Le Brésil

Un livre récupère des textes rares de «l’auteur caché» de l’historiographie nationale – Jornal da USP

Les écrits du diplomate et historien Manuel de Oliveira Lima sont publiés à la Biblioteca Brasiliana de l’USP

par Luiz Prado

« Oliveira Lima ne fait pas encore partie du canon historiographique brésilien en raison de la méconnaissance de son travail », dit Rêgo – Photo : Unsplash

L’histoire intellectuelle – en fait, toute spécialisation de l’histoire, soyons précis – est faite de personnages connus, de petits noms, de sujets controversés et de personnages cachés. Ces derniers sont ceux que l’on trouve dans les notes de bas de page, les éditions jaunies de librairie d’occasion, ou les rééditions clairsemées d’un ou deux ouvrages, quelle que soit la taille de l’œuvre complète de l’auteur. Ils apparaissent dans la bouche des spécialistes, et leurs noms sont une sorte de bavardage obscur d’initiés. Les échos de ses idées se répercutent dans les classiques, mais il est trop facile de perdre de vue leur piste cachée.

Manuel de Oliveira Lima – Photo : Wikimedia Commons

Manuel de Oliveira Lima (1867-1928) est l’un de ces sujets cachés de l’historiographie nationale. Diplomate et historienne du Pernambuco, née à Recife, Oliveira Lima a fait l’éloge des travaux sur la période de la cour portugaise au Brésil, ainsi que d’un ensemble d’ouvrages qui couvrent tout, de l’arrivée des Portugais dans le pays aux premières années de La république. En dehors du champ de l’histoire, il a eu une longue collaboration dans la presse et a laissé des écrits sur la critique littéraire, la géographie, la diplomatie et le droit.

Malgré la publication récente de livres comme D. João VI au Brésil et La reconnaissance de l’empire, une partie considérable de sa production manque de réimpressions soignées. Et une grande partie de ses conférences, essais, productions journalistiques et textes courts restent pratiquement inédits, étant donné qu’après la publication originale – et certains d’entre eux ont déjà dépassé le siècle – ils n’ont pas obtenu de nouvelles versions.

Avec l’arrivée de La découverte du Brésil et autres essais, ce vide commence à ouvrir l’espace pour une redécouverte d’Oliveira Lima, quelques années après son 150e anniversaire. Organisé par André Heráclio do Rêgo, également historien, diplomate et natif du Pernambouc, le volume fait partie de la Collection 3×22 de la Biblioteca Brasiliana Guita et José Mindlin (BBM) à l’USP, dédiée au lancement d’œuvres qui proposent des récits alternatifs à la canon de l’histoire nationale.

Le livre organisé par Rêgo, qui est également post-doctorant à l’Institut d’études brésiliennes (IEB) de l’USP et en 2017 avait déjà sorti Oliveira Lima : une historienne des Amériques, rassemble sept textes « presque inédits » d’Oliveira Lima. Il s’agit d’essais, d’articles de journaux et de transcriptions de conférences qui font partie de la collection BBM, mais jusqu’à présent étaient dispersés et sans traitement critique. Spécialement numérisés, transcrits et révisés pour le livre, ils ont également reçu une étude introductive réalisée pour l’édition, ainsi que des notes et commentaires qui accompagnent chacun des essais.

« La grande différence avec ce livre, c’est qu’il s’agit de textes quasi inédits », explique l’organisateur. « Ce sont des écrits qui ont été peu publiés dans les recueils, dans les Revue de l’Institut historique et géographique de São Paulo, dans un ouvrage intitulé Livre du centenaire, à partir de 1900, puis ils n’ont plus été publiés. Pour Rêgo, cette édition, réunissant des textes méconnus, une introduction inédite et des notes actualisées, est la possibilité pour les lecteurs de redécouvrir Oliveira Lima.

« Oliveira Lima est un sujet caché de l’historiographie et de la sociologie brésiliennes du XXe siècle. Ses perceptions sont dans de nombreux auteurs, ouvertement ou non », explique l’historien André Heráclio do Rêgo, organisateur du livre publié par la Biblioteca Brasiliana Guita e José Mindlin (BBM) de l’USP – Photo : Reproduction

Une vue globale du Brésil

Rêgo a cherché, dans le choix des textes, à composer une vision chronologique et complète de l’histoire du Brésil. Par conséquent, le livre s’ouvre sur l’essai La découverte du Brésil – Ses premières explorations et négociations diplomatiques à l’origine, contribution d’Oliveira Lima faite pour le IVe Centenaire de la Découverte et publiée dans ce qui est devenu Livre du centenaire. Sans voir une nouvelle édition pendant 121 ans, l’écriture s’étend des antécédents du traité de Tordesilhas, de 1494, jusqu’à environ 1530, au début de l’occupation portugaise.

