Le Brésil

Un projet pour connaître le Brésil et les Brésiliens – Jornal da USP

Le portail « 3×22 » propose des textes gratuits et des ressources pédagogiques pour réfléchir sur la nation, son passé et son avenir

Le portail 3×22 fournit du matériel gratuit pour les écoles – Photo : Reproduction

par Janice Théodoro

L’Université de São Paulo et la Biblioteca Brasiliana Guita e José Mindlin (BBM) de l’USP ont préparé le portail 3×22, pour commémorer le bicentenaire de l’Indépendance et le centenaire de la Semaine de l’art moderne, en 2022. L’objectif est d’offrir aux consultants la possibilité de réfléchir et d’évaluer de manière critique la formation de la société et de l’État brésilien. Le portail rassemble des suggestions de lecture pour comprendre le Brésil et les Brésiliens, des bulletins avec du matériel sur les principaux thèmes suggérés par les dates, des kits pédagogiques à utiliser en classe, du matériel pour la préparation des itinéraires du lycée, des vidéos et des événements organisés au BBM .

Parmi les activités proposées sur le portail, les suggestions de lecture se démarquent : 200 livres écrits en 200 ans (1822-2022). L’idée a été inspirée par l’article d’Antonio Candido 10 livres pour comprendre le Brésill. L’intention des porteurs du projet était de révéler notre histoire à travers des auteurs, à la fois canoniques et irrévérencieux, sans oublier le rôle prépondérant des réduits au silence et des vaincus dans les circuits de pouvoir (littéraire, économique et politique). La réflexion est née d’un séminaire au titre évocateur pour comprendre le portail 3×22: Le Brésil n’existe pas. Y aura-t-il des Brésiliens ?.

Après tout, qui sont les Brésiliens (le cas échéant) ?

Les 200 livres suggèrent d’innombrables possibilités. Le choix s’est porté sur des auteurs plus connus et moins connus. Les personnages sélectionnés, issus d’œuvres littéraires et dramaturgiques, sont fascinants à la fois dans leurs moments de grandeur et d’escroquerie, s’exprimant dans les minuties des âmes brésiliennes et brésiliennes. Il y a un voyou, un juge de paix (corrompu à la campagne), une recette pour devenir député, il y a un baiser sur l’asphalte, un vote féminin, un payeur de promesses, une vérité tropicale, bon vivant et poursuivi par la dictature, parmi des centaines d’autres personnages. Brésiliens et Brésiliens de toutes sortes s’épanouissent. Les femmes peu connues, comme Josephina Alvares de Azevedo, et les hommes plus connus, comme Roberto da Matta, João Antônio, Nelson Rodrigues, Ariano Suassuna, Dias Gomes, Plinio Marcos, Milton Hatoum et Marcelo Rubens Paiva, ne manquent pas. , mélangés les uns aux autres et aux autres dans une surprenante salade.

Le site Web 3×22 à l’école, qui fait partie du portail 3×22 – Photo : Divulgation

3 x 22 à l’école est l’autre côté du portail, avec des suggestions d’itinéraires thématiques pour l’enseignement secondaire, selon la Base nationale commune des programmes (BNCC).

les modules Inégalité, Citoyenneté et Environnement traitent de différents sujets, utilisent une chronologie large (200 ans), couvrant les années 1822 à 1922. Ils sont divisés en sous-thèmes, permettant l’utilisation de segments par des professeurs de différentes disciplines, maintenant l’unité des sujets choisis à réfléchir l’Etat brésilien. Ils sont déjà disponibles gratuitement pour les professeurs et les étudiants sur le portail BBM. D’ici la fin de l’année les modules seront accessibles éducation et La technologie.

Le portail 3 x 22 à l’école valorisait les rôles de premier plan, les projets d’avenir et les expériences pratiques, discutés dès le présent, mais évitait les coupures, les circonstances décontextualisées, incapables de permettre une évaluation critique des résultats obtenus par l’État tout au long de son histoire et dans certaines circonstances.

L’évaluation par l’étudiant du rôle joué par l’État brésilien impliquait la discussion des concepts, l’analyse des données et la critique propositionnelle des modèles responsables des différentes formes d’ordonnancement et d’analyse des informations collectées. La comparaison, une compétence importante au BNCC, a pris en compte la similitude dans la nature des données sélectionnées, permettant, chaque fois que possible, une analyse comparative de la performance du Brésil par rapport à d’autres pays.

Quel est le danger des reformulations curriculaires aujourd’hui et quelle est l’importance du projet 3×22 pour l’éducation des Brésiliens ? À quel point avez-vous été prudent lorsque vous avez fait des suggestions pour les enseignants en classe ? Qu’est-ce qui distingue ce projet des autres ?

Le danger encouru était, au nom de la valorisation de la circonstance et du présent, de décontextualiser des faits, des objets ou des représentations. Lorsqu’on apprend aux élèves à, par exemple, utiliser les nouvelles technologies, effectuer des calculs (éducation financière), développer des logiciels, manger sainement ou encore faire une vidéo, arrêtez de problématiser les connaissances pratiques par rapport aux finalités ultimes de ces connaissances insérées dans la société. Les aptitudes et compétences ne peuvent être séparées de l’enquête systématique sur le sens et les responsabilités des sujets d’action dans la société, une action toujours insérée dans le temps et l’espace, avec des conséquences variées à court, moyen et long terme. L’amour pour la planète, l’enthousiasme pour le monde virtuel et la concentration uniquement sur le présent avec des projections dans le futur ne signifient pas une licence pour oublier le passé, nier l’histoire et la matérialité avérée des événements.

