Demain la Colombie vote au milieu des opacités

Demain, la Colombie choisit entre sept formules de président et de vice-président lors d’élections marquées par les violences les plus graves de la décennie ; tel que dénoncé par des secteurs larges et variés, des médias aux mouvements sociaux et aux défenseurs des droits de l’homme. Mais dans la dernière ligne droite, la transparence toujours remise en question du système électoral dans ce pays a pris un nouveau visage et ce sont les mêmes personnes qui ont traditionnellement bénéficié de l’opacité qui semblent se préparer à chanter la fraude si ce qui semble être une victoire imminente pour la gauche se produit. .

Le Pacte historique (PH), une conflagration de forces progressistes et de gauche qui soutiennent la candidature de Gustavo Petro et de Francia Márquez, est le favori des sondages pour atteindre la Maison Nariño. Les plus optimistes prédisent que cela sera réalisé au premier tour : la base du slogan « changer en premier » avec lequel la campagne PH est promue.

Puis, avec un peu plus de la moitié des intentions de vote pour le PH, deux candidats se disputaient la saga : l’ex-maire d’extrême droite de Medellín, Federico ‘Fico’ Gutiérrez, d’Equipo por Colombia (EPC), et l’homme d’affaires millionnaire et ancien maire de Bucaramanga Rodolfo Hernández, de la Ligue des gouverneurs anticorruption (LGA).

L’EPC était le deuxième favori depuis le début dans les mesures et l’extrême droite qui gouverne depuis le 7 août 2002, date à laquelle son représentant maximal, Álvaro Uribe Vélez, est arrivé au pouvoir et s’est poursuivi pendant cinq périodes présidentielles ininterrompues jusqu’à nos jours avec le sortant Iván Duque , qui ne s’est pas présenté à la réélection en raison d’une popularité plus faible.

LGA de Hernandez ; Appelé par certains le créole Donald Trump, il se présente comme une droite alternative à celle d’Uribe dont la campagne atypique, soutenue par les réseaux virtuels ; avec des vidéos si populaires qu’elles atteignent jusqu’à trois millions de vues, correspondaient à celles de Fico, ceci selon la dernière enquête du Centre stratégique latino-américain de géopolitique qui donne Hernández 20,4% et Fico 20,1%, ou dans celle du National Consulting Centre (CNC), de Colombie, qui place l’ancien maire de Medellin avec 20,8% et l’ancien maire de Bucaramanga avec 19,1% dans les intentions de vote.

Coq couvert ? Une analyse électorale qui mérite d’être observée est la montée en puissance de Rodolfo Hernández, qui semblait être l’un des huit candidats de plus au départ, qui sont maintenant sept car Ingrid Betancourt a décliné ses aspirations avec Verde Oxígeno pour soutenir le septuagénaire dans sa campagne basée, entre autres slogans, à propos de l’expression « vieux mais savoureux ».

« Le roi du tiktok », comme il se fait appeler, présente des solutions simples, utilise l’argument de sa capacité managériale en s’appuyant sur sa fortune, qu’il a lui-même estimée à 100 millions de dollars, et promet de lutter contre la corruption sans faire référence à ses scandales de détournements de fonds lorsqu’il commandait Bucaramanga.

Caricaturant ses adversaires sur son tiktok aux 418 000 followers et 3,5 millions de « likes », il dit du mal d’Uribe et quand Figo dit qu’il n’exclut pas une alliance, il demande « et si je gagne ? »

Les analystes soulignent la possibilité que Hernández ait toujours été un « étranger » à Uribismo étant donné la faible popularité de Duque qui l’a empêché de concourir.

Opacité pratique. Les élections en Colombie sont réputées pour leur manque de transparence depuis des décennies. Vingt ans après son premier gouvernement, Uribe fait toujours face à des accusations d’achat de voix. Il y a un mois, le 28 avril, après une audience télévisée de plus de 12 heures, la juge Carmen Helena Ortiz a refusé au bureau du procureur général de porter plainte contre Uribe, après qu’en mars 2021 le procureur a allégué l’absence de crime, mais le juge 28 de Knowledge de Bogotá a déclaré qu' »il est clair… qu’il existe une hypothèse possible sur la matérialité du délit de corruption par rapport à l’action pénale » et a rejeté « la demande d’exclusion d’enquête pour les délits de corruption dans l’action pénale et de fraude procédurale ”.