Histoire de la colonisation portugaise du Brésil, un des livres d’Oliveira Lima- Photo : Leilão de Arte Brasileira

Le deuxième texte, Nouvelle Lusitanie, traite des capitaineries héréditaires à partir de l’exemple de Pernambuco, baptisé par son premier bénéficiaire, Duarte Coelho Pereira, sous le nom de Nova Lusitânia. Il a été initialement publié en 1924, au Portugal, dans la collection Histoire de la colonisation portugaise du Brésil, supervisé par Carlos Malheiros Dias et lancé en l’honneur du centenaire de l’indépendance du Brésil.

la conquête du Brésil et Le Brésil et les étrangers elles résultent de la transcription de deux conférences données par Oliveira Lima en Belgique, respectivement à Bruxelles et à Anvers, publiées dans le même numéro de Revue de l’Institut historique et géographique de São Paulo, en 1910. Le premier traite de l’occupation de l’intérieur du pays tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles, tandis que le second aborde l’importance des étrangers dans la formation nationale, commentant les guerres et les occupations françaises et néerlandaises et d’autres présences privées, telles que Italiens et Allemands. « Oliveira Lima a aussi affaire ici à une catégorie très intéressante, les étrangers qui ont aidé le Brésil sans jamais être ici », explique Rêgo. « Il cite par exemple le cas de l’Anglais Robert Southey, auteur de la première histoire du Brésil digne de ce nom et qui n’est jamais allé au Brésil. »

Une autre conférence, tenue cette fois à São Paulo, a donné lieu à Le rôle de José Bonifácio dans le mouvement indépendantiste, publié en 1907 également dans Revue de l’Institut historique et géographique de São Paulo. Selon Rêgo, le texte est une anticipation du matériel qui apparaîtrait dans une œuvre plus connue de l’auteur, Le mouvement d’indépendance, à partir de 1922. « La genèse de ce livre est dans cet essai de 1907 », précise-t-il.

Des sept essais du volume, celui consacré à José Bonifácio est également le seul à recevoir une deuxième édition. C’était en 1971, dans le cadre d’une œuvre choisie d’Oliveira Lima organisée par le journaliste, historien et homme politique Barbosa Lima Sobrinho. « La découverte du Brésil et autres essais il entend également être un hommage à Barbosa Lima Sobrinho et une tentative de poursuivre son travail », déclare Rêgo.

Le livre suit avec un essai de mémoire sur Euclides da Cunha, écrit pour le journal L’État de São Paulo à la mort de l’auteur de les Sertes, en 1909, et réédité dans un livre en son honneur en 1918. Clôture l’ouvrage Aspects de l’histoire et de la culture brésiliennes, transcription de conférences données par Oliveira Lima à la Faculté des lettres de Lisbonne en 1923 et qui sert en quelque sorte de conclusion aux textes précédents.

auteur caché

De son vivant, Oliveira Lima a accumulé prestige, reconnaissance et désaccords qui peuvent surprendre quiconque entend son nom pour la première fois. Amoureux des livres notoire, l’historien a fait ses études à Lisbonne, où il a obtenu son diplôme en Lettres et a acquis une solide formation en critique littéraire et en historiographie. C’est également au Portugal qu’il entame sa carrière diplomatique, qui le mènera également en Belgique, en Suède, en Allemagne, au Japon, au Venezuela, en Angleterre et aux États-Unis. C’est là, même à l’Université catholique de Washington, où il enseignait, que se trouve aujourd’hui son impressionnante bibliothèque, avec 58 000 titres.

Oliveira Lima a concilié sa carrière diplomatique avec sa vocation d’historien, se déroulant également dans la critique littéraire et dans des collaborations avec des journaux de Pernambuco et de São Paulo, sous la forme d’une série d’articles pour L’État de São Paulo pendant la Première Guerre mondiale. Il trouva encore le temps d’être l’un des fondateurs de l’Academia Brasileira de Letras, en 1897.

« Oliveira Lima est historienne sui generis dans l’histoire du Brésil, car il a été le premier grand historien brésilien qui n’ait pas été autodidacte », commente Rêgo. Cette différence par rapport à des noms comme Joaquim Nabuco et Barão do Rio Branco, issus des cours de droit, et Capistrano de Abreu, un autodidacte, fait ressortir Oliveira Lima. « Si, d’une part, cela a nui à sa carrière sociale, tant dans la diplomatie que dans le monde universitaire – parce qu’il n’a pas bénéficié de la sociabilité que lui permettaient de suivre des cours de droit à Recife et à São Paulo –, d’autre part, cela lui a garanti l’accès. avant eux et académiquement aux théories et courants modernes de l’histoire et de la sociologie.

