Vote obligatoire parmi les propositions lors d’une réunion du Congrès chilien

Ce mercredi, les différents leaders des partis politiques ont commencé à se réunir pour planifier le Congrès chilien, pour évaluer comment le processus constituant va se poursuivre, après les résultats du plébiscite de sortie, où l’option « Rejet » a été imposée à plus de 60%. .

Selon les médias locaux, la nouvelle ministre Segpres, Ana Lya Uriarte, était présente à la réunion, ainsi que les présidents de parti et les chefs de banc de la Chambre des députés et de la Chambre haute.

Avant la réunion officielle, le président de la Chambre des députés chilienne, Raúl Soto, a tenu une réunion avec Lya Uriarte, pour élaborer une feuille de route pour ce nouveau processus constituant.

Au cours de cette réunion, la ministre Segpres, Ana Lya Uriarte, a commencé par indiquer que « le gouvernement a voulu être présent dans cette instance, car nous sommes disponibles pour accompagner et faciliter tout ce qui est nécessaire au Congrès concernant ce processus ».

« Aujourd’hui, un processus de conversation et d’accord pour le processus constitutionnel commence, afin que notre pays ait une nouvelle constitution », a ajouté le secrétaire d’État.

Questions centrales de la réunion du Congrès

Jusqu’à présent, les bancs ont abordé 12 questions centrales, qui ont déjà été présentées par les partis politiques.

Parmi les sujets abordés figurent les délais, le mécanisme, le quorum de fonctionnement, le rôle des experts, l’assistance technique et les caractéristiques du processus constitutif.

« L’idée est que d’ici lundi chaque parti formule ses propositions. Nous proposons un itinéraire complet », a déclaré le sénateur Jaime Quintana.

De la même manière, il a souligné que, ce mois-ci, les lignes directrices du processus doivent être résolues, tout en exprimant que la majorité souhaite qu’il n’y ait pas de plébiscite d’entrée.

Parmi les propositions figure le vote obligatoire, pour le plébiscite de sortie, tel qu’il a été réalisé dimanche dernier.

« Il n’y a pas de discussion quant à » que cela va avoir un plébiscite de sortie démocratique avec un vote obligatoire comme celui que nous venons d’avoir, personne n’a dit quoi que ce soit de différent, je dirais que c’est le seul point où il y a un accord total « , a souligné, pour sa part, le député Jorge Alessandri.

Concernant l’élection de la Convention constitutionnelle, le Parti du socialisme démocrate – qui fait partie de la coalition gouvernementale – a présenté ses propositions, dont le vote obligatoire pour élire les conventionnels.

De même, les conventionnels pour ce nouveau procédé seraient de 100 au lieu de 155 comme le premier.

★★★★★