Le Brésil

Avril, le plus cruel des mois – Jornal da USP

Avec un nombre record de cas et de décès au Brésil, le mois s’inscrit malheureusement dans l’histoire en plus d’un an de pandémie

Par Marcello Rollemberg

En avril, le Brésil a enregistré la marque de 400 mille morts par covid-19 – Photo: Amazônia Real / Photos publiques

Quatre cent mille. Gardez cette marque, ce numéro. C’est avec ce chiffre pantagruelien que le Brésil clôturera le mois d’avril, un mois de loin le plus meurtrier que le pays ait connu en ce peu plus d’un an où tout le monde s’est retrouvé englouti par le terrible tourbillon du nouveau coronavirus. Le mois d’avril ferme ses portes, amenant avec lui un record de 400 000 décès dus à la maladie, 100 000 en 30 et quelques jours. En avril, le Brésil a également franchi une autre triste étape: celle de plus de 3 000 morts par jour, dans une escalade qui semble ne pas savoir où se trouve. C’est plus de deux tours jumelles du World Trade Center chaque jour – c’est-à-dire sans kamikazes pilotant des avions, mais avec une succession de folie. Le programme Studio I de Globonews a fait le calcul: les 400 000 décès recensés le 29 avril – 24 heures avant la fin du mois – équivalent à quelque chose comme si 215 municipalités brésiliennes moins peuplées avaient été rayées de la carte. C’est beaucoup, bien au-delà de ce que quiconque – avec un minimum d’empathie – peut accepter ou comprendre.

Ça, en avril. Trente jours. Blâme du mois, comme les anciens avaient l’habitude de blâmer le pauvre août, faisant une rime pauvre et fatidique, l’appelant «mois de chagrin» et le blâmant pour les mauvaises choses ou les chagrins que ces jours gouvernés principalement par les étoiles de Leão pourraient-ils a apporté? Non, mais il est impossible de regarder le calendrier en même temps que vous voyez la succession des nouvelles et de ne pas penser à un passage du long poème La terre des déchets – en portugais, La terre dévastée, par le poète et essayiste anglo-américain TS Eliot:

Poète anglo-américain TS Eliot, auteur du poème La terre des déchets (La terre dévastée): « Avril est le mois le plus cruel»- Photo: Wikimedia Commons

Avril est le mois le plus cruel, il germe
Lilas de la terre morte, mélangez
Mémoire et désir, ravive

Racines agoniques avec pluie printanière.

Neuf en dehors du «printemps» mentionné par quelqu’un qui a vécu dans l’hémisphère nord – il suffit de changer pour l’automne – et cet extrait d’un poème écrit il y a près de cent ans et considéré comme l’un des plus importants de la littérature mondiale au siècle dernier peut aller en profondeur chez ceux qui n’en ont pas, ils ont une boîte de chloroquine incrustée dans leur poitrine. La «terre morte», «la mémoire et le désir» qui planent sur les esprits et les âmes, le titre en portugais – répétez, La Terre dévastée. Tout résonne tristement actuel ce mois d’avril, en ce «mois le plus cruel» dans la lutte quotidienne contre le virus du mal. Même les couchers de soleil d’automne tout aussi poétiques d’avril ne parviennent pas à atténuer une marque qui semble viser un demi-million dans les mois à venir. J’espère que vous vous trompez, mais vous ne pouvez pas normaliser un tel nombre – et la pandémie et le gouvernement ont remporté un tout nouvel IPC en avril pour devenir le leur.

Pendant ce temps, il y a ceux qui préfèrent – entre trébuchements linguistiques et scènes embarrassantes, être minimalistes – détourner le regard et dévoiler des mirages géographiques, comme l’union de l’Amazonie et de l’Antarctique dans la même phrase en se référant à la «richesse naturelle du Brésil» . Le mois d’avril peut aussi être truffé d’absurdités.

Livres et fiscalité

Parce qu’au milieu des chiffres tragiques de la pandémie, le Brésil trouve encore de la place pour d’autres absurdités sociales. Comme revenir à une chanson qui a commencé l’année dernière et qui donne une bonne mesure de la façon dont les idées se déchaînent de ce côté de l’Équateur. Début avril, dans le sillage d’une réforme fiscale tant vantée prônée par le ministère de l’Économie, l’IRS a repris la défense d’une proposition née en 2020, en août – chagrin? -, qui a donné des mesures pour la taxation des livres, les taxant à 12%. La justification? Les Brésiliens les plus pauvres ne lisent pas les manuels non manuels.

