Le Venezuela

Didalco Bolívar: « Guaidó a un fusible dans sa main »

Le deuxième vice-président de l’Assemblée nationale, Didalco Bolívar, était l’invité spécial de l’émission « Ici avec Ernesto Villegas », animée par le journaliste et ministre de la Culture, Ernesto Villegas, qui a partagé les détails du long voyage à travers la politique de cette leader social.

Didalco Bolívar a été membre du parti Movimiento Al Socialismo pendant 33 ans, avec le soutien du commandant Hugo Chávez, il a formé le parti Podemos. Il a occupé différents postes dans la politique régionale et nationale, parmi lesquels il a été gouverneur de l’État d’Aragua pendant près de 16 ans.

Bolívar a toujours été un militant de gauche, mais pendant un bref instant, il s’est retiré du projet Chavista en raison de situations personnelles.

«J’ai eu mes divergences avec Chávez quand un parti unique (PSUV) a été proposé. Quand il a été rectifié, nous étions de retour avec le processus révolutionnaire », a avoué le leader politique, assurant qu’il y avait des divergences, mais l’insulte disproportionnée n’a pas été atteinte.

Il a avoué qu’à l’époque où il était sur le trottoir devant la révolution, il avait été victime de persécutions menées par certains représentants du gouvernement qui n’est plus du côté de la révolution.

«Il y a eu une persécution contre moi. Rafael Isea où est-il? Le temps a montré que quiconque m’a persécuté est maintenant hors du pays allié à l’adversaire et je suis ici avec la révolution », a déclaré le politicien.

L’exil déprime

Au parlement, il a souligné que les circonstances qui l’ont conduit à quitter le pays en 2009, il ne souhaite à personne. « Ce n’est pas la même chose de dire que je vais vivre à l’étranger, que je dois partir », a-t-il avoué.

« J’ai fui le pays, et c’est quelque chose que je dois admettre que je n’ai pas eu le courage de rester et d’affronter la situation. » Il a rappelé qu’il avait dû quitter le pays en uniforme militaire pour fuir le harcèlement de Rafael Isea. « Je ne sais pas si Isea était une affaire personnelle ou s’il était amoureux de moi, mais je ne veux pas le vérifier », dit-il en riant.

Il a déclaré qu’à son retour dans le pays, cela s’est produit lorsqu’il a appris la maladie du commandant Hugo Chávez. « Je dois revoir le président », a-t-il dit. Il a révélé que lorsqu’il se trouvait déjà sur les terres vénézuéliennes, il a reçu un appel du président Chávez qui lui a dit «bienvenue dans la patrie».

Loi sur les zones économiques spéciales

Compte tenu de la situation économique bloquée qui existe actuellement dans le pays et du post-blocus qui découle du gouvernement, il y a de l’espoir dans la loi sur les zones économiques spéciales, qui promet d’être une sorte de table de salut et une pour la situation complexe dans laquelle nous trouvons.

Bolívar estime que la loi «est la fille de la loi anti-blocus, ces zones ont été déclarées mais il n’y avait pas de loi. Il s’agit de donner plus de soutien juridique aux hommes d’affaires », a déclaré le parlementaire.

Il a expliqué que «le décret de l’ANC sur la loi anti-blocus n’avait pas de personnalité juridique, ce qui augmentait la bureaucratie», et a fait valoir que la loi sur les zones économiques spéciales constituera «un organe d’administration publique, mais sous sa propre administration».

Il a estimé que « la loi de décentralisation d’aujourd’hui ignore le pouvoir populaire, c’est là qu’interviennent la coresponsabilité et les zones économiques spéciales », comme un moyen d’harmoniser les pouvoirs constitués avec le pouvoir constituant pour surmonter le problème de la crise économique.

Il a expliqué qu ‘«aucun gouverneur ne doit sentir qu’il lui enlève des pouvoirs, ni aucun ministre. Cette loi va au-delà du budget qui correspond aux régions, elle vient partager les responsabilités ».

Prévisions pour les élections

Face aux élections régionales du 21 novembre, le leader laisse entendre que son parti aura plusieurs candidats à la mairie, mais dans les gouvernorats ils iront de pair avec le PSUV.

Cependant, il n’est pas très optimiste quant à la participation de l’opposition radicale qui a ses intérêts placés dans l’arrivée violente au pouvoir. « Guaidó a un bras oscillant en main et nous devons nous préparer à la participation de l’opposition aux élections, mais aussi au terrain de la confrontation », a-t-il déclaré.

Il a souligné qu’en dépit de cela, de nombreux secteurs de l’opposition ont un intérêt légitime à participer aux élections. « Je ne peux pas vous dire que toute l’opposition participera, mais je sais qu’il y aura plus de participation. »

Concernant les négociations avec la droite représentée par Guaidó, il a déclaré qu’il y avait un long chemin à parcourir car dans ce secteur, les erreurs commises ne sont pas reconnues. « C’est bien d’avoir de la tolérance, mais je pense que Guaidó doit reconnaître qu’il doit indemniser les dommages causés », a-t-il déclaré.

Vous pourriez également aimer...