Le Venezuela

Les cimetières sont prêts pour le jour des morts

Les autorités des municipalités de Libertador et El Hatillo, à Caracas, ont lancé des opérations spéciales de nettoyage et d'entretien des cimetières de la capitale, dans le cadre de la commémoration du Jour des Morts, lundi prochain 2 de novembre.

Dans les installations du cimetière général sud, situé dans la paroisse de Santa Rosalía, un groupe de travailleurs du bureau du maire de Caracas a effectué cette semaine des travaux de désherbage dans les rues principales, ainsi que la collecte des ordures.
Au cimetière municipal d'El Junquito, une opération de nettoyage et de surveillance a également été activée afin que les familles puissent venir visiter et apporter des fleurs sur les tombes de leurs proches.

De son côté, le maire d'El Hatillo, Elías Sayegh, a rendu compte des travaux de nettoyage, de désherbage et de surveillance effectués dans le cimetière situé dans la ville. "Notre plan Prenons soin d'El Hatillo se poursuit dans le cimetière de la ville pour faire des travaux d'entretien", a écrit le président dans son compte sur le réseau social twitter.

De même, il a été appris qu'une opération de sécurité sera menée pour contrôler et accélérer l'entrée et la sortie des installations du cimetière Est, à La Guairita, dans laquelle une augmentation du nombre de visiteurs est également attendue.

Les autorités ont indiqué que le travail de surveillance et de patrouille sera renforcé, pour protéger l'intégrité des visiteurs du cimetière, ainsi que pour rappeler aux citoyens la nécessité de se conformer aux protocoles de sécurité pour éviter la contagion du covid-19, parmi leur l'utilisation obligatoire d'un masque, le respect de l'éloignement social et du lavage des mains.

Les cimetières, le jour des morts et pendant la semaine de détente, devraient être ouverts ce lundi dès le matin; cependant, aucune heure de fermeture n'a été stipulée, les gens sont donc encouragés à y assister le matin.

Fleurs prêtes

Amparo Hernández est un fleuriste de l'avenue principale d'El Cementerio, à Santa Rosalía, et affirme que les affaires ont considérablement diminué en raison de la pandémie.

«L'activité de vente de fleurs s'est détériorée, les années précédentes, nous devions apporter des camions de marchandises, la rue devait être bloquée pour organiser les expositions, cette année la pandémie de covid-19 et l'hyperinflation ont laissé l'entreprise chiffres en rouge », dit-il.

Il souligne que pour tenter de fidéliser la clientèle, ils ont conçu un bouquet de fleurs populaire à raison de 250 000 bolivars. "Comme d'autres produits tels que la nourriture, les vêtements et les chaussures, les fleurs sont également vendues en dollars, en plus, les gens ont la priorité d'acheter de la nourriture et non des fleurs", at-il ajouté.

A La Guairita, on savait également que les locaux commerciaux préparent leurs offres en bouquets pour ce lundi et sécurisent les fleurs traditionnelles sur les pierres tombales.

Ils espèrent que ces jours-ci, à l'approche du jour de toutes les âmes, ils pourront récupérer la commercialisation des fleurs, puisque pour des raisons de pandémie et de quarantaine obligatoire leurs entreprises ont été fermées.

Vous pourriez également aimer...