Le Brésil

une pandémie à part? –

Traduction adaptée de The Conversation – Un survivant sur trois de la covid-19, les plus communément appelés long-courriers (patients atteints d’un covid long ou persistant), souffrant de troubles neurologiques ou psychiatriques six mois après l’infection, ont montré une étude récente portant sur plus de 200 000 patients post-covid-19.

Les chercheurs ont analysé 236 379 patients britanniques diagnostiqués avec le covid-19 pendant six mois, en examinant les complications neurologiques et psychiatriques au cours de cette période. Ils ont comparé ces personnes à d’autres qui souffraient de maladies respiratoires similaires qui n’étaient pas dérivées du coronavirus.

Ils ont trouvé une augmentation significative de plusieurs conditions cliniques dans le groupe covid-19, y compris la perte de mémoire, les troubles nerveux, l’anxiété, la dépression, la toxicomanie et l’insomnie. De plus, les symptômes étaient présents dans tous les groupes d’âge et chez les patients asymptomatiques, isolés en quarantaine à domicile et admis à l’hôpital.

Les résultats de cette étude montrent la gravité des conséquences à long terme de l’infection au covid-19. De nombreux rapports de brouillard mental, de trouble de stress post-traumatique, de maladie cardiaque, de maladie pulmonaire et de maladie gastro-intestinale ont été rapportés dans les médias et les scientifiques perplexes au cours des 12 derniers mois, soulevant la question: quel effet le covid-19 a-t-il beaucoup sur le corps? les symptômes aigus ultérieurs ont-ils été résolus?

Je suis professeur adjoint de neurologie et de neurochirurgie et je ne peux m’empêcher de me demander ce que nous avons appris de l’expérience antérieure avec d’autres virus. Une chose en particulier ressort: les conséquences du covid-19 seront avec nous pendant longtemps.

Apprendre de l’histoire

Les épidémies virales antérieures, telles que la pandémie de grippe de 1918 et l’épidémie de SRAS de 2003, fournissent des exemples des défis attendus avec le covid-19. Et les effets à long terme d’autres infections virales contribuent à fournir des informations.

Il a été démontré que plusieurs autres virus, y compris la grande majorité de ceux qui causent des infections courantes des voies respiratoires supérieures et inférieures, produisent des symptômes chroniques tels que l’anxiété, la dépression, les problèmes de mémoire et la fatigue. Les experts estiment que ces symptômes sont probablement dus à des effets à long terme sur le système immunitaire. Les virus incitent le corps à produire une réponse inflammatoire persistante et résistante au traitement.

L’encéphalomyélite myalgique, également connue sous le nom de syndrome de fatigue chronique, est l’une de ces maladies. Les chercheurs pensent que cette condition résulte de l’activation continue du système immunitaire longtemps après la résolution de l’infection initiale.

Contrairement à d’autres infections virales, les survivants du covid-19 de l’étude ont signalé des symptômes persistants qui ont duré plus de six mois, sans amélioration significative au fil du temps. L’abondance des symptômes psychiatriques était également notable et probablement attribuable à l’infection et à l’expérience liée à la pandémie.

Ces résultats amènent les chercheurs à élaborer des hypothèses sur les différents mécanismes, après une infection aiguë à la covid-19, qui peuvent conduire à une covid longue ou persistante. Avec le contexte historique bien connu des symptômes chroniques qui suivent d’autres virus, les médecins et les chercheurs peuvent avoir un aperçu de l’avenir de la maladie, avec la possibilité de créer des thérapies pour soulager les symptômes persistants des patients.

Quand le covid-19 se termine-t-il vraiment?

Le Covid-19 est actuellement connu pour être une maladie qui affecte tous les systèmes organiques, y compris le cerveau, les poumons, le cœur, les reins et les intestins.

Il existe plusieurs théories sur la cause des symptômes chroniques et persistants. Les hypothèses incluent des dommages directs aux organes causés par le virus, une activation continue du système immunitaire après une infection aiguë et des particules virales persistantes et durables qui trouvent un abri sûr dans le corps.

Jusqu’à présent, les études d’autopsie n’ont pas confirmé la présence ou la surabondance de particules liées à la covid-19 dans le cerveau, faisant des théories immunologiques la cause la plus probable de dysfonctionnement cérébral.

Certains patients récupérés après covid-19 détaillent une amélioration significative ou une résolution de longs symptômes après l’inoculation avec le vaccin contre la maladie. D’autres rapportent une amélioration après une courte utilisation de stéroïdes. L’explication la plus plausible des effets directs du long covid sur le cerveau est due à ses connexions dans tout le corps et au fait qu’il s’agit d’une maladie qui affecte plusieurs organes.

Ces résultats peuvent indiquer une cause immunitaire directe de covid longue, bien qu’il n’y ait toujours pas de vraies réponses pour définir la vraie cause et la durée de la maladie.

Le monde post-covid-19

En février, les National Institutes of Health (NIH) ont annoncé une nouvelle initiative pour étudier le long covid, désormais collectivement défini comme séquelle post-aiguë du SRAS-CoV-2. Le NIH a créé un fonds de 1,15 milliard de dollars pour étudier cette nouvelle maladie. Les objectifs de l’étude comprennent la cause des symptômes à long terme, le nombre de personnes touchées par la maladie et les vulnérabilités qui mènent à une covid longue ou persistante.

À mon avis, les responsables de la santé publique devraient continuer à être ouverts et transparents lorsqu’ils discutent des effets à court et à long terme de la covid-19. La société dans son ensemble a besoin des meilleures informations possibles pour comprendre ses effets et résoudre le problème.

Covid-19 reste et continuera d’être l’un des plus grands problèmes socio-économiques dans le monde, alors que nous commençons à reconnaître les véritables impacts à long terme de la maladie. Tant la communauté scientifique que la communauté des chercheurs doivent continuer à faire preuve de diligence dans la lutte longtemps après la disparition des infections aiguës. Il semble que les effets chroniques de la maladie resteront avec nous pendant un certain temps.

* Chris Robinson est professeur adjoint de neurologie et de neurochirurgie à l’Université de Floride.

Article original ici

Vous pourriez également aimer...