Le Brésil

Vaccin, non; poison, oui. Le gouvernement de Bolsonaro libère 10 pesticides produits en Chine

São Paulo – Le gouvernement Bolsonaro a autorisé l'utilisation de 12 pesticides supplémentaires dans le pays par le biais de la loi n ° 59, publiée ce vendredi (23) au Journal officiel fédéral du 19 octobre. Parmi eux, 10 sont produits par des entreprises basées en Chine. Les informations proviennent du blog du professeur associé de l'Universidade Estadual do Norte Fluminense à Campos dos Goytacazes (RJ), bachelor et master en géographie de l'UFRJ, Marcos Pedlowski.

La publication intervient la même semaine que le président Jair Bolsonaro a nié que le gouvernement achèterait le vaccin CoronaVac, développé par le laboratoire chinois Sinovac en partenariat avec l'Institut Butantan. Mercredi, il est revenu pour attaquer le vaccinateur.

«C'est la Chine que nous n'achèterons pas, c'est ma décision. Je ne pense pas que cela apporte une sécurité suffisante à la population. Telle est notre pensée. Je suis sûr que d'autres vaccins qui sont à l'étude peuvent être scientifiquement prouvés, je ne sais pas quand, cela peut durer des années », a-t-il dit.

Cependant, la même inquiétude n'est pas exprimée en ce qui concerne la sécurité des poisons utilisés dans l'agriculture. «Cet écart de traitement entre un vaccin qui sauvera des vies et des pesticides dont l'utilisation nuit non seulement à la santé des êtres humains mais aussi à l'environnement, montre l'ampleur du cynisme du discours présidentiel», souligne Pedlowski, également chercheur externe au Centre. d'écologie, évolution et changements environnementaux à l'Université de Lisbonne.

Le professeur souligne également que, parmi les substances approuvées au Brésil par le ministère de l'Agriculture, trois principes actifs interdits par l'Union européenne sont présents dans la liste: le fipronil, le tiacloprido et le tiodicarb. En ce qui concerne ces derniers, la Commission européenne a fondé son interdiction sur le risque pour la santé des enfants, dû à la consommation de raisins contaminés par la substance, et celle des adultes, par la consommation de vin. "De plus, l'Union européenne a déjà interdit l'utilisation du tiodicarbe dans ses pays membres depuis septembre 2007, ce qui n'empêche pas que la substance continue d'être produite par des entreprises européennes et chinoises pour être vendue dans des pays comme le Brésil", souligne-t-il.

Avec la Loi 59, le gouvernement fédéral a déjà rejeté 392 pesticides en 2020 seulement, totalisant 895 rejets depuis janvier 2019.

Vous pourriez également aimer...