Le Brésil

Deux élèves du cochon Napoléon – Jornal da USP

sJe savais que j’étais né dans un club qui s’appelait Arabuta, où mes parents étaient employés. Dans un petit chalet, j’ai grandi et fait ma vie. Inertiel, j’ai fini par travailler au club en vivant dans un autre chalet. Merveilleux club. Beaux jardins. Plage de cinéma. Beaucoup de soleil. terre fertile. Il passe des rivières pleines de poissons pleins de vie. Arbres et fleurs de toutes les couleurs. SON! Aucun paradis ne peut être si paradisiaque. Les associés ne peuvent pas se comprendre, être rationnels et élire un conseil d’administration digne, responsable, qualifié et expérimenté.

Ils élisent toujours des planches corrosives, maladroites, grossières, primitives. Des conseils d’administration qui tiennent des discours confortables dans l’élection et une gestion contaminée par les intérêts de leur pathos ou par des conceptions archaïques, sectaires, manipulatrices.

Dans les assemblées pour décider des voies du club beaucoup de discussions, beaucoup de bagarre et peu de résultat. Les employés et partenaires votent toujours dans le passé. Vivez la malédiction du jour de la marmotte du film sortilège de temps. Chaque élection gagne Basto ou Marde.

Basto est autoritaire, primitif, incapable, défend une éthique exogène (d’autres devraient être éthiques, mais sa famille n’en a pas besoin). Pendant ce temps, Marde est articulé, parle magnifiquement, est ami avec des intellectuels et des célébrités qui lui donnent un déguisement pour couvrir ses scélérats. C’est un cynique qui veut le pouvoir à tout prix, fait plaisir aux membres riches du club pour avoir des avantages pour ses coéquipiers et pour lui-même. Il traite bien les employés, simule l’empathie et donne des conseils. C’est aussi vrai qu’un 3. Incompétent pour générer de meilleures conditions de vie et améliorer le club. Basto, en revanche, nous traite mal, veut nous imposer sa vision du monde : petit, fermé, médiéval. A la place des intellectuels et des célébrités, il y a des laquais violents et menaçants pour faire pression sur nous.

Une fois de plus, le merveilleux club d’Arabutã est à un autre moment critique : quel passé choisir ?

Heureusement, les employés et la plupart des partenaires se sont retrouvés seuls. Nous construisons, nous réparons, nous nettoyons, nous faisons les jours. Chaque fois que nous nous faisons écraser par Basto ou Marde. Le lendemain, nous nous réveillons et gardons le club en vie.

Qu’est-ce qui nous a conduit à cette malédiction ? A chaque fois qu’un candidat réalisateur propose des idées cohérentes et un bon plan d’action, on ne le croit pas. On pense toujours que ce sera un Marde ou un autre Basto. Ils sont un, donc tous le seront.

Basto et Marde ont créé un tatouage cognitif dans nos têtes : « chaque candidat y va, alors votons pour celui que nous connaissons ».

Cet éternel retour vers le passé a un coût amer pour les enfants, les employés et la plupart des membres.

Hier, en me promenant dans le club, dans un coin caché, j’ai entendu parler les laquais de Basto et Marde. Les deux groupes ont convenu de contourner les règles et de jouer à un jeu de ping-pong parlant qui laisse les électeurs hypnotisés jusqu’à ce que la balle atterrisse d’un côté.

Les employés et la plupart des partenaires croiront l’un ou l’autre. Et l’avenir leur appartiendra toujours et nous aurons le passé.

Les fils et laquais de Basto et Marde auront des manoirs, ils auront des privilèges, ils auront tout. Et nous, nous travaillerons, nous nous lèverons tôt, nous nettoierons le sol sur lequel ils marchent.

Basto et Marde, ont très bien assimilé les enseignements du cochon Napoléon (extrait du livre La révolution animale). Chacun à sa manière, manipule, ment, déforme les vérités, corrompt, a des groupes fidèles pour jouer de la batterie en massacrant nos oreilles. Ils essaient de nous convaincre qu’ils sont dignes et éthiques.

Vous avez oublié que maintenant que nous avons Internet, nous pouvons nous unir en silence, chercher de nouvelles voies, semer de nouvelles idées. Nous faisons fonctionner le club, nous payons les cotisations pour payer ses privilèges.

Citant toujours le travail de George Orwell, nous ne sommes pas le fidèle cheval Samson, qui travaille de l’aube au crépuscule pour les maintenir au pouvoir. Nous ne sommes pas des moutons passifs. Nous ne sommes pas des animaux.

Le jour des élections, nous changerons en silence le destin du club.

Élèves cochons Napoleão, Basto et Marde, au revoir.

Cet article est également disponible en audio.

Vous pourriez également aimer...