Le Brésil

Zé Renato revient chanter avec le public. La musique accueille, et le « désastre » du gouvernement actuel passera

São Paulo – Le chanteur Zé Renato se produira une nouvelle fois avec le public ce samedi, à 21h, au Teatro Rival Refit, l’un des plus traditionnels de Rio de Janeiro, installé à Cinelândia, région du centre et inauguré en 1935. Sur scène, juste lui et le guitariste João Moschkovich, son fils. Dans l’assistance, seulement 40% de la capacité, entre autres mesures de protocole sanitaire. Des denrées non périssables seront également collectées dans le cadre de la campagne Save Production, destinée aux professionnels du spectacle.

Même avec la certitude que la crise sanitaire prendra du temps, le chanteur fête son retour, tant il y avait peu d’occasions de chanter avec un public présent en cette période d’isolement. « Elle nous accueille toujours, artistes, de la même manière que la musique a accueilli le public », précise Zé Renato. Il déplore la « gestion catastrophique » de la pandémie par le gouvernement.

histoire douloureuse

L’artiste espère d’ailleurs que ce gouvernement se termine avant 2022. Il dit espérer « que cette catastrophe, cette histoire si douloureuse pour les Brésiliens, se termine le plus tôt possible ».

Le répertoire a des partenariats avec Joyce Moreno, Lula Queiroga, Thiago Amud. Apporte un sonnet de Sidney Miller, Illusion, récemment mis en musique. Chansons de Paulinho da Viola, Orlando Silva et Zé Keti, auteurs que Zé Renato a honorés tout au long de sa carrière avec des disques solo. Ze Keti’s, Né à Rio de Janeiro, par exemple, a 25 ans. Récemment, la chanteuse a sorti un album live, enregistré en 2004, avec des chansons du répertoire d’Orlando Silva.

Bouche libre

Réouvert, Rival a déjà plusieurs événements programmés. Le 9 juillet, l’Indiana Nomma brésilien-hondurien rendra hommage à Mercedes Sosa. Une semaine plus tard, ce sera au tour de Rosana, une chanteuse aux albums enregistrés et dont on se souvient toujours pour des tubes comme L’amour et le pouvoir. inclus dans la bande originale d’un feuilleton mondial.

Et le spectacle de demain, bien sûr, aura des chansons de Boca Livre, un groupe vocal qui a émergé à la fin des années 1970 avec un LP indépendant (1979) et qui est toujours adoré aujourd’hui. En janvier, Zé Renato et Lourenço Baeta (qui remplace Claudio Nucci en 1980) annoncent leur départ du groupe, en raison de divergences politiques. Mauricio Maestro et David Tygel sont restés. « J’espère que les gens n’associent pas Boca Livre à cette fin, qui était vraiment triste, et qu’ils aient une image d’une belle œuvre, qui a duré longtemps. J’espère que ça reste ça, la beauté de l’œuvre. »

Le 26, vous serez chez Rival avec votre enfant. Il était récemment au CCBB avec Cristóvão Bastos… Qu’est-ce que ça fait de remonter sur scène ? Êtes-vous totalement à l’aise ?

Ça fait du bien, c’est comme ça qu’on a l’habitude de travailler. Ce spectacle est certainement remarquable pour cela aussi. Pendant la pandémie, j’ai eu peu d’occasions de me produire avec une partie du public. Elle nous accueille toujours, artistes, de la même manière que la musique a accueilli le public.

C’est une façon de ressentir la musique d’une manière à laquelle nous sommes habitués. Même si on sait que c’est une situation qui va durer encore longtemps, c’est quand même une façon pour nous de sentir la musique vivante, comme on l’aime.

Croyez-vous que l’année prochaine nous aurons à nouveau des maisons avec du public ? Quelles sont vos attentes concernant le contrôle de la pandémie ?

Cela nous rend triste de voir ce qui se passe. Mon attente n’est pas bonne car c’est un processus beaucoup plus lent qu’il n’en aurait besoin. Nous assistons à une administration catastrophique de la part du gouvernement, et cela nous rend inquiets, tristes, face à plus de 500 000 morts, de nombreux décès auraient pu être évités. Nous espérons que cela changera, mais dans l’état actuel des choses, avec le gouvernement actuel, les chances sont très minces.

Et dans votre quotidien, quels soins adoptez-vous ?

