Le Brésil

Un indigéniste funai et un journaliste anglais disparaissent en Amazonie

São Paulo – L’indigéniste Bruno Araújo Pereira, de la National Indian Foundation (Funai), et le journaliste anglais Dom Phillips, collaborateur du journal Le gardien, sont portés disparus à Vale do Javari, en Amazonie. L’information a été confirmée à la presse ce lundi (6) par l’Union des peuples indigènes de Vale do Javari (Univaja) et par l’Observatoire des droits humains des peuples indigènes isolés et récemment contactés (Opi).

Selon les entités, les deux voyageaient entre la communauté riveraine de São Rafael et la ville d’Atalaia do Norte, dans l’État d’Amazonas. La vallée de Javari est connue pour abriter le plus grand nombre de peuples non contactés au monde. L’objectif de l’indigéniste et du journaliste, comme indiqué dans le rapport, était de visiter l’équipe de surveillance indigène qui se trouve près de la localité appelée Lago do Jaburu, où Mgr Phillips interviewerait les indigènes.

Univaja et Opi soulignent que la disparition survient la semaine où l’équipe a reçu des menaces sur le terrain. L’intimidation a été confirmée par des employés des entités dans des rapports. Dans le cas de Bruno, il était constamment la cible de menaces pour avoir dénoncé les invasions de mineurs et de bûcherons dans cette région de l’Amazonie. Mais ce n’était pas non plus la première tentative d’intimidation des défenseurs de l’environnement et des indigènes. « D’autres étaient déjà en cours auprès d’autres membres de l’équipe d’Unijava, en plus d’autres signalements déjà officialisés auprès de la Police Fédérale, du Ministère Public Fédéral à Tabatinga, du Conseil National des Droits de l’Homme et de la Internationale des droits des peuples autochtones », décrit.

ce qui est connu

Les organisations ont des informations selon lesquelles les deux sont arrivés à destination, le lac Jaburu, vendredi (3), à 19h25. Ils sont revenus dimanche (5) à Atalaia do Norte. Cependant, ils se sont arrêtés auparavant à la communauté riveraine de São Rafael pour une visite précédemment prévue entre l’indigéniste et une communauté locale. La réunion était prévue pour les deux afin de consolider le travail conjoint entre les riverains et les peuples autochtones dans la surveillance du territoire, qui a été fortement touché par les invasions intenses, décrivent Univaja et Opi.

De là, ils sont partis pour Atalaia do Norte. Le trajet dure en moyenne deux heures. Pourtant, ils auraient dû arriver entre 8h et 9h le dimanche matin dans la ville, ce qu’ils n’ont pas fait. Une première équipe d’Univaja est partie à 14 heures à la recherche du navire le long de la rivière Itaquaí, mais aucune trace n’a été retrouvée. « A 16h00, une autre équipe de recherche a quitté Tabatinga, dans un plus gros navire, retournant au même endroit, mais là encore aucune trace n’a été retrouvée », soulignent-ils dans le document.

Organes activés

Univaja souligne que l’indigéniste a de l’expérience et qu’il est un grand connaisseur de la région. Bruno est déjà coordinateur régional de Funai à Atalaia do Norte depuis cinq ans. Il est également membre de l’OPI et est très respecté par les peuples autochtones. L’entité affirme que le navire dans lequel ils voyageaient, en plus d’être neuf, était suffisamment approvisionné pour le voyage.

Dom Phillips a également réalisé plusieurs reportages sur l’Amazonie, travaillant en tant que pigiste et membre de la Fondation Alicia Patterson et Cissy Patterson Environmental Fellow 2021. Il vit au Brésil depuis 2007, et a déjà eu des passages à São Paulo, Rio de Janeiro et Salvador.

A la presse brésilienne, le Le gardien a déclaré qu’il était « très inquiet et cherche de toute urgence des informations sur l’endroit et l’état de santé de Phillips ». Le journal a également indiqué qu’il est en contact avec l’ambassade au Brésil et les autorités locales et nationales « pour essayer d’établir les faits le plus rapidement possible ».

Human Rights Watch, dans un communiqué signé par sa directrice au Brésil, Maria Laura Canineu, souligne également son inquiétude face à la disparition. « Il est extrêmement important que les autorités brésiliennes consacrent toutes les ressources disponibles et nécessaires à la réalisation immédiate des perquisitions, afin de garantir, dans les meilleurs délais, la sécurité des deux », indique la note.

Jusqu’à la clôture de cet article, la Funai ne s’était pas encore exprimée sur la disparition de l’indigéniste et journaliste en Amazonie. Le ministère public fédéral (MPF), la police fédérale et l’armée ont été appelés pour procéder à la perquisition.

Vous pourriez également aimer...