Bolsonaro condamné au Brésil pour crimes contre l’humanité

Le Tribunal permanent des peuples a condamné aujourd’hui le dirigeant d’extrême droite Jair Bolsonaro pour crimes contre l’humanité perpétrés lors de la pandémie de Covid-19 au Brésil.

Bolsonaro a commis deux actes illégaux. Tout d’abord, une violation grave des droits de l’homme, en incitant publiquement à une telle infraction contre de larges secteurs de la population brésilienne qui sont victimes de discrimination, indique une partie du verdict du tribunal entendu à la faculté de droit de l’Université de Sao Paulo (USP ).

Il pointe un crime contre l’humanité comme second fait, en optant « pour une politique sanitaire contraire à l’isolement, à la prévention de la contagion et à la vaccination, qui a malicieusement entraîné la mort de dizaines de milliers de personnes ».

Pour le tribunal, le dirigeant est coupable de la mort d’au moins 100 000 Brésiliens à la suite de l’agent pathogène. Dans le document, les juges ont indiqué qu' »il ne fait aucun doute » que des milliers de vies ont été écourtées par les décisions du gouvernement fédéral.

Il a été montré que, dans la pandémie, le président défendait l’usage de médicaments inefficaces contre le Covid-19, comme l’hydroxychloroquine. En outre, il a critiqué l’isolement social et les mesures adoptées par les gouverneurs et les maires pour empêcher la propagation du virus.

La professeure et avocate Eloisa Machado a affirmé que le sentiment suscité par la décision du tribunal est un sentiment de soulagement. « Mais aussi d’une grande volonté de continuer à mener à bien ces processus, non seulement désormais reconnus par l’opinion, mais aussi par tous les officiels de la justice brésilienne et internationale, qui ont agi avec prudence », a-t-il évalué.

Le journaliste Jamil Chade, chroniqueur pour le portail UOL, a reconnu que l’instance internationale, créée dans les années 1970, n’a pas le poids de la Cour pénale internationale, à La Haye, en Hollande, ni la capacité d’agir contre un État ou un chef du Gouvernement.

Mais, a-t-il précisé, « la condamnation est considérée par des groupes de la société civile, d’anciens ministres et juristes comme importante pour faire pression sur le palais du Planalto (siège de l’exécutif) et exposer Bolsonaro au monde ».

Avec la question de la pandémie et de l’autoritarisme, le tribunal a examiné les violations et les crimes contre l’humanité commis par Bolsonaro et son gouvernement, avec de graves conséquences pour les populations noires, les peuples autochtones et les agents de santé.

Le procès s’est déroulé les 24 et 25 mai simultanément à Rome (Italie), où se trouve le siège de l’entité, et à la faculté de droit de l’USP.

La plainte a été déposée par la Commission de défense des droits humains Dom Paulo Evaristo Arns, l’Internationale des services publics, l’Articulation des peuples indigènes du Brésil et la Coalition noire pour les droits.

★★★★★