Le Brésil

Tout comprendre sur le Programme national de vaccination (PNI)!

O Programme national de vaccination (PNI) do Brasil est une référence internationale de politique de santé publique, offrant un accès gratuit à la population à tous les vaccins recommandés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

En plus du pays ayant déjà éradiqué, par la vaccination, des maladies d’envergure mondiale comme la variole et la polio (paralysie infantile), le PNI vise également l’inclusion sociale, en aidant l’ensemble de la population brésilienne, sans distinction d’aucune sorte. Dans ce contenu, politisez! vous explique plus en détail l’histoire du programme.

Histoire du vaccin au Brésil

L’année est 1903, quand Oswaldo Cruz, Scientifique et médecin brésilien, assume le rôle de directeur général de la santé publique du pays, face à son premier défi: contrôler la Épidémie de fièvre jaune au Brésil. Après avoir compris comment la capitale cubaine, La Havane, avait éradiqué la maladie, Oswaldo Cruz a mis en place un système de pulvérisation afin de tuer le moustique transmetteur, en plus d’isoler les malades, attitudes jugées controversées à l’époque, mais qui se sont avérées efficaces.

L’épidémie de fièvre jaune a été maîtrisée, indiquant le défi suivant: la variole. À l’époque, le seul médicament disponible pour lutter contre la variole était le vaccin, une nouveauté chez les Brésiliens, bien qu’il ait été fabriqué en Europe il y a quelques décennies – il y avait été créé en 1789.

Bien que l’idée d’utiliser le vaccin comme méthode de lutte contre la maladie n’ait pas été bien accueillie par la population brésilienne, en 1904, le Congrès national a adopté la loi 92/1904, rendant la vaccination obligatoire. Les responsables gouvernementaux ont commencé à vacciner les citoyens de force, se rendant chez eux pour les forcer à recevoir un traitement. La population s’est révoltée avec cette décision, lançant le mouvement anti-vaccin.

Bien que le gouvernement fédéral de l’époque ait annulé la décision initiale concernant la vaccination obligatoire – limiter l’obligation aux travailleurs, aux étudiants et aux personnes souhaitant se marier -, alors que le résultat positif de la vaccination commençait à apparaître, démontré par le recul drastique de la maladie, la population générale a commencé à chercher le vaccin spontanément.

La position d’Oswaldo Cruz face à ces maladies a abouti à la reconnaissance internationale du scientifique. En 1907, il reçoit la plus haute distinction de l’époque dans le domaine de l’hygiène et de la santé publique. Le succès des campagnes de vaccination antivariolique a abouti à l’éradication de la maladie au Brésil – le dernier enregistrement de la variole dans le pays a eu lieu en 1971. Enfin, cela a encouragé la création d’une nouvelle organisation nationale de santé publique.

Lisez aussi: qu’est-ce que Covax Facility?

Programme national de vaccination

Depuis 1973, le Brésil dispose du Programme national de vaccination (PNI). Le programme est même reconnu internationalement, faisant partie intégrante du programme de l’Organisation mondiale de la santé, avec le soutien technique, opérationnel et financier de l’UNICEF et les contributions du Rotary International et du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Créé par la loi n ° 6 259/1975 et régi par le décret n ° 78 231/1976, le PNI a lancé sa première campagne nationale de vaccination contre la polio en 1980, dans le but de vacciner tous les enfants de moins de 5 ans en un jour.

La campagne a été un succès, après tout dernier cas de polio au Brésil, il y a eu 1989, à Paraíba. En outre, en 1994, le Brésil a reçu, avec les autres pays de la région des Amériques, le certificat attestant que la maladie et le virus avaient été éliminés du continent.

L’efficacité du PNI est visible à travers les résultats obtenus au fil des années. Des exemples de succès sont: l’éradication de la rougeole, l’élimination du tétanos néonatal et la lutte contre d’autres maladies immunopréventables telles que la diphtérie, la coqueluche et le tétanos accidentel, l’hépatite B, la méningite, la fièvre jaune, les formes sévères de tuberculose, la rubéole et les oreillons, ainsi que le maintien de éradication de la polio.

L’article 597 de 2004, du ministère de la Santé, établit, dans son art. 3, que les vaccins prévus au calendrier PNI sont obligatoires, et leur preuve sera faite au moyen d’un certificat de vaccination (art. 4). En outre, le Statut de l’enfant et de l’adolescent (CEA) prévoit également que «la vaccination des enfants est obligatoire dans les cas recommandés par les autorités sanitaires» (art. 14, §1, de la CEA).

Le PNI définit les calendriers de vaccination en tenant compte de la situation épidémiologique, du risque, de la vulnérabilité et des spécificités sociales, avec des lignes directrices spécifiques pour les enfants, les adolescents, les adultes, les femmes enceintes, les personnes âgées et les peuples autochtones. En outre, l’objectif principal du programme est offrir tous les vaccins de qualité à tous les enfants qui naissent chaque année dans notre pays, en essayant d’atteindre une couverture vaccinale homogène à 100% dans toutes les communes et dans tous les quartiers.

