Le Brésil

Terres marines: que sont-elles?

Au Brésil, selon les informations du Secrétariat fédéral au patrimoine – SPU, environ 500 000 propriétés sont situées sur des terres navales.

Mais savez-vous ce que sont les terres de la marine?

Dans cet article, nous expliquons ce qu’ils sont et abordons également les principaux débats sur le sujet.

Que sont les terres marines?

La Constitution fédérale de 1988, dans son article 20, VII, établit que les actifs de l’Union, entre autres, sont «les terres de la marine et leurs ajouts».

De cette manière, les «terres marines» peuvent être conceptualisées comme étant des terres de l’Union, situées entre la ligne imaginaire des marées moyennes et 33 mètres à l’intérieur des terres du continent. C’est le concept juridique de «terre marine», et est prévu dans le décret-loi no. 9 760/46 sur les biens immobiliers de l’Union.

La ligne imaginaire des marées moyennes, ou marée haute, sur laquelle s’est basé le législateur de 1946, est celle contenue dans la carte nautique de 1831 et la moyenne des crues ordinaires.

Délimitation des terres marines
Source: Ministère de l’économie / gouvernement fédéral.

Contexte historique

Les «terres de la marine» existent dans le système juridique brésilien, depuis l’époque de l’Empire, avec l’arrivée de Dom João VI et de la famille royale.

À l’époque, la mesure de 15 brasses (équivalant à 33 mètres) était suffisante pour permettre la libre circulation d’un peloton militaire sur la côte et pour garantir le libre passage de tout incident du service du roi et de la défense du pays.

L’espace était également utilisé pour le service de pêche, car il suffisait aux pêcheurs de tirer les filets.

Des charges

Comme c’est une bonne chose pour l’Union, les personnes qui occupent des zones classées «navy land» doivent payer des droits.

Les frais les plus courants sont appelés laudemio et forum.

Laudêmio, est une taxe de 5% de la valeur de la propriété et est facturée lors de sa vente. Comme indiqué ci-dessus, la propriété des propriétés situées sur des «terres marines» appartient à l’Union, cependant, bon nombre de ces propriétés sont occupées par des citoyens, qui détiennent le «domaine utile» sur eux, et ce domaine peut être négocié – que est, peut faire l’objet d’achat et de vente, de donation, de cession, etc.

Ainsi, chaque fois que le domaine utile fait l’objet d’une transaction onéreuse – commercialisée -, la redevance appelée laudemium sera due.

Le forum, en revanche, est un taux de 0,6% de la valeur du bâtiment qui est facturé annuellement à ceux qui occupent des bâtiments construits dans des zones qualifiées de «marine terrestre».

En plus des tarifs plus habituels mentionnés ci-dessus, il existe également des «frais d’occupation», dont la valeur est de 2% ou 5% de la valeur de la propriété, qui sont facturés à ceux qui n’ont pas encore signé le contrat d’occupation avec l’Union – une sorte de contrat de location.

Selon les données publiées par le gouvernement fédéral, en 2014, le gouvernement fédéral a collecté 700 millions de reais auprès des «terres marines», environ 83% des propriétaires payant au moins 500,00 reais (cinq cents reais) par an.

Du problème des «terres marines»

De nombreux résidents, au fil des ans, ont commencé à remettre en question la démarcation et les accusations déposées par l’Union.

L’Associação SOS Terínios de Marinha, dont le siège est à Pernambuco, créée en 2009 dans le but de lutter pour la fin de l’institut «marine land and its additions» et la perception des droits (forum, laudemium et frais d’occupation), document préparé remettre en question la méthodologie utilisée par le gouvernement fédéral pour la délimitation des terrains et dans le calcul des montants facturés.

Dans le document, l’Association affirme que le terrain inséré dans la gamme de 33 mètres des marées moyennes de 1831, n’existe plus actuellement, ayant été entièrement occupé par la mer, et que l’Union perçoit des redevances sans aucune transparence quant aux critères adopté pour le calcul.