Le PH souligne que ce fléau est encore une pratique courante et appelle à « l’offensive contre les mafias électorales et les acheteurs de votes dans toute la région des Caraïbes ». Les avocats qui soutiennent Petro ont créé un canal pour recevoir les plaintes de corruption et ont affiché des panneaux d’affichage, en particulier dans les quartiers les plus pauvres des Caraïbes colombiennes, avec le texte : « Achètent-ils votre vote ? : plainte », avec des numéros de téléphone et des réseaux pour démontrer le crime, il y a même des chansons qui proposent à la population de recevoir l’argent, mais votez pour Petro quand même.

Mais peut-être que la vérification la plus pertinente du danger de fraude a eu lieu après le décompte des voix des élections législatives du 13 mars, lorsque le PH a dénoncé des irrégularités massives dans la transmission des données ; ce qui a forcé un examen exhaustif qui a fini par reconnaître 390 152 voix de plus en faveur du PH et trois sièges ont été ajoutés au Sénat que ceux obtenus à l’origine et ont placé le registraire national, Alexander Vega, dans l’œil de l’ouragan.

Vega a été interrogé des deux côtés du concours. Ils ont demandé sa démission et un audit international du logiciel de transmission de données pour ce dimanche en quête de transparence. Cependant, Vega continue à la tête du Registre national de l’état civil.

Absent deux semaines pour les élections du PH ; principale victime des irrégularités de mars, a averti que l’inaction du bureau du procureur général colombien avant les élections législatives pourrait changer à la dernière minute et que le gouvernement Duque pourrait renvoyer Vega au mauvais moment, ce qui reporterait les élections et provoquerait une crise pour lequel Petro il a demandé le calme. Il a souligné que la droite pourrait déclencher de violentes manifestations sous fausse bannière et que Duque justifierait ainsi la suspension des élections, mais cela ne s’est pas produit.

La théorie de Petro ne s’est pas concrétisée, soit parce que le plan a été révélé à temps, soit parce qu’il a été mal informé. Cependant, moins d’une semaine avant les élections, le bureau du registraire a fait des annonces qui éclipsent davantage les élections en ne faisant pas appel à l’audit international très demandé.

Le CNE a dénoncé l’existence d’un poste pour le ministère des Finances de 3 000 millions de pesos (environ 754 millions de dollars). A cela s’ajoute la plainte selon laquelle Migration Colombia aurait empêché des observateurs internationaux invités par le CNE de monter à bord de l’avion qui les emmènerait dans le pays.

Lors d’un débat, même Fico lui-même a souligné les irrégularités, maintenant les analystes avertissent que cette opacité commode pourrait être utilisée par l’EPC pour réclamer une fraude lorsque les bulletins de vote proclament Petro vainqueur, soit au second tour, bien qu’il y ait ceux qui le disent encore serait au premier tour.

Le Pacte historique s’impose comme un favori. Commandement de la campagne Petro

Le pays que quitte Duke

Contre Iván Duque ils ont protesté, sans mesurer le danger du covid-19, des millions dans une société appauvrie par des décennies de négligence à laquelle le président a imposé la TVA sur les produits de base.

Après cela, il y a eu 80 morts et disparitions, des dizaines de mutilés, des violations sexuelles et de toutes sortes par la police, et la presse nationale et internationale n’a pas prêté beaucoup d’attention.

Mais la destruction du pacte de paix et l’héritage de 44 massacres et de 79 dirigeants sociaux assassinés en cinq mois de cette année, auxquels s’ajoutent les faux positifs comme ceux de Putumayo le 28 mars aux mains de l’armée et les plus de 78 900 détenus dans leur localités ou déplacés de celles-ci par la violence en 2022 calculé par l’ONU ; A quoi il faut ajouter 207 qui ont fui le Chocó la semaine dernière ; décourageant ainsi le vote des paysans et des Afro-descendants, il laisse un sombre panorama d’ingouvernabilité pour celui qui l’emporte ce dimanche.

★★★★★