Le Brésil

TST prête serment à quatre ministres en présence de Bolsonaro, qui a déjà défendu l’extinction du Tribunal du travail

São Paulo – Le Tribunal supérieur du travail (TST) compte désormais quatre nouveaux juges, sur un total de 27 qui composent le Tribunal. L’inauguration a eu lieu hier (19), lors d’une cérémonie en tête-à-tête, y compris avec le président de la République, qui au début de son mandat a évoqué la possibilité d’éteindre la justice du travail. Selon lui, les actions pourraient être transférées au tribunal commun. Au moins deux d’entre eux ont déjà émis des commentaires plus critiques à l’égard de la « réforme » du travail de 2017.

Par ailleurs, la cérémonie a réuni Jair Bolsonaro et le ministre Alexandre de Moraes, du Tribunal suprême fédéral (STF) et du Tribunal supérieur électoral (TSE) dans le même auditorium. C’était la même semaine que le chef de l’exécutif est allé au tribunal avec une plainte pénale contre le ministre, sans succès. Les deux se sont salués lorsque le président de la République a été appelé pour décorer les nouveaux ministres – Bolsonaro s’est approché, a fait signe à Moraes de se lever, et les deux ont échangé une poignée de main. Mais le président n’a pas suivi les applaudissements lorsque le nom du ministre a été annoncé.

sécurité juridique

Le ministre Sergio Pinto Martins a pris ses fonctions, venant du TRT (tribunal régional) de la 2e Région, à São Paulo, où il était juge depuis 2007. Il était également magistrat régional. Il a même déclaré, il y a des années, que la réforme mise en place en 2017 (loi 13.467) n’apporterait pas de sécurité juridique, contrairement à ce qui avait été annoncé. En effet, toute jurisprudence devrait être reformulée. « Je suis dans la magistrature depuis 32 ans et j’espère, quand j’arriverai à la TST, je pourrai aider à la réduction des procès sociaux déjà en cours », a-t-il déclaré hier.

Les ministres du principal tribunal du travail du pays : quelques voix contre la « réforme » mise en place en 2017 et des attaques contre ses performances (TST)

Les trois autres ministres – Morgana Richa, Amaury Rodrigues et Alberto Bastos Balazeiro – ont vu leur investiture ratifiée lors de la session officielle, car ils avaient déjà assumé leurs fonctions administratives. Balazeiro, né à Salvador, occupait un poste vacant destiné au ministère public. De 2019 à 2021, il a été procureur général du travail. Il a déjà affirmé qu’en plus de ne pas relancer l’économie, la « réforme » a contribué à accroître l’informalité. « Il n’y a aucune étude, y compris dans le monde entier, qui indique une relation entre la réduction des charges de main-d’œuvre directe et les progrès de l’économie », a-t-il déclaré dans une interview avec le programme. La puissance au pointil y a deux ans.

la négociation collective

Amaury Rodrigues Pinto Junior, de Curitiba, était président du TRT de la 24e Région, dans le Mato Grosso do Sul. Dans une interview au journal Valeur économique, en 2021, il a défendu la « réforme », mais a ajouté qu’il fallait accorder plus de pouvoir aux syndicats pour, de fait, renforcer la négociation collective. « Négocier vaut toujours mieux que légiférer. Dans le même temps, les syndicats ont vu leur capacité économique réduite parce qu’ils se sont retrouvés sans source de revenus. Comment vais-je avoir une capacité de négociation si je n’ai pas de capacité économique ? C’est une difficulté que je vois et c’est clair dans la relation de travail », a-t-il déclaré.

Morgana de Almeida Richa, également du Paraná, de Tolède, était juge du TRT de la 9e région, dans son état, et membre du Conseil national de la justice (CNJ). Il a également présidé l’Association locale des magistrats du travail (Amatra). Lors de son audition au Sénat, elle a déclaré que la législation doit suivre les évolutions du monde du travail et a défendu une réglementation pour ce qu’on appelle le télétravail (bureau à domicile).

Vous pourriez également aimer...