Le Venezuela

À Monagas, ils mènent une campagne pour réduire les brimades et les abus à l’école

La Première Dame de l’État de Monagas et présidente de la Fundación del Niño Simón, Sorenelly Zambrano de Luna, a rapporté que la campagne « Éduquer avec amour, nous changeons son histoire » qu’ils ont menée tout au long du mois de mai, est née à la suite de la formation du premier état-major pour s’occuper des enfants vulnérables.

Zambrano a indiqué que la campagne est un signe de la préoccupation existante concernant les cas de maltraitance et de manque de scolarisation.

« Ce travail va de pair avec des entités compétentes telles que l’Institut autonome du Conseil national des droits de l’enfant et de l’adolescent (IDENA) et le ministère de l’Éducation, pour assurer la protection et l’hébergement de nos enfants », a déclaré le président.

Zambrano de Luna a confirmé que la responsabilité n’appartient pas seulement aux autorités, elle est partagée.

Il a souligné que selon les chiffres des entités compétentes de Monagas, en trois mois, il y a eu 235 cas d’intimidation, 64 d’abus sexuels et 364 de maltraitance.

« Cette campagne vise à faire baisser ces chiffres et à être des multiplicateurs de l’importance des enfants. Un appel est lancé au bénévolat, à ceux qui veulent aider », a-t-il précisé.

Concernant les cas d’intimidation enregistrés à Monagas

Les responsables de ces actions ont été punis, a déclaré la Première Dame de l’Etat.

Il a déclaré qu’il y avait une ordonnance du procureur Tarek Willian Saab pour traiter les cas d’intimidation et d’abus à l’école.

À Monagas, les entités compétentes ont agi efficacement dans le cas de la maltraitance d’un adolescent dans un lycée du secteur « Los Guaritos » de la municipalité de Maturín.

« Ce mineur a déjà le droit pénal, c’est un exemple clair que si c’est vous qui avez enregistré, vous êtes aussi coupable que celui qui a commis l’action, c’est pourquoi nous devons le signaler », a-t-il confirmé.

Signaler un abus sans crainte

De même, il a invité les gens à signaler les cas de maltraitance d’enfants, par l’intermédiaire du ministère public, au 0800-Fisca00 (0800-3472200) où vous pouvez compter sur des conseils dans les bureaux du service citoyen et les unités de service aux victimes. , au bureau du procureur supérieur de Monagas .

« La famille de ces cas d’abus ou de mauvais traitements devrait bénéficier d’une prise en charge psychologique », a-t-il déclaré.

D’autre part, il a indiqué qu’ils travaillent sur un congrès de professionnels, afin qu’ils puissent contribuer à la campagne à partir de leur expérience.

« Tout le monde au sein de la famille est responsable de guider et de prendre soin de nos enfants », a-t-il déclaré.

Il a souligné que la question de la prévention est importante, et qu’en éduquant il est possible de changer l’histoire de l’adolescent qui commence sa vie sexuelle sans protection, il y a des jeunes de 13 et 14 ans qui sont enceintes, une situation qui doit être arrêté.

« La responsabilité est mutuelle, des ateliers seront organisés avec les parents pour qu’eux aussi s’impliquent », a-t-il précisé.

D’autre part, il a expliqué qu’à la Fondation El Niño Simón, les enfants sont traités de manière intégrale, avec l’aide d’une grande équipe, en plus d’avoir un plan nutritionnel et l’attention d’un travailleur social.

« La zone de thérapie ouvrira bientôt et le programme de construction de sourires commencera avec Operation Smile, pour opérer des enfants avec une fente labiale. Il y a plus de 50 enfants monaguens sur la liste », a-t-il souligné.

« Chaque enfant qui vient à la consultation ressort avec son médicament », a-t-il précisé.

En ce qui concerne la question des enfants de la rue, il a expliqué que les mairies travaillent sur des plans de prise en charge pour faire face à ces cas d’enfants en état de vulnérabilité, en réalisant l’étude sociale correspondante.

Les enfants vendeurs de Monagas doivent retourner à l’école

Il a précisé que de l’état-major général une mesure sera prise qui établit que les enfants ne peuvent pas monter à bord des unités pour la vente de bibelots, car ils sont mineurs.

Il a mentionné que ces nourrissons doivent retourner à l’école, car il n’est pas juste qu’ils se consacrent au travail avant l’heure, et encore moins à cause d’un adulte qui est derrière cette situation.

Vous pourriez également aimer...