Le Brésil

Qu'est-ce que la polarisation et pourquoi est-elle nuisible à la démocratie?

Image Instagram du projet Despolarize. Dans l'image, il y a la phrase

Despolarize est une initiative de Politize!, Créée pour aider les gens à dialoguer et à gérer les conflits. Photo: @despolarize_

Lorsqu'on parle de politique contemporaine, il est également très courant d'entendre parler de polarisation. Mais après tout, qu'est-ce que la polarisation et pourquoi est-elle ainsi abordée?

En politique, le sens strict de la polarisation est simplement la division d'une société en deux pôles sur un sujet donné. Cependant, ce mot a été utilisé de manière plus négative: la polarisation est ce que nous appelons différend entre deux groupes qui ne dialoguent pas entre eux, qui sont fermés dans leurs convictions et ne veulent pas dialoguer.

C'est ce sens du terme que nous utiliserons dans cet article, dans lequel nous comprendrons le thème de son origine à ses conséquences pour la démocratie.

D'où vient la polarisation?

Bien qu'il s'agisse d'un phénomène dont on parle beaucoup aujourd'hui, la meilleure façon de commencer à comprendre la polarisation est de regarder en arrière. En fait, loin en arrière, dans notre passé comme une espèce.

Comme tout animal, le corps humain a évolué au fil du temps avec un objectif clair, mais inconscient: s'adapter aux circonstances et à l'environnement pour survivre le plus longtemps possible et transmettre ses gènes à leurs descendants. Pour accomplir cette mission, certaines attitudes ont été utiles et d'autres pas tellement. Par exemple, escalader une montagne risquait de causer des blessures et la mort; par conséquent, notre cerveau a développé la peur des hauteurs, qui essaie de nous empêcher de prendre ces risques.

L'une des stratégies les plus utiles pour se préserver dans les temps reculés était de rejoindre d'autres personnes et former des groupes. Avec l'aide de camarades, il était plus facile d'obtenir de la nourriture et de se protéger des prédateurs et des adversaires.

Cependant, il y avait un prix: pour être accepté dans un groupe, il fallait être digne de confiance, ce qui à son tour exigeait de la fidélité. La loyauté était essentielle pour qu'un groupe d'individus agisse de manière coordonnée, organisée et engagée, augmentant ainsi les chances de succès dans la lutte pour la survie.

La grande question est que la loyauté, lorsqu'elle est menée en profondeur, implique de renoncer à sa propre individualité pour accepter les normes, les croyances et les idées du groupe. Après tout, dans un monde comme celui dans lequel vivaient nos ancêtres, être fidèle était plus important que d'analyser les faits et les idées de manière critique et indépendante.

Avec ça, on peut dire que notre cerveau a été programmé pour trouver une classe, adaptez-vous à lui, intégrez-le à notre identité et restez le plus fidèle possible. De cette façon, nous éprouvons du plaisir à agir de cette manière, tout en changeant d'avis et en nous opposant au groupe auquel nous nous identifions est très inconfortable.

Mais cela avait du sens: à l'époque, c'était une question de vie ou de mort. Notre survie dépendait de la fidélité à un groupe et du traitement des adversaires comme des ennemis mortels. Aujourd'hui, cette stratégie peut avoir des conséquences négatives.

Pourquoi la polarisation est-elle un problème en démocratie?

Si notre cerveau a encore des instincts et des inclinations nécessaires à sa survie dans les temps anciens, le monde dans lequel nous vivons aujourd'hui est totalement différent de cela.

Au fil des siècles, l'humanité a affiné son organisation, compris le fonctionnement des sociétés et créé des systèmes pour organiser le pouvoir plus équitablement. L'une des innovations était la démocratie.

Par la démocratie, il ne serait pas nécessaire d'utiliser la force pour accéder au pouvoir: le différend ne passerait pas par la violence, mais par la discussion d'idées et la présentation de propositions pour améliorer la vie de chacun. Quiconque convainc plus de citoyens et obtient plus de voix accède aux postes de commandement.

Ce n'est pas pour rien que la démocratie va bien au-delà du vote. Comme le soulignent Steven Levitsky et Daniel Ziblatt dans le best-seller «Comment les démocraties meurent», il faut respect des règles communes, reconnaissance de la légitimité des opposants (c'est-à-dire les traiter comme des concurrents légitimes dans un différend égalitaire), tolérance et dialogue.

