Le Brésil

TST maintient l’indemnisation de la victime de l’enlèvement bancaire. Caixa considérait la valeur comme « exorbitante »

São Paulo – Le Tribunal supérieur du travail (TST), par l’intermédiaire de sa huitième chambre, a confirmé la condamnation par Caixa Econômica Federal de 100 000 R$ en compensation à un employé de banque de la municipalité de Novo Repartimento (PA). Le travailleur et sa famille ont été retenus en otage par des criminels qui avaient l’intention de cambrioler l’agence où il travaillait. Caixa a fait appel pour le considérer comme « exorbitant », selon le TST. Rien que l’année dernière, la banque a réalisé un bénéfice net de 17,3 milliards de reais, soit une croissance de 31,1% par rapport à 2020. Soit 173 000 fois le montant fixé pour l’indemnité.

L’affaire s’est déroulée en août 2019, lorsque les voleurs sont entrés dans la résidence de l’employé à la recherche d’informations sur l’agence, où il a ensuite été emmené. « Dans le procès du travail, il a dit que Caixa avait rejeté sa demande de transfert et d’aide psychologique, qui, selon lui, étaient garantis par le règlement intérieur », rapporte le TST.

« Raisonnable »

En première instance (11e Tribunal du travail de Belém), Caixa a été condamnée à payer 50 000 BRL. Ensuite, dans le second (tribunal régional du travail de la 8e région, qui couvre le Pará et l’Amapá), la valeur est passée à 100 000 R$. La banque, en plus de considérer la valeur élevée, a déclaré que la justice n’avait pas respecté le principe de « raisonnabilité » et la proportion par rapport au préjudice subi par le salarié.

Dans la collégiale TST, le rapporteur, la ministre Delaíde Miranda Arantes, a estimé que la valeur tenait compte de la gravité de l’affaire et de la responsabilité de Caixa. Pour elle, la banque « n’a pas pris les mesures nécessaires pour réduire les dégâts et soutenir la famille du travailleur ». La décision a été unanime.

A lire aussi :

Vous pourriez également aimer...