Le Venezuela

Trump menace « une immense colère » s’ils appliquent la « destitution »

Le président Donald Trump a qualifié mardi la procédure de destitution contre lui de « absolument ridicule » et a déclaré qu’elle avait suscité une « colère immense » à travers les États-Unis, avant de s’envoler pour le Texas pour sa première sortie depuis sa prise du Capitole.

«C’est vraiment la continuation de la plus grande chasse aux sorcières de l’histoire. C’est ridicule, c’est absolument ridicule. Cette « mise en accusation » provoque une immense colère « , a déclaré le président américain des jardins de la Maison Blanche.

«Je ne veux pas de violence», a-t-il ajouté dans sa première déclaration à la presse depuis l’émeute du 6 janvier, qui a fait cinq morts et choqué les États-Unis et le monde.

A huit jours de sa sortie du pouvoir, le président républicain a adopté un ton combatif, s’assurant que son discours à ses partisans avant l’assaut du Capitole était « totalement approprié », et dénonçant « l’erreur catastrophique » des réseaux sociaux, comme Twitter et Facebook, en suspendant son compte l’accusant d’incitation à la violence.

Au milieu d’une tempête politique, le président a rencontré lundi son vice-président, Mike Pence, qui, semble-t-il, a décidé de faire un front commun avec le président devant les démocrates, rejetant les demandes de destitution de Trump du pouvoir en invoquant le 25e amendement de la Constitution.

Une procédure de destitution est également en cours de préparation au Congrès qui entrerait dans l’histoire et hypothéquerait probablement l’avenir politique possible de Trump, qui pourrait devenir le premier président des États-Unis à être inculpé à deux reprises dans un procès politique.

La Chambre des représentants examinera la destitution mercredi et devrait voter le même jour.

Mise en accusation inévitable

Avec le soutien d’un grand nombre de démocrates et un éventuel soutien des républicains, la destitution contre Trump devrait passer facilement mercredi.

Le président américain a déjà fait l’objet d’une «mise en accusation», lorsque la Chambre des représentants l’a accusé en décembre 2019 d’avoir fait pression sur le président ukrainien pour qu’il enquête sur Joe Biden, actuel président élu et qui est alors apparu comme son principal rival politique pour corruption présumée. . Trump a finalement été acquitté par le Sénat à majorité républicaine.

Après un éventuel nouvel acte d’accusation par la Chambre basse, le doute subsiste sur le déroulement et l’issue du procès qui devra alors se tenir au Sénat, actuellement à majorité républicaine.

Les démocrates prendront le contrôle de la Chambre haute le 20 janvier, mais ils auront besoin du soutien de nombreux républicains pour obtenir la majorité des deux tiers nécessaire pour condamner le président.

Une destitution de Trump risquerait également d’entraver l’action législative des démocrates au début de la présidence de Biden, en monopolisant les sessions du Sénat.

Dans le même temps, les démocrates veulent adopter une résolution mardi soir demandant au vice-président Pence de démettre le président de ses fonctions.

Tant qu’il n’est pas démis du pouvoir, la « complicité » des républicains avec Trump, « mettra en danger les Etats-Unis », a prévenu lundi la puissante présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi.

Biden sera assermenté sous un grand dispositif de sécurité le 20 janvier, juste sur les marches du Capitole, siège du Congrès américain.

Critiqué pour son retard dans l’envoi de la Garde nationale mercredi dernier, le Pentagone a autorisé le déploiement de 15 000 soldats pour la cérémonie d’inauguration.

« Je n’ai pas peur », a déclaré lundi Biden à propos des risques de nouvelles manifestations pro-Trump.

Le président élu a appelé à la poursuite de tous ceux qui sont impliqués dans les actes d ‘ »insurrection » mercredi dernier.

Biden a de grands défis devant lui: il devra faire face à une pandémie rampante de Covid-19, à un programme de vaccination chaotique, à une économie instable et maintenant aux conséquences de l’opposition politique violente d’une grande partie de l’énorme base électorale de Trump.

AFP

Vous pourriez également aimer...