La Colombie

À la recherche de Vénus

Peu des 7 888 536 019 habitants actuels de la Terre au 15/04/2021 seront en bon état pour voir les prochains transits de Vénus à travers le Soleil, comme ils le seront en 2117 et 2125. Les précédents étaient en 2004 et 2012. et Andrea Wulf Il s’est empressé de voir ce dernier après avoir terminé son livre sur la question, dans lequel il raconte les deux derniers, qui étaient en 1761 et 1769, marqués par l’importance de pouvoir déterminer l’heure précise et l’emplacement exact, à partir de où ils ont été observés par des centaines d’astronomes dans le monde. Le premier qui est connu était en 1639 et ceux qui ont suivi étaient en 1874 et 1882, et nous espérons qu’Andrea Wulf osera écrire le livre respectif.

Alors qu’en Europe et en Amérique les pays étaient dans des guerres et des révolutions successives, les astronomes convoqués par le britannique Edmond Halley en 1716, « pour se joindre à un projet qui couvrait le globe entier … et qui changerait toujours le monde de la science » ( p. 21) partageait toutes sortes de données, d’informations et de connaissances pour pouvoir déterminer la distance de la Terre au Soleil et à partir de là pour calculer d’autres distances sidérales: «L’art de mesurer le ciel» comme son livre Wolf sous-titre. Enfin, la distance a été établie en 2012 à 149 597 870 700 km, et il vaut la peine de la comparer à la longueur de la circonférence équatoriale de la Terre, qui est de 40 075 km.

Mais à partir du XVIIIe siècle, ce qui se généralisa dans le monde, ce ne fut pas le mouvement culturel et intellectuel des Lumières, mais les nombreuses nouvelles techniques dérivées des nouvelles connaissances scientifiques, qui en plus de permettre la révolution industrielle, qui rendit le monde possible. Aujourd’hui, ils ont aussi conduit au danger d’accidents ou de guerres nucléaires, et à la surpopulation rapide de la planète, qui avec un consumérisme effréné, stimulé par le capitalisme sauvage et le snobisme des carriéristes, qui se sont multipliés, génère l’effet de gaz à effet de serre qui ont exacerbé le changement climatique, menaçant de changer le monde à jamais.

Paradoxalement, la pensée scientifique, c’est-à-dire démontrable, et non les croyances instillées dès l’enfance et non choisies, est ce qui peut désormais augmenter la qualité de vie dans le monde et pour beaucoup plus de personnes, à condition qu’il y en ait beaucoup moins et toujours en l’améliorant. ne pas le changer. Mais bien que de plus en plus de gens réfléchissent et ne croient pas simplement, malheureusement la majorité continue de le faire en ce qui concerne les problèmes qui nous concernent tous tels que le changement climatique, la perte de biodiversité, la disparition des forêts et des jungles, l’accumulation de déchets. Et déchets, la rareté croissante de l’eau douce et ses déchets et sa contamination.

Il ne reste plus qu’à se souvenir de la demande de Denis Diderot: « Nous devons montrer que nous sommes meilleurs, et que la science a fait plus pour l’humanité que la grâce divine ou suffisante » (cité par Wulf, p. 11). Il est nécessaire de diffuser des connaissances rigoureuses dans tous les domaines de la connaissance humaine, précisément comme Didertot, avec D’Alambert, l’a promue dans L’encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers. Et comprenez pourquoi pour les anciens Babyloniens, qui l’appelaient Ishtar, les Grecs Aphrodite et les Romains Vénus, cette planète représentait la déesse de l’amour, de la fertilité et de la beauté, et donc leur recherche persistante avant parce que maintenant ils la connaissent à peine.

Suivez @BarneyCaldas sur Twitter

Vous pourriez également aimer...