Quant au Système d’Informatisation du Programme National de Vaccination (SI-PNI), il a été développé par DATASUS – Département d’Informatique du Système de Santé Unifié, créé en 1991 – composé de:

Évaluation du programme de vaccination – API.

Il enregistre, par tranche d’âge, les doses de produits immunobiologiques appliqués et calcule la couverture vaccinale, par unité de base, commune, région du Département d’Etat de la Santé, état et pays. Fournit des informations sur la routine et les campagnes, le taux d’abandon et l’envoi de bulletins de vaccination. Il peut être utilisé aux niveaux fédéral, étatique, régional et municipal.

Stock et distribution de produits immunobiologiques – EDI.

Gère le stock et la distribution des immunobiologiques. Il envisage la portée fédérale, étatique, régionale et municipale.

Effets indésirables post-vaccination – MAPI.

Il permet le suivi des cas d’effets indésirables survenus après la vaccination et l’identification et la localisation rapides des lots de vaccins. Il comprend la gestion fédérale, étatique, régionale et municipale.

Programme d’Evaluation de l’Instrument de Supervision en Salle de Vaccination – PAISSV.

Système utilisé par les coordinateurs nationaux de la vaccination pour normaliser le profil d’évaluation, capable d’accélérer la tabulation des résultats. Développé pour la supervision des salles de vaccins.

Détermination des immunobiologiques utilisés – AIU.

Il permet de gérer les doses utilisées et les pertes physiques pour calculer les pertes techniques à partir des doses appliquées. Développé pour la gestion fédérale, étatique, régionale et municipale.

Programme d’évaluation des instruments de surveillance – PAIS.

Système utilisé par les superviseurs PNI et les conseillers techniques pour standardiser le profil d’évaluation, permettant d’accélérer la tabulation des résultats. Développé pour la supervision des états.

Système d’Information des Centres Spéciaux de Référence Immunobiologique – SICRIE.

Enregistre les présences aux CRIE et rend compte de l’utilisation de produits immunobiologiques spéciaux et des événements indésirables.

Voulez-vous en savoir plus sur l’histoire de la santé publique au Brésil? Consultez notre contenu!

Vaccination obligatoire contre le virus COVID-19

Le principal argument de ceux qui sont contre le vaccin obligatoire est la liberté et la croyance individuelles, deux droits constitutionnels.

Vous voulez en savoir plus sur les vaccins obligatoires? Regardez notre vidéo!

Dans l’arrêt conjoint des actions directes d’inconstitutionnalité (DJA) 6586 et 6587 – qui traitent uniquement de la vaccination contre Covid-19 – et de l’appel extraordinaire avec appel (ARE) 1267879 – dans lequel le droit de refuser la vaccination en raison de convictions philosophiques est discuté ou religieux – la Plénière du Tribunal fédéral suprême (STF) a décidé que l’État peut ordonner aux citoyens de se faire vacciner obligatoirement contre Covid-19, prévue par la loi 13.979 / 2020.

Selon la décision, l’État peut imposer aux citoyens qui refusent la vaccination mesures restrictives prévues par la loi (amende, impossibilité de fréquenter certains lieux, inscription dans une école, etc.), mais vous ne pouvez pas immuniser de force.

La décision est basée sur la suprématie du droit collectif sur le droit individuel, puisque, dans ce cas, les décisions individuelles porteraient préjudice au collectif – comme c’est le cas avec le déni et le refus de se faire vacciner contre le COVID-19 – mettant en danger la santé de la population.

Le ministre Alexandre de Moraes a également souligné que le caractère obligatoire de la vaccination, afin d’assurer la protection de la santé collective, est une double obligation: l’Etat a le devoir de fournir le vaccin, et l’individu doit être vacciné. Pour le ministre Edson Fachin «L’immunité collective est un bien public collectif ».

Selon la ministre Rosa Weber, toute restriction aux libertés individuelles résultant de l’application de mesures juridiques à ceux qui refusent le vaccin est une imposition de l’ensemble constitutionnel des droits lui-même, qui nécessite des mesures efficaces pour la protection de la santé et de la vie:

Face à une menace sérieuse et réelle pour la vie de la population, il n’ya pas d’autre voie à suivre, à la lumière de la Constitution, mais une voie qui garantisse l’utilisation des moyens nécessaires, adéquats et proportionnés pour la préservation des la vie », a-t-il soutenu.

Enfin, je cite une partie du vote du ministre Cármen Lúcia qui a défendu la prévalence du principe constitutionnel de solidarité, corroborant avec la compréhension que le droit à la santé collective prévaut sur les droits individuels: «La Constitution ne garantit pas aux gens la liberté d’être souverainement égoïste».

Avez-vous aimé le contenu? Laissez votre avis dans les commentaires!

LES RÉFÉRENCES

Descomplica Legal – Le vaccin contre le virus COVID-19 est-il obligatoire?

Fiocruz

Ordonnance 597/2004 du ministère de la Santé

Politiser!

Programme national de vaccination (PNI)

SI-PNI – Système d’information sur le programme national de vaccination

Cour suprême fédérale (STF) – Presse

Sénat de la télévision


Découvrez plus de vidéos de notre chaîne!


Vous pourriez également aimer...