L'image représente les écarts signalés par le "Association des SOS des Terres Marines", entre l'emplacement de la bande de 33 mètres selon le concept légal et la démarcation faite par le Département fédéral du patrimoine Source: SOS Terínios de Marinha.
L’image représente les écarts signalés par l ‘«Associação SOS Terínios de Marinha», entre l’emplacement de la bande de 33 mètres selon le concept juridique et la démarcation faite par le Secrétariat du Patrimoine de l’Union. Source: SOS Terínios de Marinha .

Toujours selon l ‘«Associação SOS Terínios de Marinha», la perception des redevances serait inconstitutionnelle, puisque le paragraphe 3 de l’article 49 de l’ADCT – Loi sur les dispositions constitutionnelles transitoires de la Constitution fédérale de 1988, établit que la tenure (contrat de location d’espèces ) ne peut se produire que sur des «terres marines» situées dans une «bande de sécurité», qui à son tour est un concept de défense nationale qui ne correspond pas à la zone côtière du pays et n’a pas été réglementé par le Conseil national de la défense, tel que déterminé par l’article 91 , de la Constitution fédérale.

Nouvelle loi

Face à tant de questions, en 2015, la loi no. 13.139 / 15 qui, selon le sénateur Ricardo Ferraço, auteur du projet, a introduit une série de règles que l’Union doit suivre sur le partage des terres marines.

Avec la nouvelle loi, afin de pouvoir délimiter une nouvelle zone en tant que «marine terrestre», l’Union doit promouvoir une série d’auditions publiques et informer adéquatement la population touchée.

Cependant, la demande de l ‘«Associação SOS Terundos de Marinha» pour l’extinction du classement des terres marines et la fin conséquente de la perception des redevances n’a pas été satisfaite.

Les charges fiscales ont été maintenues dans la nouvelle loi, cependant, leur valeur a été réduite, et il a été établi que la taxe d’occupation ne sera facturée qu’à partir de l’enregistrement du terrain et les améliorations ne seront pas incluses dans la base de calcul de la charge.

Une autre loi, également, de l’année 2015 qui répond partiellement à la revendication des résidents des terres de la marine, est la loi no. 13.240 / 15 provenant de la mesure provisoire nº. 691/2015 par la présidente Dilma Rousseff.

Ladite loi, autorise et réglemente la vente d’une partie des actifs de l’Union, parmi lesquels la «marine terrestre».

La norme établit une remise de 25% de la valeur vénale dans un délai d’un an pour les biens à vendre énumérés dans une ordonnance du ministère du Plan, et comme pour les biens déjà occupés de bonne foi, ils passent dans le domaine complet de l’acheteur.

Pour les propriétés en location (qui ont un contrat signé avec le gouvernement fédéral), la consolidation du domaine complet se fait par le versement de 17% de la valeur du terrain à titre de remise de tenure.

Enfin, il convient de signaler que plusieurs projets de loi sont en cours soit à la Chambre des députés fédéraux, soit au Sénat fédéral qui visent l’extinction des terres marines et la perception de redevances.

En 2018, une commission spéciale de la Chambre des députés fédéraux a approuvé une proposition qui supprime l’exclusivité de l’Union sur les terres marines, et les propriétés devraient être transférées aux États, aux municipalités et aux résidents à faible revenu (villages de pêcheurs).

Ces projets sont toujours en attente, et nous les suivons, et toute actualité, nous mettons à jour ici.

Saviez-vous déjà ce qu’étaient les terres de la marine? Commentez ici!

LES RÉFÉRENCES

Sénat fédéral, les redevances sur les terres marines sont contestées

Brésil, Constitution fédérale de 1988

Brésil, décret-loi no. 9 760/46

Marine brésilienne, 1823-1914

Association des SOS des Terres Marines

Brésil, Constitution fédérale de 1988

Brésil, loi no. 13 139/15

Brésil, loi no. 13 240/15

Chambre des députés fédéraux, la Commission approuve le transfert des terres de la marine aux États, aux municipalités ou aux occupants


Vous pourriez également aimer...