Walter Casagrande Jr. parle de football et de politique dans une interview sur TVT

São Paulo – Ancien joueur de football, double champion des Corinthiens et l’un des articulateurs de la soi-disant démocratie corinthienne – un mouvement qui s’est battu pour la fin de la dictature civilo-militaire à la fin des années 1980 – Walter Casagrande Júnior était le invité du journaliste Juca kfouri dans le programme Entre Vistas, donne TVT, montré jeudi dernier (1er). Casão, comme on l’appelle, a joué en Italie, a également été champion du monde du Futebol Clube do Porto et a disputé une Coupe du monde. Mais, dans l’entretien avec Juca, tel que décrit par le présentateur lui-même, il a montré qu’il est avant tout un libertaire, passionné de musique, citoyen à part entière dans ses activités politiques et qui n’a jamais eu peur de se montrer.

Il l’a fait en soulignant, sans s’arrêter, son opposition au président Jair Bolsonaro (PL). A un mois exactement du premier tour électoral, le commentateur sportif montre qu’il ne croit pas à la réélection du président, mais voit la continuité du « bolsonarismo ». Même ainsi, dit-il, il est également possible de se confronter à ce mouvement d’extrême droite.

« Combattre la haine, c’est toujours avec amour. Et combattre toute sorte d’autorité est toujours avec la démocratie. Combattons le bolsonarisme en leur enlevant ce qu’ils ont conquis en dehors de tout style démocratique, qui sont les armes, par exemple. Cela doit revenir en arrière », observe Casagrande. La confrontation passe également par l’incorporation des couleurs du drapeau brésilien et du maillot de l’équipe, symboles « kidnappés » par l’extrême droite, comme le classe le commentateur, mais qui appartiennent en réalité à « tout le peuple brésilien ».

à côté des indigènes

« Nous n’avons rien à racheter, ils (les bolsonaristes) ont le droit de porter le maillot jaune et vert et le drapeau brésilien. Mais nous devons aussi commencer à l’utiliser. Ce n’est pas enlever, ce n’est pas cette question, sinon ce n’est pas la démocratie. Mais il faut aussi les utiliser, qu’ils s’en servent ou non », se défend-il.

Comme l’un de ses meilleurs amis, la star du football Sócrates, décédé en 2011, Casão, parallèlement au football, s’est toujours consacré aux causes des segments marginalisés par l’État, comme les peuples autochtones. Le lien avec cette question s’est intensifié sous le gouvernement Bolsonaro, lorsque le commentateur sportif a rencontré le scénariste du film. La démocratie au vertige (2019), Moara Passoni, qui dirige actuellement une série sur la démocratie corinthienne. « Je lui ai dit que je devais faire quelque chose, que je ne supportais pas de voir les choses se passer dans ma cabine, à l’intérieur de ma maison », a-t-il déclaré à Juca.

Casagrande a commencé à rencontrer fréquemment des dirigeants autochtones et, à partir des réunions, l’idée d’une olympiade pour les peuples autochtones a émergé. En raison de la pandémie de covid-19, le projet a dû être interrompu, mais il a été repris cette année avec la proposition d’être un match de football. L’objectif, selon l’ancien joueur, est de faire une analogie avec le marquage du terrain de football. « Parce que si vous ne marquez pas un terrain, il n’y a pas de match. Et s’il n’y a pas de démarcation des terres indigènes, il n’y a pas non plus d’enjeu dans leur vie, la nôtre et celle des autres », souligne-t-il.

Le match « Sans délimitation de terrain, il n’y a pas de match » est confirmé le 23, dans un village proche de la ville de Brumadinho (MG). « Ma connexion est très forte avec les peuples autochtones et mon engagement envers eux est avec visibilité », ajoute Casagrande.

Attentes sur la Coupe

Le commentateur sportif a également partagé sur Entre les vues leurs attentes avant la Coupe du monde qui se déroule en novembre, au Qatar. Ce sera la première fois que l’ancien joueur se rendra à l’événement, et non pour commenter les matchs – comme il l’a fait lors des six derniers matchs pour le Télévision Globo – mais être capable d’être fan. « Je serai capable de faire sortir ce sentiment de la foule. Donc, ça va être une super nouvelle chose pour moi sur le plan personnel, émotionnel, sentimental, je ne sais pas comment ça va se passer. Je redeviendrai ce gamin qui allait au stade pour applaudir », décrit-il.

Malgré les attentes personnelles, Casagrande réfléchit cependant à ne pas être enthousiaste à propos de la Coupe du monde en raison des controverses qui entourent le pays du Moyen-Orient, hôte de l’événement. « La FIFA ne devrait pas organiser une Coupe du monde dans des pays qui ont de très gros préjugés, une dictature, qui ne respectent pas les femmes, qui ne donnent pas la liberté, ne respectent pas les différences entre les sexes et qui n’ont aucune histoire dans Football. J’ai toujours été favorable, j’ai toujours aimé la Coupe du monde dans différents pays et continents, mais avec une certaine histoire dans le football. Le Qatar ne l’a pas », souligne-t-il.

Lire la suite:

Le Qatar confisquera les drapeaux arc-en-ciel pendant la Coupe du monde : « Ce n’est pas accepté dans cette société »

Sous la chaleur du Qatar et les bilans de décès au travail, la 20e Coupe du monde définit ses 32 participants

« N’a pas vraiment d’intérêt (du pays) à la Coupe du monde, c’est une question très politique. Et ceux qui disent que le football et la politique ne peuvent pas s’en mêler, commencent à y prêter attention car, tous le sont, mais cette Coupe du monde, surtout, est très politique. C’est être là pour des raisons politiques », ajoute-t-il. Casão analyse également que les grandes sélections ne seront pas dans une position confortable. Pour le commentateur sportif, ce qui sera en jeu, c’est l’intensité physique et mentale des athlètes, et les équipes traditionnelles devront égaliser en intensité.

En savoir plus dans l’interview

Rédaction : Clara Assunção – Montage : Helder Lima

★★★★★