Le Venezuela

Un député a dénoncé les effets du blocus devant la Cour pénale internationale et l’ONU

Le plus haut représentant du Bureau du Procureur général de la République, Tarek William Saab a affirmé que dans le cadre de ses compétences clairement définies dans la loi organique du ministère public, le plaideur public qu’il préside dignement, a fait entendre sa voix devant le La Cour pénale internationale et l’Organisation des Nations Unies (ONU), à faire connaître sa déclaration sur des questions controversées et critiques, y compris la dénonciation de la perpétration de crimes contre l’humanité commis à la suite de l’application de mesures coercitives illégales adoptées unilatéralement par le gouvernement des États-Unis d’Amérique contre le Venezuela, au moins depuis 2014.

Il a rappelé que cette deuxième saisine était accompagnée d’une pièce justificative précisant les circonstances pertinentes dans lesquelles il est allégué que de tels crimes se sont produits.

Comme on le rappellera, le 27 septembre 2018, un groupe d’États parties au Statut de Rome, à savoir la République argentine, le Canada, la République de Colombie, la République du Chili, la République du Paraguay et la République du Pérou, a fait un rapport sur la situation au Venezuela ».

«De plus, au cours de ce mois de février, nous vous avons envoyé un deuxième rapport d’expansion sur ce qui a déjà été présenté; dans lequel nous réitérons notre volonté de collaborer avec la CPI. Une partie de ce qui a été dit repose sur les rapports remis à la Cour pénale internationale et au Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, l’ancienne présidente Michelle Bachelet ”- a souligné le procureur général.

https://www.francia.org.ve/wp-content/uploads/2021/02/1614281271_876_Un-depute-a-denonce-les-effets-du-blocus-devant-la.jpg
Le procureur général Tareck William Saab présente son rapport annuel

Dans le cadre de la tentative de coup d’État du 30 avril 2019, le ministère public a «identifié 63 personnes ayant participé à ce soulèvement, qui ont reçu un mandat d’arrêt. Dont 33 ont été capturés. Une mesure de détention a été ordonnée contre 24 des accusés. Un acte d’accusation a été déposé contre 35 personnes liées à ces événements, que certains ont voulu minimiser.

Un autre point abordé par le procureur William Saab fait référence à «la tentative d’incursion de mercenaires pour assassiner le président de la République et les hauts commandants militaires et civils. En plus de générer un climat de guerre dans le pays. Lors de l’incursion terroriste connue sous le nom d’Opération Gideon, il a été possible de démontrer la participation de 114 personnes à qui une mesure de détention a été demandée. 85 personnes impliquées ont été formellement inculpées devant l’instance judiciaire, par l’acte d’accusation susmentionné et 54 se sont prévalues ​​de la procédure spéciale d’admission des faits, tandis que 17 personnes ont été condamnées pour s’être prévalues ​​de la procédure d’accusation ».

Le représentant du public Vindicta a indiqué que les accusés « ont révélé la participation des gouvernements colombien et américain à ces événements par le biais de la sous-traitance. Rappelons-nous que deux des accusés étaient des mercenaires américains, qui ont admis leur participation aux événements « 

Le plus haut représentant du ministère public et partie intégrante du pouvoir citoyen a souligné qu’en tirant les leçons de l’expérience nationale et internationale présentée à l’Assemblée nationale, 6 projets de loi, dont la «loi d’incorporation de nouveaux droits de l’homme».

«Et avec cette loi-cadre, nous avons présenté cinq autres projets qui développent des droits spécifiques, à savoir le projet de loi pour la défense de l’environnement et contre la maltraitance des animaux; Projet de loi sur la responsabilité des entreprises dans le domaine des droits de l’homme, projet de loi pour punir les crimes commis contre les paysans, les pêcheurs et les peuples autochtones qui cherchent à les déplacer de leurs habitats »- a indiqué William Saab

Par rapport à d’autres propositions juridiques soumises à l’examen du Parlement, par le ministère public, il y a «le projet de loi d’opter volontairement pour une mort digne dans le cas de personnes atteintes de maladies en phase terminale ou de douleurs permanentes extrêmes. Enfin, la réforme de la loi organique du ministère public. « 

Politique constante contre le trafic de drogue

Tarek William Saab a affirmé qu ‘«un autre des aspects transcendants de notre gestion au cours de ces 3 ans et demi a été la lutte contre les mafias du trafic de drogue qui tentent d’utiliser notre pays comme un pont pour le transit de la cocaïne et de la marijuana, des stupéfiants et des substances psychotropes. qui sont produits en Colombie et qui sont vendus principalement aux États-Unis et en Europe ».

Selon Saab, «le Venezuela a été le voisin d’un narco-État, le premier producteur mondial de cocaïne, qui est également devenu un centre de conspiration contre notre démocratie et les mafias colombiennes du trafic de drogue sont directement impliquées dans le financement et la protection de groupes terroristes qui l’intention d’attaquer notre pays ».

Enfin, il a déclaré que «d’août 2017 à décembre 2020, nous avons présenté 15 431 accusations et 5 930 personnes ont été condamnées pour trafic de drogue dans ses différentes modalités et pendant cette période, la police et les autorités militaires vénézuéliennes ont saisi 40,6 tonnes de marijuana et 93,9. tonnes de cocaïne ».

Vous pourriez également aimer...