Le Brésil

Vote facultatif : pourquoi ne l’avons-nous pas au Brésil ?

vote-facultatif-contre-faveur

Au Brésil, le vote n’est pas facultatif et est donc obligatoire pour tous les citoyens de plus de 18 ans et de moins de 70 ans. Cela représente environ 85 % des 147 millions d’électeurs. Malgré cela, nous avons des taux d’abstention relativement élevés, ainsi que des votes blancs et nuls. Prenons comme exemple le Élection 2018:

  • Au premier tour, 29,9 millions d’électeurs ne se sont pas présentés aux urnes. Un autre 7,2 millions a annulé le vote et 3,1 millions ont opté pour le vote blanc. Au total, il y a eu plus de 40 millions de votes nuls. Ces chiffres ont dépassé le vote du deuxième candidat le plus voté dans la course présidentielle, Fernando Haddad, qui a obtenu 31,3 millions de voix.
  • Au second tour, les absents ont atteint 31 millions et, contrairement à l’élection de 2014, il y a eu une augmentation des votes nuls (8,6 millions). Les votes blancs ont diminué (2,4 millions), mais le niveau de votes nuls est resté similaire à celui du premier tour.

Par conséquent, près de 30% des votants invalident leur vote d’une manière ou d’une autre aux élections brésiliennes, pratiquement un sur trois. Des niveaux similaires sont observés lors des élections municipales. Même en tenant compte du fait que 14% des électeurs n’ont pas besoin de voter (ce qui inclut les moins de 18 ans, les plus de 70 ans et les analphabètes), nous sommes arrivés à la conclusion qu’une grande partie de l’électorat préfère ne pas voter ou ne consacre pas son vote à n’importe quel candidat. Le rejet du vote obligatoire reste également stable, dans une tendance négative. Le sondage d’opinion Datafolha 2020 a révélé que 56% des Brésiliens sont contre cette exigence.

C’est à cause de ce phénomène que les experts soulignent que le vote facultatif – c’est-à-dire une situation dans laquelle les citoyens peuvent choisir de ne pas voter – est déjà une réalité pratique au Brésil. Malgré ce qui est prévu par la loi, les gens ne sont pas plus gênés de ne pas voter. De nombreux avocats, y compris, la fin du vote obligatoire. Cette mesure serait-elle bénéfique pour le pays ? Quels sont les avantages et les inconvénients de l’adoption du vote facultatif ?

Que dit la loi brésilienne sur le vote ?

La Constitution fédérale, le document le plus important de la redémocratisation du pays et en vigueur depuis 1988, prévoit que le vote est obligatoire pour toute personne âgée de plus de 18 (dix-huit) ans (point I, §1 de l’art. 14).

Pour les plus de 16 ans (seize) et les moins de 18 ans (dix-huit), outre les plus de 70 ans (soixante-dix) et pour les analphabètes, le vote est facultatif (point II, §1 de l’art. 14).

Voter au Brésil – et comme dans d’autres démocraties – a pour objectif principal la participation populaire au choix de leurs représentants. Politiser ! préparé un contenu spécifique sur l’historique du vote, auquel vous pouvez accéder ici.

Que pensent les gens en faveur du vote obligatoire?

Les partisans du vote obligatoire ont exposé quelques raisons pour lesquelles cette règle devrait être maintenue.

Premièrement les stade actuel de la démocratie brésilienne n’autoriserait pas le vote facultatif. Une grande partie de la population brésilienne vit encore dans un état de pauvreté et avec un faible niveau d’éducation. Ces personnes peuvent ne pas connaître leurs propres droits, comme le droit de vote. La tendance est que le vote facultatif retire des urnes les populations en situation de vulnérabilité sociale.

Le deuxième argument est que le vote a effet pédagogique. L’obligation de voter oblige tous les électeurs à réfléchir à la politique nationale, ne serait-ce que tous les deux ans. Le résultat à long terme serait la formation d’une société à forte culture politique, dans laquelle l’habitude de voter et de s’informer sur la politique est commune à la majorité de la population.

L’ancien sénateur Pedro Simon a une pensée similaire : « Les Brésiliens veulent participer davantage à la réalité de leur pays. Le mal qu’ils ont pour nous les politiciens, les critiques qu’ils font de la classe politique, sont le résultat de cette préoccupation qu’ils ont aujourd’hui et qu’ils n’avaient pas dans le passé.. Pourtant, il ajoute que le peuple, par la habitude fréquente de voter, est « vouloir mieux voter ».

