Le Brésil

Après la décision du STF, la grève des postes se poursuivra dans tout le pays

São Paulo – La Cour suprême fédérale (STF) a confirmé une décision favorable à la Société brésilienne des postes et télégraphes (ECT), suspendant la décision du Tribunal supérieur du travail (TST), qui avait maintenu les droits de catégorie. Sur ce, la grève des postes, qui a duré quatre jours ce vendredi 21, se poursuivra. Dans la nuit, la Fentect (fédération nationale des travailleurs) a publié une note critiquant le STF et signalant des interférences entre les pouvoirslire à la fin du texte).

«C'est très révoltant. C'est comme si nous n'étions pas pertinents », a déclaré le secrétaire général de Fentect, José Rivaldo da Silva, à propos de la position du STF. Il a considéré comme un précédent inquiétant le fait que la condamnation d'un collège TST ait été annulée dans un premier temps par une décision monocratique du président du Suprême, Dias Toffoli, jusqu'à la confirmation de la plénière aujourd'hui (22). Pour Rivaldo, cela peut avoir des répercussions «sur toute la classe ouvrière».

La décision de Toffoli est à l'origine de la grève des postes, qui a débuté mardi (18). En novembre, il a accordé une injonction à la poste, qui a contesté la décision du TST le mois précédent. Le Tribunal du travail a maintenu les clauses sociales, à l'exception du plan de santé, et a fixé la durée de la convention collective à deux ans. Toffoli a réduit la période à un an. Ainsi, l'accord expirant le 31 juillet (la veille de la date de base), ECT – qui ne proposait pas d'ajustement – a pu modifier la plupart des clauses, sans négociation. Selon l'entreprise, il n'y a pas eu de suppression, mais une «adaptation» à la loi.

Cour des droits

Dans le procès virtuel, qui a débuté vendredi (14), le premier vote était de Toffoli lui-même, qui a confirmé sa position. Les manifestations des ministres Edson Fachin, Cármen Lúcia, Alexandre de Moraes, Rosa Weber, Marco Aurélio Mello, Ricardo Lewandowski et Gilmar Mendes ont suivi jusqu'à 19h15 aujourd'hui. Le tout avec la remarque laconique «J'accompagne le Rapporteur», sans aucune explication.

«On dirait que les ministres ne l'ont même pas lu. La poste coupe les droits. Plus de 100 travailleurs sont déjà morts (pendant la pandémie) », a déploré Rivaldo. "Nous allons intensifier, renforcer la grève", a-t-il ajouté. La tendance est que la grève provoque une nouvelle négociation collective au TST. Comme en 2019.

Consultez la note Fentect:

La FENTECT regrette publiquement le résultat de l'arrêt du Tribunal fédéral suprême (STF) pour le rétablissement de la peine normative qui garantit les 70 clauses supprimées de la convention collective du travail, qui resterait en vigueur jusqu'en 2021. La décision est une atteinte aux droits des travailleurs et viole la Constitution fédérale et l'autonomie entre les tribunaux. L'ordre du jour ne relève pas de la compétence du STF et s'ingère dans une décision d'une Cour supérieure qui régit les relations de travail. En fait, la manifestation même du procureur général, Augusto Aras, était pour le dépôt parce que l'ordre du jour n'était pas de la compétence du STF.

Malheureusement, la Cour suprême, inculquée dans une vision économique, joue un jeu combiné avec la Poste pour attaquer les travailleurs et porter atteinte à la lutte historique qui a été durement combattue ces dernières années pour garantir la dignité des ecetistas. La décision, selon l'évaluation de la Fédération, crée un dangereux précédent pour d'autres catégories d'employés des entreprises publiques. Un mouvement orchestré qui a eu lieu ces derniers mois contre les fonctionnaires et les entreprises publiques pour ouvrir la voie à la mise au rebut et à la privatisation du patrimoine national.

Compte tenu de la décision, la catégorie n'a d'autre choix que d'étendre la résistance et les conseils à tous les syndicats affiliés pour diriger indéfiniment le durcissement de la grève à travers le pays. La catégorie repartira désormais d'une nouvelle date de base dans l'une des plus grandes mobilisations de l'histoire de la catégorie contre le retrait des droits, pour la vie et le maintien des emplois. FENTECT initie un grand soulèvement populaire, qui ajoutera à la mobilisation d'autres catégories en lutte, à partir de lundi, paralysant complètement un service essentiel à la population. Notre combat est pour la défense d'un bureau de poste public et de qualité, et la protection de la santé des travailleurs et de la population.

Vous pourriez également aimer...