Le Brésil

Actes des «  Fora Bolsonaro  » dans 200 villes du Brésil

São Paulo – Les manifestations # 29M des «Fora Bolsonaro» ont été gigantesques dans les principales villes du Brésil. « Le président génocidaire n’accélère pas non plus la vaccination car il en a peur ici », a déclaré l’actrice Maria Bopp, la blogueuse du bout du monde, face à l’image de Paulista prise par plus de 80 mille personnes à l’acte. de ce samedi (28), qui a demandé Bolsonaro à l’extérieur. « Si aujourd’hui était comme ça, imaginez avec tout le monde vacciné. »

Ce samedi (29), des manifestations pour la destitution du président Jair Bolsonaro ont eu lieu dans 213 villes brésiliennes de 26 États et du district fédéral, et 14 dans le monde. Bilan libéré en fin de journée par les organisateurs estimait à 420 mille le nombre de personnes qui ont protesté contre la négligence qui a déjà fait 461 mille personnes, contre le manque de vaccins pour lutter contre le covid-19, la faim, le chômage, les attaques contre les autochtones les gens, aux noirs, à l’environnement.


29 millions d’images


« Si les gens descendent dans la rue pour protester au milieu d’une pandémie, c’est parce que le gouvernement est plus dangereux que le virus lui-même », expliquaient des affiches brandies aux quatre coins du Brésil. Ceux qui ne peuvent pas être dans la rue, confrontés à la peur d’être infectés par le coronavirus qui sévit depuis plus d’un an, ont inondé les réseaux sociaux de mécontentement face au gouvernement disparu de Bolsonaro. LES # 29MForaBolsonaro il a eu 202 000 participations uniquement sur Twitter, 1 828 048 publications et 841 000 retweets. En fin d’après-midi et en début de soirée, des pots ont été entendus dans plusieurs villes du pays.

O analyste de données Pedro Barciela souligne que la répercussion était plurielle et a obtenu un engagement élevé. «Cette diversité présente aujourd’hui sur le marché anti-monétaire est ce qui lui permet de sensibiliser de plus en plus les autres utilisateurs, de parler à d’autres acteurs et de s’immiscer dans le débat public. L’idée ici n’est pas de «faire sauter la bulle», mais de dialoguer avec autant de bulles que possible », a-t-il tweeté.

Fermé avec une clé dorée

L’événement de São Paulo était le plus grand du pays, avec plus de 80 000 personnes dans les rues. Du rassemblement devant le musée d’art de São Paulo (Masp), vers 16 heures, les manifestants ont marché le long de la Rua da Consolação et se sont dirigés vers la Praça Roosevelt, à 18 heures. Des cris, des affiches, des drapeaux, des autocollants ont appelé à la destitution de Jair Bolsonaro, à l’achat de plus de vaccins et à l’expansion de l’aide d’urgence. Des capitales comme Brasilia, Rio de Janeiro, Porto Alegre, Curitiba et Belo Horizonte ont également fini par être surprises par des manifestations proches de plus de 10 000 participants.

Avant l’acte, l’espace libre de Masp a été fermé par la police militaire de São Paulo, mais il a été ouvert par les manifestants, après qu’une forte pluie est tombée sur l’Avenida Paulista. Totalement pacifique, la manifestation était accompagnée par la police militaire et la garde civile métropolitaine (GCM).

La manifestation était organisée par le Frente Povo Sem Medo et le Frente Brasil Popular, conjointement par des organisations étudiantes, des centrales syndicales et d’autres collectifs indépendants. Tout au long de l’acte, des représentants de partis et de mouvements sociaux – tels que le président du PT, Gleisi Hoffmann, le chef du Mouvement des travailleurs sans terre (MTST), Guilherme Boulos – se sont prononcés contre le gouvernement Bolsonaro.

«Le moment est venu d’y mettre un terme et de faire sortir Bolsonaro du gouvernement. Nous n’attendrons plus jusqu’en 2022, pendant que notre peuple meurt. Le moment est venu de semer un projet d’espoir et aujourd’hui n’est que le début. Nous sommes descendus dans la rue avec responsabilité et sans crainte de nous battre », a déclaré Boulos.

(Photo: Reproduction)

Agir avec responsabilité

Contrairement aux manifestations pro-Bolsonaro, dans lesquelles le port du masque n’est pas respecté, dans les actes de la # 29MForaBolsonaro, Le Brésil partout, ils étaient sur tous les visages. Dans certaines villes, comme São Paulo, l’UNE et MTST ont organisé des tentes pour la distribution de masques PFF2, de gel alcoolisé. Ils ont également offert des instructions pour éviter la contamination lors de la manifestation. Les organisateurs ont demandé aux gens d’échanger des masques en tissu contre des modèles plus sûrs, comme le PFF2.

« Au Brésil, qui a un président qui nie le vaccin et qui est un génocide, les gens doivent descendre dans la rue, car rester à la maison, c’est aussi tuer », a déclaré la militante et défenseuse des droits humains Preta Ferreira. Ninja Media.

Répercussion
Cliquez sur l’image et regardez la vidéo Le gardien

Vous pourriez également aimer...