L’ONU demande aux autorités du pays d’enquêter sur la mort de Genivaldo

São Paulo – Ce vendredi (27), l’Organisation des Nations Unies (ONU) a demandé aux autorités brésiliennes « une enquête rapide et complète » sur la mort de Genivaldo de Jesus dos Santos. Genivaldo, 38 ans, était handicapé et est décédé après avoir été approché par la police fédérale des autoroutes à Umbaúba, dans le sud de Sergipe, mercredi dernier (25). Des images de la victime placée dans le coffre d’une voiture de police ont choqué le pays. Les policiers ont quand même lancé des jets de gaz, et Genivaldo est mort asphyxié.

Pour Jan Jarab, responsable des droits de l’homme de l’ONU en Amérique du Sud, il est essentiel que les enquêtes initiées par la police fédérale et le ministère public soient conformes aux normes internationales et que les agents responsables soient traduits en justice, garantissant réparation à la famille de la victime.

« La mort de Genivaldo, choquante en soi, remet une fois de plus en question le respect des droits de l’homme dans le travail de la police au Brésil », a-t-il déclaré. En outre, Jarab a cité des cas récents tels que Vila Cruzeiro, à Rio, dans lequel une opération policière disproportionnée a tué au moins 26 personnes. Et aussi les précédents massacres de Salgueiro et Jacarezinho, dans le même état.

En 2020, près de 80 % des victimes d’opérations policières dans le pays étaient d’ascendance africaine. « La létalité policière contre les populations noires au Brésil est extrême, mais si courante qu’elle semble naturalisée », a commenté Jan Jarab. Le représentant de l’ONU rappelle que l’affaire Genivaldo se déroule deux ans après la mort de George Floyd aux États-Unis. L’affaire a déclenché une vague de protestations et d’attention au racisme systémique et policier dans le monde entier.

Impunité

« La violence policière disproportionnée ne s’arrêtera pas tant que les autorités n’auront pas pris des mesures définitives pour la combattre, telles que la poursuite et la sanction effective de toute violation des droits de l’homme commise par des agents de l’État, afin d’éviter l’impunité », a déclaré le chef de l’Amérique du Sud. « Il est également urgent de promouvoir des changements structurels dans les politiques et procédures de la police fondées sur les droits de l’homme, ainsi que d’examiner si les lois, politiques et procédures fournissent des directives claires et restreignent l’usage de la force par les forces de l’ordre, conformément aux normes internationales,  » il ajouta.

Lire la suite : Le mouvement noir manifeste à São Paulo pour les victimes du massacre de Rio et pour Genivaldo

Enfin, Jarab a défendu la nécessité d’une formation accrue aux droits de l’homme pour la police au Brésil, notamment dans la lutte contre les stéréotypes négatifs contre les personnes d’ascendance africaine, ainsi que dans l’approche humaine des personnes souffrant de problèmes de santé mentale.

★★★★★