Le Brésil

TJ-SP donne 48 heures au gouvernement de Doria pour présenter un plan de vaccination des prisonniers

São Paulo – La Cour de justice de São Paulo (TJ-SP) a donné un délai de 48 heures au gouvernement de João Doria (PSDB) pour présenter un calendrier de vaccination de la population carcérale à réaliser dans un délai maximum de 15 jours. Selon la décision de justice, dans une injonction (provisoire), la première dose ou la dose unique du vaccin doit être garantie dans le délai pour toutes les personnes, sous peine d’une amende journalière à définir en cas de non-respect.

La décision répond à une action civile publique déposée, le mardi (20), par le Bureau du Défenseur public. L’agence prétend que l’État viole le Plan national de vaccination (PNI) en ne respectant pas les critères de priorité qui devraient être accordés au groupe. En accordant l’injonction hier (22), la juge Maricy Maraldi, de la 10e Cour des finances publiques, a également reconnu « un mépris flagrant du gouvernement à l’égard de la population carcérale, déjà si privée des droits humains les plus élémentaires et les plus élémentaires ».

Selon le magistrat, en ne respectant pas les critères de priorisation établis ou en assurant une couverture vaccinale aux personnes privées de liberté « au moins en équivalence avec la population générale », le gouvernement Doria « encourt un grave affront aux droits fondamentaux de la personne humaine ». « Notamment à l’égalité et aux principes de base du Système de santé unifié, tels que l’universalité, l’équité et la prise en charge globale, en plus d’ignorer clairement les réglementations de l’ONU en la matière », souligne Maricy.

Le rythme de vaccination est lent

La décision complète qu’« en intégrant le plan national de vaccination et en recevant des vaccins, bien que partiellement payés et distribués par le ministère de la Santé, le gouvernement de l’État de São Paulo doit respecter les groupes prioritaires définis dans la réglementation nationale, pouvant étendre , mais pas restreindre la couverture vaccinale », mentionne le juge.

État avec la plus grande population carcérale du pays, São Paulo a vacciné, jusqu’à présent, selon le secrétaire de l’Administration pénitentiaire (SAP), 56 000 des 207 700 personnes privées de liberté. Incompatible, selon le Bureau du Défenseur public, avec le niveau de priorité prévu dans le PNI. Le noyau spécialisé pour la situation carcérale calcule que si le rythme de vaccination au sein du système pénitentiaire avait suivi celui de la population – actuellement stationnée dans la trentaine – au moins 100 000 détenus auraient été vaccinés.

Dans la demande adressée au tribunal, l’agence cite des rapports d’inspections effectuées dans les prisons d’État au cours de l’année écoulée, où d’autres violations diverses ont été constatées. Y compris les cellules surpeuplées, le rationnement de l’eau et une majorité d’unités qui ne reçoivent pas d’articles d’hygiène et ne disposent même pas d’équipes de santé minimales.

infractions en prison

Le noyau souligne qu’en raison de cette forte vulnérabilité sociale, « la vaccination de ce groupe devrait avoir lieu avant la population jeune sans comorbidités qui n’est pas incarcérée ». Les personnes privées de liberté ont été incluses dans la liste prioritaire car elles sont plus sensibles aux maladies infectieuses en raison des conditions du système pénitentiaire. Des lieux considérés comme de véritables « bombes biologiques ». L’expertise indique qu' »il leur est impossible de se protéger de la maladie dans ces espaces ».

Dans les seules prisons de São Paulo, 74 détenus sont décédés des suites du covid-19. L’action civile ne met en évidence que 39 d’entre eux au cours des cinq derniers mois. « Des personnes meurent ou subissent des atteintes à la santé permanentes et irréversibles dans les prisons, sans avoir accès à la vaccination, dans un affront évident à la dignité humaine », affirment les 24 défenseurs signataires de l’action.

Le groupe exige également que le gouvernement Doria soit condamné pour douleurs et souffrances collectives d’un montant de 5 millions de reais, à allouer au Fonds d’État pour la défense des intérêts diffus (FID).

Dans un communiqué, SAP a déclaré que le procureur général de l’État n’avait pas encore été cité à comparaître.

Le dossier indique que « l’on s’attend à ce que la vaccination progresse à partir du mois d’août, compte tenu de l’élargissement des groupes d’âge admissibles à la vaccination par le PEI (Plan de vaccination de l’État). Le gouvernement affirme également que la vaccination en prison relève de la responsabilité des municipalités. Interrogé sur le rythme de vaccination dans les prisons, SAP a affirmé qu’en raison de la campagne de vaccination contre la grippe, « il attend un intervalle de 15 jours entre les applications des deux vaccins (contre le Covid-19 et la grippe). Ainsi, certains détenus déjà éligibles à la vaccination contre le Covid n’ont peut-être pas encore reçu la dose en raison de la nécessité de cet intervalle », argumente-t-il dans une note.

Rédaction : Clara Assunção

Sujet mis à jour à 16h46 pour inclure la note

Vous pourriez également aimer...