Le troisième argument est que le vote obligatoire fait participer plus de la moitié des électeurs aux élections, ce qui entraîne plus de légitimité à vos résultats. Il n’est jamais arrivé au Brésil que plus de 50 % des électeurs soient absents. De cette façon, d’autres controverses concernant la crédibilité de nos institutions sont évitées, ce qui est important dans un pays avec une histoire politico-institutionnelle très instable.

Enfin, nous avons la question de coût-bénéfice. Compte tenu du risque qu’apporterait le vote facultatif (moins de crédibilité des résultats électoraux, en raison de la faible participation), le vote obligatoire est une bonne solution, puisque l’électeur n’est pas sérieusement affecté et que le système électoral en profite (par la participation des électeurs).

Et qui défend le vote facultatif ?

Voyons maintenant quelques arguments de ceux qui défendent le vote facultatif pour tous les électeurs. La première est que le vote doit être considéré comme droite, et non le devoir. L’électeur a parfaitement le droit de participer à l’élection s’il le souhaite, tout comme il doit avoir le droit de s’abstenir s’il le souhaite.

Il se peut qu’il ne se sente en mesure de choisir aucun des candidats, qu’il ne soit pas sûr de celui qui est le plus qualifié, ou qu’il ne veuille tout simplement pas voter pour un candidat. Ce sont toutes des options valables et démocratiques, même celles où l’option est simplement l’abstention.

C’est le point défendu par le sénateur Ricardo Ferraço (PSDB-ES). Selon lui, « on ne peut pas forcer quelqu’un qui ne s’intéresse même pas un minimum aux affaires publiques à choisir entre des candidats dont il ne sait rien et qui, s’il est élu, rempliront des fonctions dont il ne sait pas ce qu’elles sont ».

Le deuxième argument des défenseurs du vote facultatif est que pratiquement toutes les démocraties accordent la liberté de ne pas voter à leurs citoyens. Être plus précis, 85 % des pays adoptent actuellement le vote facultatif, selon les données du projet ACE.

Cela comprend presque tous les pays développés d’Amérique du Nord, d’Europe et aussi certains de nos voisins comme la Colombie et le Chili. Seuls 19 pays – dont le Brésil et une grande partie de l’Amérique du Sud – adoptent le vote obligatoire.

vote-facultatif-infographie

Que diriez-vous de télécharger cette infographie sur consulter quand vous en avez besoin ? Cliquez ici

Le troisième argument est que le vote facultatif serait pratiquement synonyme de vote consciencieux. Avec la liberté de ne pas participer aux élections, ils auraient tendance à ne voter que ceux qui s’intéressent vraiment à la politique et qui, par conséquent, auraient plus de connaissances sur le sujet. Cela réduirait les chances que des candidats corrompus ou incompétents soient élus. Une personne qui vote simplement parce qu’elle est obligée de le faire est plus susceptible de faire un vote mal avisé.

Le sénateur Reguffe (PDT-DF) partage cet argument puisque, selon lui, « Le vote facultatif améliorera la qualité de la représentation politique. Beaucoup de gens votent sans faire la réflexion appropriée que ce geste a besoin et mérite », observe.

Enfin, les partisans du vote facultatif être en désaccord que le vote obligatoire serait en mesure de favoriser la conscience politique de la population. Si tel était le cas, soutiennent-ils, le Brésil aurait déjà résolu la plupart de ses problèmes politiques et sociaux, puisque le vote obligatoire existe depuis plus de 80 ans.

Les vraies solutions pour renforcer la culture politique de notre pays en seraient d’autres, comme faire un saut dans la qualité de l’éducation de base, résoudre le problème des inégalités économiques et surmonter les autres maux du sous-développement. Ce sont des facteurs qui empêchent une grande partie de la population de connaître leurs droits et de comprendre ce qui se passe réellement dans notre politique.

Et vous, quel est votre avis sur le sujet ? Iriez-vous toujours aux urnes si vous pouviez choisir de ne pas voter ?

Texte publié le 28 septembre 2016. Mis à jour le 22 juillet 2021.


Vous pourriez également aimer...