Le Brésil

«  C’est une gifle au Brésilien  »

São Paulo – Petrobras a autorisé lundi (1er) une nouvelle augmentation de 5% des prix de l’essence et du diesel qui quittent les raffineries. L’essence a accumulé une augmentation de 41,5% seulement en 2021. Dans le diesel, l’augmentation atteint 34,1% cette année. Il s’agit de la première augmentation depuis que le président Bolsonaro a annoncé le changement de commandement de l’entreprise publique. Cependant, l’actuel président Roberto Castello Branco reste à la tête de l’entreprise jusqu’au 20. Désormais, le poste sera occupé par le général Joaquim Silva e Luna.

Le changement survient au moment où les insatisfactions s’accumulent en raison de la hausse des prix des carburants. En revanche, le marché financier insiste pour qu’il n’y ait pas de changement dans la politique des prix liée au marché international.

Selon le directeur du Frente Única dos Petroleiros (FUP-CUT) Cibele Vieira, il reste à voir si le changement de commandement à Petrobras représentera en fait un changement. Ou ce sera juste «pour que l’anglais voie». Le problème, selon elle, est que la société d’État connaît une «schizophrénie» entre la satisfaction des désirs de la population pour des carburants plus abordables et la soif de profits à court terme du marché financier.

«C’est une gifle au visage de la population brésilienne. Petrobras a enregistré des bénéfices records au dernier trimestre de l’année dernière. Comment une entreprise publique, au milieu de la pandémie, réalise-t-elle des bénéfices records? Et ils affirment toujours que si les prix baissent, ils auront des difficultés de trésorerie », a protesté Cibele, dans une interview au programme Magazine Brésil TVT.

Démonter

Au milieu des tensions entre les intérêts des consommateurs et des actionnaires, la société a également l’intention de privatiser sept raffineries dans les mois à venir. En février, Petrobras a annoncé la vente de la raffinerie de Landulpho Alves (Rlam), à Bahia, acquis par Mubadala Capital, un fonds d’investissement d’Abhu Dhabi, pour 1,65 milliard de dollars américains.

Pour Cibele, c’est un autre signe que Petrobras va dans le sens inverse de la tendance du marché du pétrole et du gaz. De plus en plus, les entreprises recherchent une gestion intégrée, combinant exploration, raffinage et distribution. Pendant ce temps, l’entreprise publique brésilienne, qui est un exemple de cette intégration, a découpé ses actifs.

En outre, le risque est que les entreprises privées qui acquièrent le parc de raffinage, en fonction des fluctuations du dollar, décident d’exporter la production, épuisant ainsi le marché intérieur. Elle l’a comparé à la hausse du prix du riz, précisément en raison de la décision de privilégier le marché étranger.

La solution, selon elle, était de profiter du bas de Petrobras en bourse et de refermer le capital de la société, la rendant, une fois de plus, 100% publique. Sinon, le gouvernement devrait au moins retirer l’entreprise de la Bourse de New York, souligne-t-il.

Regardez l’interview

Rédaction: Tiago Pereira

Vous pourriez également aimer...