Le Brésil

Une maladie auto-immune neurologique rare affecte principalement les femmes – #Jornal da USP

Il s’agit de myasthénie grave, qui, selon le neurologue Caio Grava Simioni, peut être comparée à un rhumatisme du système nerveux, qui se manifeste de deux manières : oculaire et bulbaire.

Par Simone Lemos

La forme oculaire peut évoluer vers une condition plus sévère, afin d’affecter plus intensément le porteur – Photo : Flickr

La myasthénie grave est une maladie neurologique auto-immune rare dont la principale caractéristique est la fatigue et la faiblesse musculaire. Selon le ministère de la Santé, son incidence varie de cinq à 30 cas par million d’habitants par an, avec une prédominance chez les femmes. La maladie se manifeste de deux manières, explique Caio Grava Simioni, neurologue à la clinique ambulatoire des maux de tête de l’hôpital das Clínicas, faculté de médecine, USP. La forme des yeux rend la vision difficile. « Le patient a une vision double et floue. Vous pouvez avoir des paupières tombantes et des difficultés avec l’expression du visage.

Photo : Reproduction / Accamargo

Le neurologue rappelle que la forme oculaire peut évoluer vers une affection plus sévère. C’est une situation inhabituelle, mais elle affecte plus intensément son porteur. « Le patient présente une faiblesse musculaire dans les bras, les jambes et, dans une situation plus grave, même dans les muscles respiratoires, avec des difficultés respiratoires, nécessitant un soutien aux soins intensifs. Une autre forme de manifestation de la maladie est bulbaire, dans laquelle la personne a des difficultés à articuler des mots et à avaler, avec une voix rauque et des difficultés à avaler. Cela nuit à la qualité de vie et à la vie sociale.

symptômes fluctuants

Les symptômes de la myasthénie sont fluctuants, c’est-à-dire que le patient peut avoir des périodes où il va bien et d’autres où il est plus touché par la maladie. Il est courant, à la fin de la journée, que les personnes atteintes de myasthénie remarquent que les symptômes s’aggravent et c’est parce que les muscles ont été exercés pendant longtemps. Selon Simioni, la myasthénie grave est une maladie auto-immune qui pourrait, de manière simplifiée, être comparée à un rhumatisme du système nerveux, une incapacité du nerf à communiquer avec le muscle. Tout le monde peut souffrir du problème. L’âge de début de la myasthénie est bimodal, c’est-à-dire que les femmes, les plus touchées par la maladie, peuvent avoir le début du handicap entre la deuxième et la troisième décennie de la vie et les hommes entre la septième et la huitième.

L’identification de la maladie doit être faite par un neurologue, qui demandera des tests sanguins qui détecteront les anticorps, le tableau clinique et l’étude électromyographique. Ils confirmeront la myasthénie grave et son intensité car il existe différents niveaux d’invalidité pour sa victime. «Nous avons des gens qui vont avoir une maladie légère et subtile. En général, l’aggravation survient dans les premières années de la vie, jusqu’à la septième année. Ensuite, il a une phase plus stable et, dans certains cas, il peut même régresser, le patient peut même prendre les médicaments, mais un contrôle est nécessaire. Le traitement vise les symptômes de la maladie et à diminuer l’auto-immunité », explique le neurologue.


Journal USP dans l’air
Jornal da USP no Ar est un partenariat entre Rádio USP et l’Escola Politécnica, la Faculté de médecine et l’Institut d’études avancées. Nonair, par Rede USP de Rádio, du lundi au vendredi : 1ère édition de 7h30 à 9h00, avec une présentation de Roxane Ré, et autres éditions à 10h45, 14h, 15h et 16h : 45h. À Ribeirão Preto, l’édition régionale est diffusée de midi à 12h30, avec une présentation de Mel Vieira et Ferraz Junior. Vous pouvez syntoniser Rádio USP à São Paulo FM 93.7, à Ribeirão Preto FM 107.9, via Internet sur www.jornal.usp.br ou via l’application Jornal da USP sur votre téléphone portable.

Vous pourriez également aimer...