Une polarisation excessive compromet toutes ces exigences. Dans une société concentrée sur deux côtés radicalisés, les opposants sont vus comme des ennemis, le dialogue n'est pas encouragé – voire condamné – et la violation des règles semble justifiée.

Quiconque cherche à rester en dehors de ces deux groupes, présentant d'autres visions et idées, ou même qui prétend que les deux côtés ont leurs défauts et leurs vertus, est traité comme "Exempter". Les alternatives qui s'échappent des deux présentées finissent par être invalidées.

Des réseaux sociaux aux guerres culturelles

Si la tendance à la polarisation existe dans le cerveau humain lui-même et est avec nous depuis si longtemps, pourquoi ce phénomène a-t-il acquis une telle importance aujourd'hui? Une réponse possible est que l'environnement créé au cours des dernières décennies favorise cette tendance. Il est possible de rassembler certains facteurs pour expliquer la croissance de la polarisation dans le monde.

Réseaux sociaux

Le premier facteur que nous pouvons mentionner sont les réseaux sociaux. Avec autant d'informations disponibles dans chacun d'eux, des codes sont utilisés pour déterminer quel contenu nous parviendra. Ces codes, appelés algorithmes, privilégier le contenu et les informations qui correspondent à notre vision du monde, car ils nous font plaisir et sont plus susceptibles d'être consommés.

Le problème est que ce processus aboutit à créer des bulles. Chaque individu finit par n'être en contact qu'avec des opinions, des actualités, des articles, des vidéos et des images qui renforcent ses convictions. Différents points de vue, en revanche, ont une chance minime de percer cette bulle et de nous toucher.

Le résultat: chacun consolide et renforce les idées qu'il a déjà et devient plus certain qu'il a raison dans son jugement. Les opinions divergentes deviennent de plus en plus étranges, absurdes et, tout au plus, inacceptables.

Politiciens et dirigeants

La polarisation croissante est encouragée par ceux qui la favorisent. Des politiciens, des partis et des groupes plus extrémistes se nourrissent de mécontentement et d'intolérance pour obtenir plus de soutien pour leurs idées. Après tout, mesures extrêmes ils ont plus de chances d'être acceptés lorsqu'ils voient l'autre groupe comme un ennemi dangereux qui doit être éliminé, plutôt que comme un concurrent dans le débat.

De plus, plus l '«ennemi» a l'air pire, plus il justifie d'enfreindre les règles. Sans surprise, une étude a montré que la polarisation favorise la montée en puissance de leaders populistes «illibéraux», c'est-à-dire qui ont peu d'appréciation des normes démocratiques et des limitations de pouvoir.

Guerre culturelle

Ce terme fait référence à un changement dans le débat politique qui a eu lieu aux États-Unis depuis les années 1990, puis au Brésil. Le centre du différend a quitté l'économie et les politiques publiques est passé aux questions liées à la culture, aux coutumes et au comportement.

Par exemple: les deux parties accordent moins d'importance aux propositions concrètes, comme un plan de politique économique, et placent centre de discussion questions morales, comme la dépénalisation de l'avortement et l'éducation sexuelle dans les écoles. Le professeur et chercheur Eduardo Wolf, auteur du livre «Guerre culturelle: idéologues, conspirateurs et nouveaux croisés», définit la guerre culturelle comme «une lutte pour l'âme de la nation».

Deux groupes, généralement conservateurs et progressistes, sont en désaccord sur
l'identité de leur pays ou de leur société et voient l'antagoniste comme un ennemi qui doit être réduit au silence. Autrement dit, la tension et la polarisation deviennent plus grandes.

Polarisation en pratique

Pour mieux comprendre les conséquences de la polarisation, il est utile d'analyser comment elle affecte les sociétés et leurs individus.

Au niveau individuel, la science a déjà découvert que, dans de nombreux cas, une opinion formée sur un sujet donné importe plus que les faits qui s'y rattachent. Autrement dit, les preuves ont peu de pouvoir pour changer la vision du monde d'une personne. Cela passe par un «raisonnement motivé». Le terme fait référence à la manière dont nous avons tendance à donner plus de valeur aux faits et aux informations qui renforcent nos opinions et moins de valeur pour ceux qui s'y opposent.

Un environnement polarisé, sans tolérance et sans respect des opinions dissidentes, renforce ce comportement. L'environnement est créé par la propension à être fidèle à des groupes et, à son tour, renforce cette propension, comme dans un cycle. En ce sens, il est possible de comprendre pourquoi les fausses nouvelles se propagent facilement: elles profitent de notre volonté de croire en des nouvelles qui corroborent nos idées, quelle que soit leur véracité.

