Le Brésil

Des réseaux d’entités demandent la destitution de Paulo Guedes – RBA

São Paulo – La Valem Mais Rights Coalition et la Dhesca Brasil Human Rights Platform ont rejoint la Cour suprême (STF) avec une demande de destitution du ministre de l’Économie Paulo Guedes. Treize entités ont signé la pièce, remise ce jeudi (7), accusant le ministre de la criminalité de responsabilité lors de la gestion par le gouvernement de la pandémie de covid-19.

L’un des principaux points d’action concerne le manque de provision dans le budget 2021 de moyens pour faire face à la crise sanitaire. Jusqu’en août de cette année, environ 65% des décès et 62% des personnes infectées par le coronavirus sont concentrés depuis le début de la pandémie.

« Empêcher le budget public brésilien de servir à la mise en œuvre des droits fondamentaux prévus par la Constitution est un crime de responsabilité. Dans la mesure où cela représente une violation des principes de la loi budgétaire, prévus aux articles 10.1 et 10.2 de la loi 1079/50 », souligne le professeur de droit constitutionnel à la Fundação Getúlio Vargas, Eloísa Machado, qui représente la Coalizão Direitos Valem Mais . « Le ministère de l’Économie a lui-même admis auprès de l’IPC du Covid qu’il n’avait pas alloué de ressources spécifiques pour lutter contre la pandémie dans le PLOA 2021 en raison de l’incertitude sur la crise sanitaire », précise-t-il.

Le procès mentionne l’affaire de découverte offshore au nom du ministre dans la divulgation de Pandora Papers. Mais il souligne qu' »il existe des comportements encore plus graves – avec un impact social dévastateur – qui méritent toute l’attention de ce tribunal ». Ils sont répertoriés dans la pétition « actions et omissions » du ministre Paulo Guedes pour promouvoir la propagation délibérée de la pandémie, en adhérant à la stratégie « d’immunité collective ».

Paulo Guedes et l’immunité collective

« Le ministre Paulo Guedes a délibérément agi pour qu’il n’y ait aucun recours dans la lutte contre la pandémie de covid-19 en 2021. Soit pour poursuivre une prétendue thèse d’immunité collective, soit parce qu’il croyait – sans aucun motif raisonnable – que la pandémie se terminerait soudainement en le pays », détaille Denise Carreira, l’une des porte-parole de la Coalizão Direitos Valem Mais, Plataforma Dhesca et Ação Educativa. « Il a agi délibérément et activement pour empêcher l’État brésilien de pouvoir réagir, par des politiques publiques, aux défis posés par la pandémie. »

Par ailleurs, la pétition rappelle la responsabilité de l’équipe économique en matière de retard, de suspension et de réduction du montant versé pour l’aide d’urgence. Ainsi, de nombreuses personnes ont dû descendre dans la rue pendant la pandémie. « Les retards, les obstacles et la suspension des aides sont cohérents avec une politique conçue pour mettre en œuvre, depuis le ministère, la thèse de l’immunité collective. En d’autres termes, la propagation de la contamination parmi les citoyens brésiliens », indique la demande.

« Entraver l’accès des femmes et des hommes brésiliens à un revenu minimum était une stratégie délibérée pour prévenir et décourager les mesures d’isolement social, violant manifestement les droits fondamentaux et sociaux prévus par la Constitution – qui est caractérisé comme un crime de responsabilité par l’article 85 , III de la Constitution fédérale et article 7.9 de la loi 1079/50 », précise également la pétition.

Avec des informations de la Coalition Rights Worth More

Vous pourriez également aimer...