Au Brésil, le droit à l’avortement « est relativisé dans la pratique » – #Jornal da USP

Ce genre de pression n’est pas mis sur les hommes. Il peut, et c’est courant, ne pas exercer la paternité de quelque manière que ce soit, et la société ne le facturera pas

Par Rose Talamone

Luanna Tomaz de Souza dit : « Nous vivons dans une société qui traite la maternité de manière obligatoire, comme si une femme était obligée d’être mère ». Avortement – ​​Photo: Freepik / Photomontage Jornal da USP

Cette semaine Rádio USP commence la série les femmes et la justicequi entend évoquer les problèmes, inégalités et discriminations multiples qui ont historiquement marqué l’accès à la justice des femmes dans le pays et est né du projet Réécrire les décisions judiciaires à partir de perspectives féministes, coordonné par le professeur Fabiana Severi, de la faculté de droit Ribeirão Preto (FDRP) de l’USP.

Fabiana Severi – Photo : Flickr

Dans le premier épisode de la série, le sujet est l’avortement légal. Fabiana précise que l’avortement légal, terme utilisé par la médecine, est la procédure d’interruption de grossesse autorisée par la législation brésilienne et qui doit être offerte gratuitement par le Système de santé unifié (SUS). « Le Code pénal n’exige aucune procédure judiciaire ou rapport de police pour mener à bien la procédure, et il suffit de s’adresser au système de santé et au service légal d’avortement. »

L’invitée à commenter le thème de cet épisode est la professeure Luanna Tomaz de Souza, de la Faculté de droit de l’Université fédérale de Pará, qui mentionne dans quels cas l’avortement légal peut avoir lieu. « En cas de grossesse mettant en danger la vie de la femme enceinte ; de grossesse résultant de violences sexuelles et d’anencéphalie fœtale. Mais même avec ces dispositions légales, le droit à l’avortement légal semble être relativisé dans la pratique.

Luanna Tomaz de Souza – Photo : UFPA

Pour Luanna, malheureusement beaucoup de femmes ont du mal à accéder à ce droit car dans le système de santé de nombreux professionnels n’apprécient pas de garantir ce droit, par peur de représailles ou pour des raisons religieuses. Les hôpitaux exigent également des documents judiciaires et lorsqu’ils demandent justice, d’autres dynamiques d’abus se produisent, ce qui peut configurer la violence institutionnelle. « Nous vivons dans une société qui traite la maternité de manière obligatoire, comme si la femme était obligée d’être mère, de poursuivre la grossesse et d’avoir le désir d’être mère et d’exercer la maternité. Si une femme décide de ne pas avoir d’enfants, elle est remise en question socialement, tout comme une femme qui décide d’interrompre une grossesse. Ce genre de pression n’est pas mis sur les hommes. Il peut, et c’est courant, divorcer et ne pas rendre visite à ses enfants, n’exercer aucune paternité, et la société ne l’inculpera pas, car elle comprend que la responsabilité incombe avant tout à la femme.

initiative mondiale

La série fait partie du projet Réécrire les décisions judiciaires dans des perspectives féministesun réseau collaboratif d’universitaires et de juristes brésiliens de toutes les régions du Brésil, dont la coordinatrice est la professeure Fabiana Severi, de la Faculté de droit de Ribeirão Preto (FDRP) de l’USP.

+ Plus

Publié: 12/10/2021

Le projet rassemble des universitaires et des juristes de différents pays du monde qui travaillent dans un réseau collaboratif et réécrivent les décisions judiciaires dans une perspective féministe. Au Brésil, ils participent à l’initiative mondiale Projets d’essai féministes, USP et 60 autres institutions brésiliennes. L’idée, dit le professeur de l’USP, n’est pas de rompre avec les décisions initiales, ni d’évaluer les jugements et de remettre en question les conditions qui ont généré la décision initiale, mais de réfléchir à la possibilité de résultats et d’arguments différents, dans les limites légales, et si les résolutions des affaires peuvent différer selon les interprétations des juges. « L’idée est de considérer les décisions historiques, en vérifiant si quelque chose dans cette décision pourrait être différent lorsque nous appliquons une optique de genre ou des approches méthodologiques féministes », explique-t-elle.

Pour Mônica de Melo, défenseur public de l’État de São Paulo et professeur de droit constitutionnel à la Faculté de droit de l’Université pontificale catholique de São Paulo (PUC/SP), le projet a le potentiel de démontrer l’importance d’une réflexion critique sur droit du point de vue de l’égalité des sexes.

La série Mulhere e Juistiça est produite et présentée par la professeure Fabiana Severi et la journaliste Rosemeire Talamone Dans la coordination et l’édition générale : Rosemeire Talamone et Cinderela Caldeira Présentation, tous les jeudis au Jornal da Usp en direct 1ère édition, à 7h30, avec re-présentation à 15h, sur Rádio USP São Paulo 93.7Mhz et Rádio USP Ribeirão Preto 107.9Mhz, ou via le site www.jornal.usp.br

★★★★★