Le Venezuela

Varela: la chaleur du dialogue a dissipé les plaintes infondées contre l’Etat

Des membres de la délégation officielle de l’Union interparlementaire (UIP), conduite par son président, Duarte Pacheco, ont rencontré ce lundi après-midi la première vice-présidente de l’Assemblée nationale (AN), Iris Varela et les députés du bloc Patrie.

Au cours de la réunion, Varela a expliqué divers points d’intérêt national et international tels que le processus avant les élections régionales au Venezuela, et les résultats de la rencontre entre le gouvernement et l’opposition vénézuélienne la semaine dernière au Mexique, ainsi que le contenu de la mémorandum d’accord signé par les deux parties.

Varela a déclaré qu’il existe actuellement au Venezuela un climat politique de compréhension et comment la table de dialogue est mise en place au Mexique avec la médiation du Royaume de Norvège et du Mexique entre l’opposition vénézuélienne et le gouvernement du président Nicolás Maduro.

Il a ajouté que parmi la documentation qui a été remise à cette délégation de parlementaires se trouve une liste de certains dirigeants politiques, anciens députés et députés qui ont dénoncé il y a des années la violation des droits de l’Homme ou la persécution et font aujourd’hui partie du nouveau parlement national, candidats aux postes de gouverneur et des maires et même des membres de la Table de dialogue.

Le parlementaire a souligné que dans le feu du dialogue, les plaintes infondées contre les institutions de l’État formulées par des facteurs d’opposition qui se présentent maintenant comme candidats aux élections 21N se sont dissipés.

« De notre point de vue, il y a beaucoup de plaintes inconsidérées ou infondées en raison du tumulte politique et dans le processus de dialogue national qui s’est dissipé, beaucoup d’entre eux ont confirmé leur candidature », a-t-il déclaré.

Le président de l’Union parlementaire Duarte Pacheco, a remercié l’invitation et a assuré la nécessité pour l’Union de connaître la situation du pays à partir de la réalité.

« À travers la réalité, nous pouvons voir ce qui se passe au-delà du récit, nous voulions venir depuis 10 ans et nous sommes sûrs que nous effectuerons une visite fructueuse », a-t-il déclaré tout en soulignant qu’ils sont venus dans le pays pour des problèmes spécifiques qu’ils vont être reflété dans un rapport final.

« Les droits de l’homme des parlementaires sont le premier point que nous voulons observer, il y a des gens qui ont porté des accusations de violation des droits de l’homme aux parlementaires, donc nous voulons le voir de première main », a déclaré Duarte et a demandé à Varela d’être en contact avec tous les députés du Parlement vénézuélien.

De même, Pacheco a déclaré qu’il est crucial que sa délégation rencontre tous les facteurs politiques du pays. Il a ajouté qu’en novembre ils tiendront une assemblée générale à Madrid où ils officialiseront la présence du Venezuela devant l’organisation.

À cet égard, il a souligné la nécessité pour le Venezuela d’assister à la prochaine Assemblée de l’Union interparlementaire en novembre, où sera débattu le rapport final à faire après cette visite.

Il a ajouté que l’Union a légitimement reçu une lettre du président de l’Assemblée nationale Jorge Rodríguez, notifiant sa nomination à la tête du parlement, en même temps qu’il a reçu une lettre de l’Assemblée nationale sortante, « nous voulons savoir quelle est la réalité du parlement vénézuélien est », a-t-il limité.

Vous pourriez également aimer...