Exemples : circonstances et objectifs

Pour être clair, je donne un exemple d’actualité : regardez les plaintes contre Facebook faites par Frances Haugen, une ancienne salariée de l’entreprise, à propos du bouton « j’aime », lié à des mécanismes favorables à la promotion des discours de haine, à une anxiété accrue chez les utilisateurs de réseaux sociaux crise des médias et de l’estime de soi chez les utilisateurs. L’entreprise a choisi de maintenir une politique centrée sur ses intérêts de marché, indépendamment des avertissements donnés par les employés de l’entreprise, démontrant la prolifération de récits basés sur la haine, les atteintes à la démocratie, la production de malaise et de mécontentement.

+ Plus

Publié: 09/03/2021

Je ne connais pas Frances Haugen, et je ne connais pas non plus les raisons de la décision qu’elle a prise de porter plainte. J’imagine des sceptiques attribuant leur geste à une manœuvre rhétorique, également conçue pour des raisons de marché. L’argument – ​​​​marché – et d’autres similaires peuvent être déterrés et élaborés par la rhétorique juridique, en relation avec n’importe quel objet ou circonstance. Cela fait partie de la pratique du droit. Mais mon héroïne d’aujourd’hui, Frances Haugen, a eu du courage, a pris des risques et a découvert les pratiques perverses de l’une des plus grandes puissances économiques de notre temps, Facebook. Le geste de Frances demande une réflexion sur les moyens utilisés et les fins ultimes visées par l’entreprise. Cela demande des connaissances en informatique, cela demande la capacité d’évaluer l’importance de la démocratie (en crise), de la citoyenneté (en crise) et de l’éducation (en crise). Cela nécessite des connaissances spécifiques et une réflexion historique à court et à long terme, nécessite un contenu et nécessite un sens des opportunités, dans les circonstances. De mon point de vue, elle a obtenu un 10, avec cinq étoiles, dans toutes les aptitudes et compétences définies dans le BNCC. Félicitations à votre famille et vos amis, à vos éducateurs, félicitations aux écoles où vous avez appris l’informatique sans renoncer aux contenus de philosophie, d’histoire et d’éthique.

Je vais citer un autre exemple, ron bugado. C’est une animation dont l’objet est la relation entre un garçon et un robot désarticulé, un ami d’un garçon, nommé Barney. Les deux construisent ensemble « l’algorithme de l’amitié ». Le film a été réalisé par Vine et Sarah Smith et co-réalisé par Octavio Rodriguez, avec un scénario de Smith et Peter Baynham (voir article de Mariane Morisawa, dans L’État de São Paulo, du 22 octobre 2021). Je ne connais pas les créateurs du film, mais l’idée est surprenante. L’ensemble du groupe chargé du scénario et de la production du film sait quel est le moyen (technique) et quelle est la fin (sens ultime), en l’occurrence l’amitié. Des gens biens. Ils vivaient chez eux avec des gens au grand cœur, ils ont conçu un terrain dans lequel des amis veulent construire et partager une société meilleure. Ils ont été guidés par le bon algorithme. Les amateurs de marché et les sceptiques diront : ils gagneront de l’argent avec la vente du film. Je dirai : super. Ils feront bon usage de l’argent. Si je pouvais, je dirais : souviens-toi de moi en buvant le vin. Au milieu de tant de haine, ils ont su se créer un antidote : l’amitié. Ils développaient des aptitudes et des compétences, étudiaient les mathématiques et avaient de bons professeurs d’histoire et de philosophie. Note 10, avec étoiles et lune.

Telle était la philosophie de l’équipe responsable du projet. 3×22, coordonné par Alexandre Saes et moi-même.

Biblioteca Brasiliana Guita e José Mindlin (BBM) de l’USP, située à Cidade Universitária, à São Paulo – Photo : Marcos Santos/USP Images

L’intention du projet est d’aller au-delà, par exemple, d’une simple éducation financière pour gérer le quotidien d’un foyer brésilien ou brésilien. Nous voulons que les Brésiliens comprennent les indicateurs économiques et le rôle de l’État brésilien par rapport aux inégalités sociales. Nous voulons que les étudiants apprennent à gérer leurs finances, à aider à la maison en enseignant généreusement à leurs familles la multiplication des intérêts (simples et composés), à analyser le manque de pain, de lait et de viande, d’argent et, si nécessaire, à considérer, dans leur décisions concernant le choix des professions, les possibilités réelles de mobilité sociale, participer, en tant que citoyen, à la compréhension de la vie politique, du rôle de l’État et de l’environnement.

défis universitaires

Quel est le défi auquel sont confrontées les universités aujourd’hui ? Utiliser les connaissances qui y sont produites pour faire face aux défis contemporains. Utiliser leurs ordinateurs, créer les conditions pour que leurs chercheurs, lettrés, historiens, sociologues, communicateurs, producteurs de contenu, leurs scientifiques, journalistes, artistes, cinéastes (entre autres) aient les conditions pour former des réseaux capables de comprendre l’algorithme de la haine, de démêler les mystères des sentiments anti-vaccin, anti-raison et anti-environnement, produisent, font circuler l’algorithme d’amitié, récupérant le raisonnement logique et la compréhension où la crise de l’université, de la démocratie et, surtout, la crise est ancrée de l’ancien et respecté , Raison.

Janice Theodoro est professeure au Département d’histoire de la Faculté de philosophie, lettres et sciences humaines (FFLCH) de l’USP.

Vous pourriez également aimer...