En nous rappelant ce que nous avons vu au début de cet article: en tant qu'êtres humains, nous avons évolué grâce à des comportements qui augmentaient les chances de survie de nos ancêtres. Et entre survie et vérité, notre cerveau choisit presque toujours la première option.

La fidélité à un groupe, surtout en matière de politique, est également liée à l'identité que nous assumons. À cause de ça, il est plus difficile de changer d'avis sur les questions politiques que celles liées à d'autres domaines, comme la science. Cependant, lorsqu'une discussion scientifique aborde la politique, elle finit aussi par être impliquée dans la polarisation.

De cette façon, nous voyons des cas comme les désaccords entre électeurs républicains et démocrates sur la pandémie de coronavirus aux États-Unis. Un autre exemple a été donné par des politiciens des deux partis: certains républicains, dont le président Donald Trump, refusent de porter des masques pour contenir le virus. Les démocrates, pour leur part, ont tenté d'imposer l'usage.

Outre la recherche de la vérité factuelle, une polarisation excessive affecte également la recherche de solutions aux problèmes de société. Un débat polarisé empêche les analyses profondes et nuancées qu'exigent des questions complexes, comme celles du monde dans lequel nous vivons.

Au Brésil, les chercheurs Pablo Ortellado et Márcio Moretto Ribeiro ont identifié un changement de comportement des utilisateurs de Facebook. En matière de politique, il y avait, jusqu'en 2013, six communautés principales, divisées par leurs préférences et leurs priorités. Lors des manifestations de juin de cette année-là et des élections présidentielles de 2014, ces communautés étaient divisées en deux groupes plus éloignés et polarisés: progressistes et conservateurs.

Concernant la politique institutionnelle, le le processus décisionnel court le risque de stagner lorsque les deux parties ne parviennent pas à conclure des accords minimaux. Cette conséquence est plus claire aux États-Unis, où seuls deux partis se disputent le pouvoir et, de plus en plus éloignés, viennent arrêter le pays dans des votes fondamentaux.

Enfin, comme le démontrent les auteurs du document «Comment les démocraties meurent», la polarisation conduit finalement à érosion des institutions et des pratiques qui composent le système démocratique, en plus d'ouvrir un espace pour un leadership illégal.

La polarisation a-t-elle son bon côté?

Malgré toutes les opinions sur les effets délétères de la polarisation, il y a ceux qui la considèrent comme positive – ou qui, du moins, a des aspects bénéfiques. Nelson Ferreira Marques Júnior, docteur en histoire politique au Brésil, a défendu cette position dans un article publié dans le journal Folha de S. Paulo.

Selon lui, la division de la société en deux pôles distincts fait partie du développement de la démocratie et cela ne peut pas être considéré comme un mal en soi. Le différend politique serait le seul moyen d'acquérir des connaissances et de trouver des solutions aux problèmes communs. La polarisation devient négative lorsqu'elle est «contaminée par la haine et des discours généralistes nourris uniquement de bon sens». Autrement dit, même si elle respecte les «paramètres démocratiques», elle ne doit pas être condamnée.

Analysant la réalité des États-Unis, le journaliste Ezra Klein, auteur de «Why we are polarized», souligne que la polarisation et la distance croissante entre démocrates et républicains ont eu une conséquence positive: l'adoption, par les démocrates, des soi-disant lignes directrices identitaires , en particulier la lutte contre le racisme.

Pour Ezra Klein, la polarisation donne de la force à des mouvements comme le Les vies noires comptent, qui proteste contre le racisme et la violence policière contre les Noirs américains, et a exhorté les politiciens démocrates à faire de cette question une priorité.

Par ailleurs, "L'alternative à la polarisation est généralement la suppression", selon le journaliste. Ceci est conforme à ce que Nelson Ferreira Marques Júnior a déclaré: «Générer un consensus sans polarisation, c'est toujours accepter le statu quo».

Est-il possible de diminuer la polarisation?

La situation est difficile, mais il existe des pratiques que nous pouvons adopter, par rapport aux autres et à nous-mêmes, pour diminuer la polarisation et établir un dialogue sain. Pour cela, nous avons rassemblé quelques astuces et conseils donnés par des experts, divisés en deux parties.

