La Colombie

c’est ainsi que la journée s’est passée en Colombie

Les concentrations et mobilisations dans le cadre de la grève nationale appelée pour ce 28 avril ont eu lieu, en plus de Cali, dans des villes comme Bogotá, Medellín, Barranquilla et Carthagène. De même, dans d’autres municipalités de Valle et Cauca, il y a eu des manifestations.

Depuis les premières heures de ce mercredi, les citoyens ont avancé un sit-in à Yumbo, tandis que des groupes de personnes bloquaient des routes comme celle qui mène à Dapa, le couloir entre Cali et Mediacanoa au kilomètre 12, la route Panorama à Vijes et la Cali tout droit -Palmira au péage.

Dans la municipalité de La Victoria, il y a eu une fermeture intermittente de la route qui communique avec La Unión par des manifestants qui ont protesté contre la réforme fiscale. Il y avait aussi un blocage dans le couloir qui mène de Versailles à La Unión. Et à Cauca, des transporteurs ont bloqué l’autoroute entre Piendamó et Silvia.

Des manifestations ont été enregistrées à Pradera, Caicedonia, Guacarí, Algérie, Buga et Palmira, étant dans cette dernière municipalité où ils ont signalé la démolition de deux appareils photo dans le secteur de Versalles.

Lisez aussi: Un tué dans des faits confus lors des excès de la grève nationale à Cali

Bogota

Les manifestations contre la réforme fiscale dans la capitale du pays se sont déroulées avec une certaine normalité le matin, cependant, dans l’après-midi, les émeutes ont commencé.

Vers 14h30, il y a eu des affrontements sur l’Avenida de las Américas avec l’Avenida 68, où la marche avançait. De même, il y a eu des problèmes sur l’Avenida de Las Américas, dans le secteur marseillais. Les stations de Transmilenio et certaines patrouilles de la police nationale ont été attaquées. De plus, dès les premières heures de ce mercredi, il y avait un chaos dans la mobilité en raison de la fermeture de Transmilenio.

La mairesse Claudia López a demandé aux habitants de Bogota de rentrer chez eux à partir de 14h00 car, en raison de problèmes de mobilité, Transmilenio fermera ses opérations à 17h00.

Le président local a expliqué que le matin il y avait eu de multiples effets sur le service et a assuré qu’il est possible que cet après-midi une situation similaire se reproduise. Il a rappelé que tous les établissements doivent être fermés à sept heures du soir et que le couvre-feu commencera comme tous les jours à huit heures.

Les manifestants à Bogotá l’ont réveillé tôt pour faire grève, car depuis 6 heures du matin, la direction de Transmilenio a annoncé que le service fermait depuis le portail Suba et le portail Usme.

Au cours de la journée, des blocages ont été signalés dans les stations Transmilenio qui vont à Soacha, le tronc de la Calle 26 et Julio 20, ne laissant ainsi que 5% des stations en service.

« Le gouvernement ne veut pas écouter les citoyens, il ne veut pas écouter les partis politiques, il ne veut pas écouter l’académie sur cette demande sincère de retirer la réforme qui mettra des millions de Colombiens à souffrir de la faim » a argumenté Francisco Maltés, président de l’Unité centrale des travailleurs (CUT) pendant la journée.

Les centrales ouvrières, les enseignants, les organisations civiles, les peuples autochtones et autres secteurs non conformes rejettent le projet en cours au Congrès, estimant qu’il punit la classe moyenne et est inapproprié au milieu de la crise déclenchée par la pandémie.

À Bogotá, des milliers de manifestants protégés par des masques avancent de différents points vers le centre de la ville. Au rythme des tambours et sous des slogans comme « arrêtez pour avancer, vive la grève nationale », les marches passent avec quelques barrages routiers.

Medellin

À Medellín, les manifestations contre la réforme fiscale étaient calmes le matin, mais après 13 heures, des actes de violence ont commencé à être signalés.

Dans le Parque de Las Luces, comme le rapporte El Colombiano, il y a eu une confrontation entre un groupe de civils et des agents d’Esmad. La traversée se serait produite lorsque certaines personnes ont tenté de vandaliser les caméras de photodétection à proximité du parc. Dans ce secteur, des détonations ont été entendues.

Le métro de Medellín a suspendu les opérations des stations Parque Berrío, San Antonio et Alpujarra. Sur la ligne B, il fonctionne de Suramericana à San Javier.

Barranquilla

Sans revers et dans un calme absolu, les marches que les ouvriers et les étudiants ont organisées ce mercredi à Barranquilla et dans certaines communes du département de l’Atlántico se sont déroulées contre la réforme fiscale du président Iván Duque.

L’une des marches était dirigée par les employés de l’Asonal Judicial del Atlántico, qui se sont réunis pour la première fois au siège de l’unité de réaction immédiate du bureau du procureur de Barranquilla et de là, ils sont partis pour le bureau du procureur, situé dans le bâtiment Manzur del Paseo. Bolivar. Ces gens ont marché dans des véhicules.

Une deuxième marche a été organisée par des étudiants d’établissements publics et de quelques établissements privés. Ils se sont rencontrés à Calle Murillo avec Carrera 8. De là, ils ont commencé à marcher et à vélo le long de la Calle Murillo, jusqu’à Carrera 46, puis ils sont arrivés à la Plaza de la Paz.

Sur la Plaza de la Paz se sont réunis les représentants des syndicats des centrales ouvrières et les enseignants du district et du département.

Les porte-parole des syndicats ont accepté de manifester au sujet de la réforme de la triburie qui «fait du tort au peuple colombien, à la classe ouvrière, à la classe moyenne et aux classes inférieures de notre société. Le simple fait de créer une taxe sur les services publics est une attaque économique contre les strates 1, 2, 3 et toutes les autres strates ».

Jennifer Villarreal, secrétaire du gouvernement de Barranquilla, a déclaré que les marches se sont déroulées dans un calme absolu. «La marche des étudiants, qui a quitté la rue Murillo, a été complètement calme. Plus de 200 étudiants y ont participé. Le personnel de l’Asonal Judicial del Atlántico a également visité les lieux qu’ils avaient prévus et tout allait bien. « 

Carthagène

Vers 13 h 30, les marches se terminèrent à Carthagène, qui atteignit les environs de l’hôtel Caribe, à Bocagrande, où la journée se terminait.

La manifestation s’est terminée sur un bilan positif car il n’y a pas eu d’actes de vandalisme ou d’affrontements avec la force publique. Seuls des groupes de motards sont entrés dans le centre historique, sans aucun événement à regretter.

Le maire de Carthagène, William Dau, s’est joint à la manifestation et était contre la réforme fiscale, qui a conduit à la grève nationale ce mercredi 28 avril.

Vous pourriez également aimer...