A Lisbonne, Oliveira Lima avait pour professeurs de grands noms de l’intelligentsia locale, comme Teófilo Braga, folkloriste, sociologue et premier président portugais. Grâce à eux, le natif de Pernambuco est entré en contact avec les nouvelles théories de l’histoire, qui se reflètent dans sa démarche. « Oliveira Lima avait l’habitude de dire que l’histoire du pays ne devait pas être que l’histoire militaire », dit Rêgo. « Il a déclaré que l’histoire d’une nation, d’un peuple, devrait également considérer des aspects de la vie privée, des relations entre maîtres et esclaves, entre Brésiliens et Portugais, entre gouvernants et gouvernés. En ce sens, il anticipe non seulement Gilberto Freyre, mais l’école des Annales elle-même, avec l’histoire de la vie privée.

Dans D. João VI au Brésil, poursuit Rêgo, Oliveira Lima a également anticipé Sérgio Buarque de Holanda et son homme cordial lorsqu’il a souligné l’influence prépondérante des relations affectives sur les décisions politiques. Dans l’approche du processus d’indépendance, son originalité trouverait un écho dans la pensée de Freyre, lorsqu’il parlait de révolutionnaires conservateurs, comme Feijó. « Oliveira Lima a innové dans beaucoup de choses et a été le précurseur de nombreux personnages importants de l’intelligentsia brésilienne du XXe siècle. Certains le reconnaissent, d’autres non », explique Rêgo.

Pour l’organisateur de la compilation récemment lancée, outre Freyre et Sérgio Buarque, la liste de ceux qui portent dans leur ADN les intuitions du natif de Pernambuco comprend également des personnalités comme Victor Nunes Leal, Raymundo Faoro et Florestan Fernandes, pour ne citer noms. « Je dirais qu’Oliveira Lima est un sujet caché de l’historiographie et de la sociologie brésiliennes du XXe siècle. Ses perceptions sont dans de nombreux auteurs, ouvertement ou non. « 

Mais qu’est-ce qui expliquerait cette invisibilité d’Oliveira Lima ? Pour Rêgo, les raisons sont variées. D’abord, c’était un « diplomate très peu diplomatique », qui accumulait les mésententes avec son patron, le baron de Rio Branco, avec Joaquim Nabuco et avec d’autres personnalités influentes de l’époque. Son déménagement à Washington à la fin de sa vie peut également avoir influencé le caractère poussiéreux de son travail, car nombre de ses contacts au Brésil ont été perdus. De plus, contrairement à Capistrano de Abreu, qui fit créer une société en son honneur peu après sa mort, chargée d’assurer la publication de ses ouvrages, le natif de Pernambuco n’avait rien de semblable. « Oliveira Lima ne fait pas encore partie du canon historiographique brésilien par manque de connaissance de son œuvre », précise l’organisateur.

Si cela dépend de Rêgo, cela pourrait bientôt changer. Au cours du processus de collecte, de sélection, de révision et de conception du livre, le chercheur était tellement excité qu’il a décidé de continuer le travail de recherche de textes «presque inédits» d’Oliveira Lima. Le voyage l’a mené à la Bibliothèque du Congrès des États-Unis, à la Bibliothèque nationale de Rio de Janeiro, à l’IEB, à la Bibliothèque nationale de France et à la Bibliothèque de l’Académie brésilienne des lettres, en plus d’assurer de nouvelles visites à BBM. Dans cette aventure, environ 70 textes ont été retrouvés, traitant de l’histoire du Brésil, du Portugal et du Pernambuco, de la critique littéraire, de la géographie, de la diplomatie et du droit.

Rêgo souhaite désormais faire une nouvelle édition avec ces écrits et recherche des éditeurs et des sponsors. « Je lance un appel aux institutions publiques et privées et aux amis de la culture brésilienne en faveur de cette œuvre sélectionnée d’Oliveira Lima, qui serait un hommage à l’auteur et un hommage à Barbosa Lima Sobrinho, qui a réalisé la première œuvre sélectionnée. Ce serait une manière très intéressante de célébrer le Bicentenaire de l’Indépendance », propose Rêgo.

La découverte du Brésil et autres essais, par André Heráclio do Rêgo (organisation), BBM Publications, 352 pages. Téléchargement gratuit sur le site Web de BBM.

Vous pourriez également aimer...