Comment vous éduquer

Nous sommes imparfaits

Comme nous le savons, le cerveau humain peut facilement nous tromper. Cela n'est pas seulement vrai pour les autres, mais aussi pour nous-mêmes. Lorsque nous émettons un jugement ou créons une opinion, il y a toujours une chance que nous nous trompions.

Connaître les failles de notre raisonnement et de notre vision du monde nous rend plus ouverts aux arguments contradictoires, ce qui peut même nous faire revoir certains points et évoluer intellectuellement.

Comment est-ce que je pense?

Il est tout aussi important d'être conscient des défauts de nos points de vue et de nos arguments, c'est de comprendre comment ils sont construits. Arrivons-nous à des conclusions en analysant les faits et les preuves? Avons-nous donné des poids égaux (ou du moins similaires) aux opinions divergentes sur le sujet?

Il vaut la peine de se souvenir d'une règle simple. Tout d'abord, il faut analyser les informations, les faits et les preuves, puis se forger une opinion. C'est penser comme un scientifique, qui formule des hypothèses à partir de l'analyse des connaissances disponibles et met ces hypothèses à l'épreuve.

Il est également important de garder à l'esprit une citation du journaliste et écrivain Christopher Hitchens: "Peu importe ce que vous pensez, mais comment vous pensez".

La connaissance de soi est aussi la connaissance.

Lire comment fonctionne notre cerveau et comment il est sujet à la polarisation est un moyen pour nous de rester attentif aux pièges que nous nous fixons.

Par conséquent, des initiatives telles que la série sur ce thème réalisée par le site Wait But Why (qui n'est malheureusement disponible qu'en anglais) et Dépolariser, Projet Politize! pour diminuer la polarisation dans les réseaux sociaux.

Comment discuter avec les autres

Les gens peuvent changer d'avis

Tout au long de cet article, il peut avoir été l'impression que convaincre par des faits et des arguments solides est presque impossible, mais ce n'est pas toute la vérité.

Le raisonnement motivé et la fidélité aux groupes ont une grande influence sur la façon dont nous créons nos opinions, mais il est également vrai que nous avons le désir de conserver une vision correcte du monde. En ce sens, les preuves scientifiques et le consensus ont leur importance et leur influence.

Les valeurs comptent

Des études montrent qu'un moyen efficace de convaincre ceux qui ont des opinions dissidentes ce n'est pas la confrontation, mais l'utilisation de ses propres valeurs. Par exemple, un conservateur a de meilleures chances d'accepter une proposition progressiste, à condition qu'elle soit «enveloppée» dans un discours qui utilise des valeurs conservatrices – et vice versa.

L'empathie est essentielle

Le point précédent montre combien il est important de se mettre à la place de celui avec qui on débat. En plus d'augmenter nos chances de convaincre, cette attitude nous ouvre également voir des points positifs dans différents points de vue.

Sans manichéisme

Il est essentiel de se rappeler que, dans la grande majorité des cas, des désaccords surviennent entre des personnes qui ont de bonnes intentions et recherchent une société meilleure. Personne ne devrait être considéré comme un ennemi juste pour penser différemment de nous. Après tout, le monde est complexe et ne se divise pas de manière manichéenne, un combat entre le bien et le mal.

Vous pouvez également consulter d'autres conseils sur Despolarize, le projet d'incitation Politize! Dialogue.

Publié le 30 juillet 2020.

Écrivain bénévole

Luiz Vendramin Andreassa

Diplômé en journalisme de l'Universidade Presbiteriana Mackenzie et post-diplôme en sciences politiques de la FESP-SP. Il rêve d'un monde dans lequel l'accès au savoir et le confort matériel ne sont plus des privilèges pour devenir accessible à tous.

RÉFÉRENCES

AUN USP: la polarisation de l'environnement numérique rend le dialogue social difficile

Folha de S. Paulo: le visage positif de la polarisation

Folha de S. Paulo: pourquoi la polarisation favorise-t-elle les populistes?

Galileo: des graphiques montrent la polarisation politique des réseaux sociaux au Brésil

Nexus: comment utiliser les valeurs de chacun pour les convaincre d'une idée

Nexus: qu'est-ce que la «guerre culturelle». Et pourquoi l'expression est à la hausse

L’État de S. Paulo: «Les réseaux sociaux doivent rendre compte de la polarisation qu’ils provoquent»

La conversation: les faits contre les sentiments n'est pas la façon de penser à la communication scientifique

The New York Times: notre culture du mépris

Vox: dysfonctionnement du Congrès

Vox: à l'éloge de la polarisation

Vous pourriez également aimer...