La Colombie

Yerry Mina et le but contre l’Équateur a été annulé ou le match a été « volé » à la Colombie

L’engagement de la Sélection colombienne sans aucun doute laissé un goût insipide aux Colombiens, qui attendaient avant Équateur un triomphe pour caresser le classement pour QatarMême à la dernière minute du match, un but a été marqué, bien que quelques secondes plus tard, il ait été annulé par l’arbitre péruvien Diego Mirko Haro, pour une prétendue main du défenseur. Yerry Mina.

Avant le but du café, il a été question d’une éventuelle main, à laquelle le VAR a dû intervenir, l’agonie pour ceux dirigés par Reinaldo Rueda a duré quelques minutes, et finalement l’annulation de l’annotation a été décrétée.

Était-ce une vraie main ou le but de Yerry Mina a-t-il été mal refusé?

Cela dit la norme:

« Ce sera une infraction lorsqu’un joueur touche délibérément le ballon avec sa main ou son bras, par exemple en déplaçant sa main / son bras vers le ballon.

Ce sera une infraction lorsqu’il touchera le ballon avec sa main / son bras, lorsqu’il aura agrandi son corps de manière anormale.

Un joueur est considéré comme ayant agrandi son corps de manière anormale lorsque la position de sa main/bras n’est pas une conséquence ou peut être justifiée par le mouvement du corps de son joueur pour cette situation spécifique. En ayant sa main/bras dans cette position, le joueur court le risque que sa main/bras soit touché par le ballon et soit pénalisé ; ou marquer sur le but adverse :

Ce sera une infraction lorsqu’il marquera un but dans le but adverse :

Directement avec sa main/bras, même accidentellement, même par le gardien de but.

Ou immédiatement après que le ballon a touché votre main/bras, même si c’est accidentel.

La main accidentelle qui amène un coéquipier à marquer un but ou à avoir une opportunité de marquer ne sera plus considérée comme une faute ».

Photo : EFE

Photo : EFE

Reinaldo Rueda, après avoir terminé le match contre les Équatoriens, il s’est prononcé sur la question de l’arbitrage :

« Je crois que c’est déjà une affaire pour laquelle il ne vaut pas la peine de s’user davantage, de pleurer sur du lait renversé (…) C’est très triste, je ne sais pas pourquoi ces situations se produisent et bien, assimilez-le, surmontez-le et que nous faisons tous un gros effort pour que le football sud-américain donne une autre image et que nous atteignions un autre niveau », a-t-il déclaré lors de la conférence de presse d’après-match.

De plus, il a déclaré que la Colombie n’avait pas gagné aujourd’hui pour « ne pas avoir fini » et rater les quelques occasions qu’il a eues, en partie parce que le gardien équatorien Alexander Domínguez « a été brillant deux ou trois fois »

Photo : Twitter @Vinnce_

Gustavo Alfaro et le point gagné contre la Colombie

Le point que l’Équateur est parti de Colombie à l’issue de la triple date des éliminatoires sud-américains, laisse au Tri un avant-goût de la Coupe du monde du Qatar, et montre à son entraîneur, l’Argentin Gustavo Alfaro, qu’il doit arrêter d’expérimenter dans les six engagements manquants.

Le nul héroïque de jeudi à Barranquilla intervient à un moment crucial et contre un rival direct, et en termes numériques, il maintient l’Équateur à la troisième place du classement avec 17 points, devant la Colombie et l’Uruguay, avec un de moins, et le Chili à quatre.

Mais peut-être la chose la plus importante est que cela sert surtout Alfaro à se débarrasser d’une tempête de critiques à la maison, ainsi que l’environnement exécutif le plus proche de La Tri.

Contre la Colombie, cependant, Alfaro a favorisé les meilleurs avec un bon mélange de jeunes et de vieux, et le match nul dans l’étouffant Barranquilla, au-delà d’apporter un point de plus contre un rival direct, apaise les critiques, au moins jusqu’à la prochaine date à élimination directe le 11 novembre. dans lequel La Tri accueillera le Venezuela.

Vous pourriez également aimer...