières relevant de la compétence du Conseil national de la politique pénale et pénitentiaire.

La réalité du système carcéral brésilien

Incarcération de masse

Au Brésil, nous avons 338 prisonniers pour 100 000 habitants, ce qui correspond, selon le Conseil national de la justice, à environ 812 000 détenus dans le pays. Compte tenu de ce nombre absolu de détenus, nous occupons la 3ème position du classement de la plus grande population carcérale au monde, derrière la Chine et les États-Unis uniquement.

De plus, le taux de surpopulation carcérale correspond à 166% selon les données de l'étude «Prison System in Numbers» publiée en 2019.

Nombre d'incidents par type de crime. Période de juillet à décembre / 2019. Enquête nationale sur les renseignements sur les pénitenciers. Disponible sur: https://app.powerbi.com/view?r=eyJrIjoiMmU4ODAwNTAtY2IyMS00OWJiLWE3ZTgtZGNjY2ZhNTYzZDliIiwidCI6ImViMDkwNDIwLTQNG0MtNDNmNy05MWYL

Nombre d'incidents par type de crime. Période de juillet à décembre / 2019. DEPEN – Enquête nationale sur les informations pénitentiaires.

Selon les analyses du Département national des pénitenciers et selon le tableau ci-dessus, 50,96% des personnes qui sont dans le système pénitentiaire ont commis des crimes au sein du grand groupe de «Crimes contre la propriété» liés au vol, au vol, à la réception de biens volés et aux dommages à la propriété d'autrui. Pourtant, 20,28% sont responsables de crimes liés à la drogue et 17,36% sont «Crimes contre la personne» – homicide, infanticide, avortement et autres.

Le problème des personnes en détention provisoire

Dans le scénario brésilien, 41,5% des personnes incarcérées ne purgent toujours pas de peine définitive au Brésil, c'est-à-dire qu'elles sont des prisonniers provisoires.

Ces personnes sont détenues sans avoir été condamnées au premier degré. Selon une enquête du Conseil national de la justice, ces détenus provisoires passent plus de 180 jours en prison avant de recevoir une peine et, selon une enquête de l'Ipea (Institut de recherche économique appliquée) publiée en 2015, 37% ne sont pas condamnés à des peines privatives de liberté. à la fin de votre processus.

Pourtant, une étude de l'Institut de défense du droit de la défense indique que les prisons provisoires du pays sont principalement destinées aux jeunes, aux Noirs et aux pauvres, qui ont un faible niveau d'éducation et des emplois précaires.

Scénarios nuisibles pour la santé physique et mentale et l'intégrité morale

Cellules sales et malsaines, prolifération de maladies infectieuses, nourriture inutile, manque d'eau potable, de produits hygiéniques, manque d'accès à l'aide juridique, à l'éducation, à la santé et au travail et autres, tous démontrent des conditions précaires d'existence humaine.

Évidemment, cette situation a un impact direct sur la santé physique et mentale des personnes incarcérées. Mais il faut aussi parler de l'impact de cette situation sur l'intégrité morale de ces personnes. O le droit à l'intégrité morale englobe le droit au nom, à la vie privée, à la vie privée, à l'honneur, à l'image et à d'autres libertés morales.

Le Code pénal lui-même dispose en son article 38 que la «Le détenu préserve tous les droits non affectés par la perte de liberté, imposant à toutes les autorités le respect de leur intégrité physique et morale«.

Prolifération des factions criminelles

Les prisons deviennent des lieux de séduction. Dans cet environnement malsain, le crime organisé trouve un espace pour renforcer et développer ses activités, aidant les factions criminelles à se développer et à dominer les chaînes. D'une part, l'environnement pénitentiaire offre un cycle de recrutement de nouvelles personnes pour le crime et, d'autre part, il n'empêche pas la gestion de la criminalité depuis les prisons elles-mêmes.

La croissance des factions est également directement liée à l'augmentation de la violence dans les prisons. Les rébellions – où plusieurs prisonniers en mutinerie endommagent des cellules, brûlent des matelas, prennent des fonctionnaires en otage, agressent ou fauchent la vie de leurs rivaux et des responsables de la prison – ne sont pas rares au Brésil.

En 2019, une rébellion à l'intérieur du Pará a fait au moins 57 morts. Depuis 2017, 259 prisonniers ont été tués dans des rébellions et des conflits à travers le pays.

Creuser l'injustice et les inégalités

Le durcissement des lois pénales et le surpeuplement des prisons qui en résulte est l'un des rouages ​​d'un système qui aggrave l'injustice et les inégalités.

Par ailleurs, ce système sépare et marginalise les individus ayant moins de pouvoir d'achat. Il s'agit d'une critique sociale extrêmement pertinente du débat public, car selon les données du Sénat fédéral, les statistiques montrent que la criminalité est conditionnée par le statut socio-économique, le niveau d'éducation et les circonstances ethniques.

Nous avons observé, alors, que la majorité de la population carcérale est composée de personnes en marge de la société en raison de problèmes de race et de problèmes socio-économiques.

En savoir plus, accéder à notre contenu sur le profil de la population carcérale brésilienne.

Pourquoi parlons-nous des droits de la population carcérale?

Tout au long de l'histoire, il y a eu un écart entre les propositions de politique sociale et de politique pénitentiaire. L'idée est devenue courante que le maintien des droits sociaux des personnes incarcérées est incompatible avec la réalité, car ces personnes doivent être punies.

Selon Cardoso, la position de l'État était de donner la priorité aux actions répressives, non éducatives et non intégratives pour les personnes en conflit avec la loi (2009).

Les pouvoirs publics sont souvent silencieux et, par conséquent, une grande partie de la population, influencée par les médias et le sentiment d'insécurité, reproduit le discours selon lequel les détenus ne sont pas soumis à la loi et devraient souffrir pour avoir enfreint les lois.

Ce type de positionnement finit par renforcer la cruauté qui existe dans le système et justifier la violation des droits des individus qui purgent des peines restrictives de liberté.

Il est indéniable que le sentiment d'insécurité a augmenté ces dernières années au Brésil. En fait, la criminalité a de nouveau augmenté dans le pays en 2020. Les chiffres publiés par le Forum brésilien de la sécurité publique (FBSP) montrent une augmentation du nombre de meurtres au premier semestre 2020 et révèlent que toutes les 10 minutes, une personne est assassinée au Brésil.

Ces données, en plus d'alarmer la société, renforcent le consensus parmi les spécialistes de différents domaines qui il est urgent de revoir la politique d'incarcération au Brésil, puisque les politiques qui ont été adoptées avec insistance ces dernières années n'ont pour la plupart pas produit de résultats efficaces.

Pour Guilherme Nucci, juriste brésilien important, "Il est nécessaire de surmonter la compréhension inhumaine, qui a été plus ou moins implicite dans le système, que la perte de liberté du détenu entraîne nécessairement la suppression de ses droits fondamentaux" (2014).

Il est nécessaire de démystifier la punition. Ne pas arrêter ne veut pas dire ne pas punir. Ainsi, la recherche d'autres mécanismes efficaces, bon marché et adéquats pour demander des comptes à ceux qui commettent un crime non violent peut être une voie pour le système brésilien.

Que pensez-vous être faisable pour atténuer ce problème dans notre pays? Commentez ici!

RÉFÉRENCES

DROITS DE L'HOMME DES PERSONNES ET DIGNITÉ DE LA PERSONNE HUMAINE: Aspects matériels actuels

L'histoire des prisons et des systèmes de punition

Incarcération de masse: inefficace, injuste et antidémocratique


Vous pourriez également aimer...