Un réseau de protection soutient les femmes en situation de violence à Ribeirão Preto – Jornal da USP

Avec le soutien des cours de l’USP de Ribeirão Preto, le Centre d’Assistance Spécialisée aux Femmes (Naem) dispose d’une équipe multidisciplinaire pour accueillir les victimes

La violence contre les femmes à Ribeirão Preto a battu un record en 2023 – Photo : Anete Lusina via Pexels

La violence contre les femmes est un problème dans tout le Brésil, et à Ribeirão Preto, ce n’est pas différent. Malgré les actions visant à protéger les femmes, entre janvier et mi-août de cette année, le réseau municipal de santé a signalé 154 cas de violence domestique dans la ville, selon le Rapport sur la violence du Département municipal de santé. Selon le Secrétariat à la sécurité, 100 viols ont été signalés jusqu’en juin, soit 54 cas au cours du seul premier trimestre – un record depuis 2001, lorsque les chiffres ont commencé à être publiés.

Maria Patrícia Tedeschi – Photo : Archives personnelles

Pour accueillir autant de victimes, a été créé le Centre d’Assistance Spécialisée pour les Femmes (Naem), qui fait partie du Réseau de Protection des Femmes et a pour partenaire le cours de Psychologie de la Faculté de Philosophie, Sciences et Lettres de Ribeirão Preto (FFCLRP) de l’USP. et la Faculté de Droit de Ribeirão Preto (FDRP) de l’USP. L’idée, selon l’orthophoniste Maria Patrícia Tedeschi, responsable de la section du service, est de recourir à une équipe multidisciplinaire pour accueillir les victimes de violence de manière plus humaine. « Aujourd’hui, le réseau de protection est une organisation composée de divers services et entités qui apportent une assistance aux femmes, tels que la santé, l’assistance sociale, la sécurité publique, la justice, l’éducation et les organisations de la société civile. »

Cette lutte contre les violences dans la ville n’a pas commencé il y a seulement six ans, avec la création de Naem, en 2017. Le Réseau de protection des femmes, qui dispose aujourd’hui de ses antennes, a été créé en 1999, dans le but d’aider les victimes de violences sexuelles. Comme le rappelle Maria Patrícia, « au milieu des années 1990, avec l’augmentation des cas d’abus sexuels et de maladies sexuellement transmissibles transmissible, certaines études ont commencé à émerger. À São Paulo, un comité a été formé pour créer des protocoles pour traiter ces cas et les services de Ribeirão Preto ont commencé à participer, créant ainsi des services de soins. Cela a commencé avec Geavidas, aujourd’hui il y a Seavidas, qui est le service qui vient en aide aux victimes de violences sexuelles. Vers les années 2000, les services ont commencé à se réunir pour discuter de la prise en charge des femmes, en particulier des victimes de violence.

Un travail intense et conjoint

Avec autant de cas de violence contre les femmes enregistrés à Ribeirão, Naem travaille de plus en plus dur. Pour tenir tous les partenaires et participants informés, le noyau se réunit avec le Réseau de protection des femmes en permanence. «Nous nous réunissons tous les deux mois pour aligner le flux de services, écouter les demandes apportées par la société et former les membres, pour aider et alléger la souffrance des femmes qui se trouvent dans cette situation de violence», explique Maria Patrícia.

Le chef de section Naem souligne l’importance de ces rencontres. Toujours à la recherche d’approches plus actuelles et plus humaines envers les victimes, qui ont besoin d’encouragement et de soutien, la dernière réunion a eu lieu le 18 août. «C’est très important, car cela formera le professionnel qui est en première ligne, qui établit le premier contact avec la femme, que ce soit à l’UBS, dans une école, dans un service d’assistance sociale, et qui identifie le besoin de soins spécialisés. , pour que, de cette manière, la femme soit orientée correctement et reçoive les soins appropriés, en évitant les retards, la revictimisation et, surtout, qu’elle se trouve dans un environnement protégé, qu’elle soit en sécurité.

Naem est situé à Rua João Arcadepani Filho, 400, à Nova Ribeirânia. Les horaires d’ouverture sont du lundi au vendredi, de 8h à 17h. Pour entrer en contact, la victime n’a pas besoin de se rendre sur place, il suffit d’appeler le (16) 3636-3311 ou le (16) 3603-1199. Il est également possible de faire un rapport par email Mulher@semas.pmrp.com.br. Il est important de souligner que les contacts peuvent également être établis par des membres de la famille ou des connaissances de la victime.


Journal USP en direct
Jornal da USP no Ar est un partenariat entre Rádio USP, l’Escola Politécnica et l’Institut d’études avancées. Nà l’antenne, sur Rede USP de Rádio, du lundi au vendredi : 1ère édition de 7h30 à 9h, avec une présentation de Roxane Ré, et autres éditions à 14h, 15h et 16h45. À Ribeirão Preto, l’édition régionale sera diffusée de 12h à 12h30, avec une présentation de Mel Vieira et Ferraz Junior. Vous pouvez écouter Rádio USP sur São Paulo FM 93.7, sur Ribeirão Preto FM 107.9, en ligne sur www.jornal.usp.br ou via l’application Jornal da USP sur votre téléphone portable.