« Selon les données de l’enquête sur le budget des ménages de 2019 (POF), les familles avec un revenu allant jusqu’à deux salaires minimums ne consomment pas de livres non manuels et la plupart de ces livres sont consommés par des familles avec un revenu supérieur à dix salaires minimum », a-t-il déclaré. . RF, dans un article de journal Brésiliense Mail. Une série d’arguments peuvent être contestés contre cette proposition, à commencer par des questions juridiques et constitutionnelles, puisque la Constitution interdit à l’Union, aux États, au District fédéral et aux municipalités de facturer des taxes sur les livres, les journaux, les périodiques et le papier destiné à votre impression. . « L’immunité aux livres est un droit constitutionnel », a déclaré le professeur Marisa Midori, professeur à la School of Communications and Arts (ECA) de l’USP et chroniqueur à Rádio USP. «C’est immoral, c’est un scandale et en même temps c’est une balle dans le pied, parce que c’est contre-productif, car cela nuit à une industrie qui, dans diverses régions du monde, bénéficie d’un soutien fiscal. Dans l’économie, même pour les néolibéraux, il y a des secteurs qui ne peuvent pas vivre sans ce type d’aide », a-t-elle déclaré. Journal de l’USP l’année dernière et récemment renforcée lors d’entretiens lorsque le sujet a été abordé.

En avril, le Federal Revenue Service a repris la défense d’une proposition née en 2020, la taxation des livres – Photo: Pixabay

Mais, outre le facteur juridique, il y a d’autres facteurs qu’une certaine myopie fiscale n’a pas vu – ou a préféré passer à côté: en plus du fait que le livre est fondamental pour tout pays qui valorise l’éducation et la culture de ses citoyens. , une taxation la rendrait plus chère, ce qui la rendrait encore plus difficile pour ceux qui veulent lire. Ou est-ce que personne ne s’est arrêté pour penser que les classes les moins favorisées ne lisent pas parce que le livre est cher, et non parce qu’elles n’aiment pas voir les mots alignés sur une grande quantité de papier relié? Un livre n’est pas un objet de luxe pour l’élite, mais un élément de première nécessité pour la formation de la citoyenneté.

La triste ironie est que cette discussion sur la fiscalité du livre est revenue en avril, juste au cours du mois où la Journée mondiale du livre est célébrée. Depuis 1995, date à laquelle il a été institué par l’UNESCO, le 23 avril est la date qui commémore l’existence du livre, même avec tous les feux de joie réels ou métaphoriques qui ont insisté – et insistent encore – pour le faire brûler. Et pourquoi le 23 avril?

Parce que c’est ce même jour, en 1616, que moururent Miguel de Cervantes, William Shakespeare et l’Inca Garcilaso de la Vega, moins connu (mais non moins important), considéré comme le «prince des chroniqueurs du Nouveau Monde». Peut-être que les défenseurs de la fiscalité n’y ont pas prêté attention, mais cela a même du sens, puisque le Brésil avait un ancien fonctionnaire du gouvernement qui a réussi à confondre la Kafka tchèque avec une délicatesse arabe. C’est ça la métamorphose. Et la date, étouffée par les nombres de covid-19 et les records macabres d’avril, a été pratiquement éclipsée.

Mais en fin de compte, avril n’est peut-être vraiment pas à blâmer pour quoi que ce soit – 30 jours de mauvaises nouvelles murées qui ne correspondent pas au calendrier grégorien à expliquer. Et, pour ne pas dire qu’un journaliste ne parle que de mauvaises choses – tuer le messager est toujours plus simple -, avril a marqué 30 millions de Brésiliens vaccinés. Est-ce encore trop peu? Certes, mais c’est un chemin au milieu de tant de barbelés viraux. Et un rappel: mai est le «mois des mariées» dans la culture populaire. Ce n’est rien, ce n’est rien – peut-être que ce n’est rien du tout.

Vous pourriez également aimer...