Le Brésil

Un réseau de chercheurs enquête sur la manière dont les peuples autochtones ont géré la pandémie – Jornal da USP

Selon lui, il est clair comment les femmes autochtones réagissent à la pandémie sur la base d’une longue expérience relationnelle de force, d’attention et de connaissances avec laquelle elles font face aux types de violence les plus divers et comment cette expérience relationnelle (autochtone, féminine et cosmopolitique) mobilise davantage moyens efficaces de protection des corps et des territoires.

Le troisième élément qui traverse ces diverses études est l’idée que les stratégies des peuples autochtones sont diverses et sont associées aux moyens trouvés par ces peuples pour faire face à d’autres difficultés avant covid-19.

Cela apparaît, par exemple, dans l’étude Lutte, vie et pandémie en terre Apinajé, développé par l’équipe du Brésil central et de l’Amazonie méridionale. Il aborde l’expérience des Gardiens d’Apinajé, un groupe de jeunes qui se réunissent depuis 2014 pour freiner la consommation excessive de boissons alcoolisées dans les communautés, protester contre la déforestation autour du territoire et réclamer l’amélioration et l’entretien des routes qui relient les villages aux la municipalité de Tocantinópolis et Maurilândia.

« Le 30 mars 2020, des représentants du mouvement indigène ont proposé dans une lettre ouverte un plan de prévention et de lutte contre le coronavirus, énumérant une série de mesures, dont la mise en place de barrières sanitaires à l’entrée et à la sortie des terres indigènes. Cependant, face au refus du gouvernement de collaborer à l’opérationnalisation des barrières, les communautés autochtones elles-mêmes et leurs associations de base se sont regroupées pour les mettre en œuvre », raconte la note de PARI-c qui présentait les études thématiques.

Vous pourriez également aimer...