Écoutez, j’essaie de prendre soin de moi de la meilleure façon possible, en suivant les directives des organismes de santé, des scientifiques… C’est ainsi que nous procédons, moi et ma famille. J’essaie de faire ma part, en encourageant les gens à le faire aussi. Mais nous voyons qu’il y a un grand stimulus à la population de la part de l’Exécutif, dirigeant exactement le contraire.

Vous êtes un chercheur de perles musicales brésiliennes. Un défenseur des traditions, si l’on peut dire. Notre songbook, déjà si riche, a-t-il encore beaucoup à révéler ?

En fait, je ne me considère pas comme un chercheur. Les choses que j’ai, ces disques que j’ai fait pour honorer les artistes brésiliens, la plupart sont des choses que j’ai vécues depuis que je suis petite, depuis mon enfance. Cette connaissance, je ne me considère pas comme un chercheur approfondi, mais ma base musicale s’est construite à partir de ces informations que j’avais chez moi. Cela m’a fait stocker beaucoup d’informations sur la musique brésilienne. Ceci sans avoir à étudier, quelque chose que nous écoutions à la maison, des concerts et autres.

Bien sûr, pour faire un disque, comme certains de ceux que j’ai déjà fait, j’en connais beaucoup… Certains dont je n’avais pas besoin, d’autres, bien sûr, comme j’écoute de la musique brésilienne, j’écoute de la musique brésilienne non seulement parce que j’aime ça, pour le plaisir, mais aussi pour étudier. Ce sont des informations très utiles pour moi. Donc, ce sont des choses que je fais naturellement, que j’ai toujours faites depuis que je suis petite.

J’aime écouter, réécouter l’album, rencontrer l’artiste, acheter un autre album, attendre une autre sortie… Cette histoire est présente dans ma vie, elle l’a toujours été. La musique brésilienne est une source inépuisable, nous avons un pays plein de créateurs, de merveilleux artistes, au fil des années, un pays privilégié à ce stade. Ce sont des créateurs, des artistes, qui ont laissé un trésor, d’autres générations, et les gens qui sont là, qui font de la musique. La musique brésilienne ne s’est jamais arrêtée, elle n’a jamais stagné, elle se renouvelle naturellement.

Des projets dans ta tête ?

Pas encore de projets. Cette année, j’ai sorti un album live, sur Orlando Silva, un disque d’un concert de 2004. Avant ça, Paulinho da Viola… Maintenant, comme j’ai ces informations, comme je l’ai dit, toutes stockées, quelque chose pourrait arriver, une idée. Nous verrons. Le temps nous le dira.

Vous avez commencé à chanter et à jouer très tôt. Avez-vous toujours été sûr que c’était la voie à suivre ?

J’ai commencé à jouer de la guitare à 11 ans… Je ne sais pas précisément, à 16, 17 ans je sentais déjà que la musique avait un rôle important, c’était quelque chose qui ne me quitterait plus. Devenir professionnel ou non était quelque chose que le temps me montrait. C’est une histoire que je pense qu’on ne choisit même pas, les choses nous choisissent. Environ.

En janvier, le producteur de Boca Livre a annoncé son départ du groupe ainsi que celui de Lourenço. Certes, une décision difficile, compte tenu de tant d’histoire accumulée en quatre décennies, mais il semble qu’une limite ait été atteinte. Au bout de quelques mois, qu’est-ce que ça fait ?

Bien sûr il y a la tristesse d’un projet, d’un travail qui aurait pu aller plus loin. Mais, d’un autre côté aussi, la certitude qu’une belle histoire a été écrite. Je pense que c’est ce qui compte, que ça reste. J’espère que les gens n’associent pas Boca Livre à cette fin, qui était vraiment triste, et qu’on reste avec l’image d’une belle œuvre, qui a duré longtemps, enregistrée sur disques et vidéos pour qui veut la voir. J’espère que cela reste, la beauté de l’œuvre.

Enfin, avez-vous l’espoir de nouvelles orientations pour le pays à partir de l’année prochaine, avec les élections ? Ou est-ce difficile d’attendre jusque-là ?

J’espère que nous parviendrons à surmonter ce moment, j’espère que ce gouvernement est interrompu, il n’a pas à attendre les autres élections. Mais si vous devez attendre, attendons. Je suis sûr que les choses vont changer. C’est mon espoir. Mais en espérant que cette catastrophe, cette histoire si douloureuse pour les Brésiliens, se termine au plus vite.

Vous pourriez également aimer...