La Colombie

Biden dénonce "l'incroyable irresponsabilité" de Trump

Le président élu américain Joe Biden, dont la victoire a été renforcée jeudi à l'issue d'un dépouillement dans l'état de Géorgie, a dénoncé jeudi "l'incroyable irresponsabilité" du président sortant Donald Trump, qui refuse toujours d'accepter sa défaite aux élections du 3 novembre.

Le locataire actuel de la Maison Blanche affirme, sans aucune preuve tangible, qu'il est victime de fraudes massives dans plusieurs États et a lancé une bataille judiciaire menée, dans une confusion extrême, par son avocat personnel Rudy Giuliani.

"Je pense que (les Américains) sont témoins d'une irresponsabilité incroyable, de messages incroyablement préjudiciables envoyés au reste du monde sur le fonctionnement de la démocratie", a déclaré Biden aux journalistes de son fief de Wilmington, Delaware.

Vous pouvez lire: Duque considère que son parti n'aurait pas dû commenter les élections aux États-Unis.

«Il est difficile de comprendre comment cet homme raisonne», a-t-il poursuivi. "Je suis sûr qu'il sait qu'il n'a pas gagné, qu'il ne pourra pas gagner et que je le jurerai le 20 janvier", at-il ajouté. "C'est vraiment scandaleux ce qu'il fait."

Au niveau national, l'ancien vice-président démocrate l'a emporté avec près de 80 millions de voix contre un peu moins de 74 millions pour le milliardaire républicain.

Mais aux États-Unis, le président est choisi par un collège électoral dans lequel chaque État a attribué un certain nombre de voix, et dans certains, Biden a gagné très peu.

En Géorgie, Biden n'avait que 14000 voix d'avance sur Trump, un écart si étroit qu'il nécessitait un recomptage manuel.

Les autorités locales ont annoncé jeudi soir que ce recomptage avait confirmé Biden comme le gagnant de ce statut, avec une marge légèrement étroite d'environ 12 200 voix.

La différence étant inférieure à 0,5% des voix, le président sortant peut demander un nouveau dépouillement une fois les résultats certifiés, indique un communiqué du bureau du secrétaire d'État local, en charge de l'organisation des élections.

Confusion

Depuis le matin, Trump avait attaqué l'opération électorale en Géorgie. Dans une série de tweets, il a expliqué la découverte de près de 6000 bulletins de vote dans deux comtés à majorité républicaine.

Certains avaient été comptés mais pas téléchargés dans le système, les autres semblaient avoir été oubliés dans une boîte, selon les autorités locales, qui ont attribué les problèmes à une erreur humaine.

"Cela a créé de la confusion et nous comprenons que les gens sont concernés", mais "la bonne nouvelle est que le décompte a atteint son objectif" en corrigeant ces erreurs, a déclaré Sterling.

«Espérons que le président Trump accepte le résultat», a-t-il ajouté, déplorant que «remettre en cause» l'élection «sape les fondements de la démocratie».

Cet état attire tous les regards car le contrôle de la chambre haute y sera également joué en janvier lors de deux élections sénatoriales.

"Nous allons devenir le Venezuela"

Au-delà de la Géorgie, le président et ses alliés ont déposé une série d'appels en Pennsylvanie, au Michigan, en Arizona et au Nevada.

Certains ont été rejetés par les tribunaux, d'autres retirés par les parties prenantes, mais Giuliani se bat pour garder ceux qui restent en vie. Cette semaine, l'ancien maire de New York a témoigné devant un juge fédéral sans fournir d'éléments matériels.

Jeudi, lors d'une conférence de presse très décousue, il a élaboré plusieurs théories du complot, avec des références au Venezuela et au philanthrope George Soros pour avoir prétendument participé à une fraude organisée selon lui par des «dirigeants démocrates» avec la complicité de Biden lui-même.

"Nous allons devenir le Venezuela. Nous ne pouvons pas permettre que cela nous arrive. Nous ne pouvons pas permettre à ces criminels, parce que c'est ce qu'ils sont, de voler les élections au peuple américain", a déclaré Giuliani, faisant référence aux machines à voter utilisées. .

Pendant qu'il parlait, Trump a tweeté. «Mes avocats maintenant chez @newsmax, @OAMM et peut-être @Fox», a-t-il écrit à propos de ces trois chaînes de télévision conservatrices. "Un cas ouvert et fermé de fraude électorale. En grand nombre!".

L'appel du président

Une autre controverse a éclaté dans le Michigan après qu'un membre républicain du conseil de prospection, qui avait refusé de certifier le résultat de l'élection dans un comté fortement démocrate et avait ensuite annulé sa décision, a déclaré jeudi que Trump l'avait appelée.

"J'ai reçu un appel du président Trump mardi soir après la réunion", a-t-il déclaré au Washington Post. "Il voulait s'assurer que j'allais bien", a-t-elle ajouté, notant qu'elle ne se sentait pas obligée de changer son vote.

Trump n'avait aucun événement sur son calendrier officiel.

Biden, quant à lui, continue de se préparer à son entrée à la Maison Blanche. Jeudi, il a rencontré les gouverneurs pour discuter de la réponse à la pandémie de covid-19, qui a fait plus de 250 000 morts aux États-Unis.

Vous pourriez également aimer...