Le Brésil

« Devoir quitter mon pays pour réclamer quel est mon droit ? », se lamente la veuve d’un sans-terre assassiné

São Paulo – Maria Sebastiana Barbosa Pereira avait 35 ans le 2 mai 2000 et avait cinq enfants, trois filles et deux garçons, âgés de 4 à 15 ans, lorsqu’elle a appris d’un voisin d’un campement à Candói (PR) que sa partenaire avait été tué sur une autoroute à des centaines de kilomètres, à Campo Largo. Ce lundi (27), premier jour du procès, elle a comparu devant la Cour interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) pour raconter son histoire et demander justice pour Antonio Tavares Pereira, abattu par un policier. 185 autres ont été blessés.

« Écoutez, les gars, c’est très difficile. Cela fait 22 ans que j’attends, que je me bats et que je dois quitter mon pays pour revendiquer quelque chose qui est mon droit ? », a déclaré Maria Sebastiana aux juges de la Cour, à San José, Costa Rica, siège de la Cour. « Seul Dieu sait ce qui est arrivé à la famille. Une mère élevant seule (cinq enfants), étudier, se nourrir et prendre soin de sa santé, tout. Je veux que cela ne se reproduise plus pour nos travailleurs, seuls ceux qui sont passés par là et qui souffrent jusqu’à aujourd’hui savent à quel point c’est difficile. Selon elle, son partenaire était le « grand papa » de la communauté, participant toujours à toutes les activités. « Il était déjà installé, mais il s’est battu pour que tout le monde obtienne une terre. »

dépression et changement

Selon certaines informations, Antonio a reçu une balle dans l’abdomen et est décédé des suites d’une hémorragie. Maria Sebastiana et deux des frères de l’ouvrier ont parcouru des heures pour se rendre à l’hôpital, où ils n’ont pas pu obtenir d’informations, jusqu’à ce qu’ils découvrent qu’il était déjà mort, à la morgue. « Une personne chère à la communauté. Un mari formidable, un père formidable, aidait aux tâches ménagères, s’occupait des enfants. Nous travaillions tout le temps ensemble, allant chercher de l’eau, coupant du bois et aidant aux tâches ménagères avec moi », a-t-il rappelé dans son témoignage à la Cour. Le procès aura lieu demain.

La veuve dit que la mère d’Antonio est décédée six mois plus tard. Certains de ses enfants souffraient de dépression et l’un d’eux n’a pas terminé ses études. Ainsi, ils n’ont pas non plus pu rester dans la colonie – ils ont déménagé de Candói à Querência do Norte. Elle n’a eu connaissance des enquêtes que par l’intermédiaire d’avocats du Mouvement des travailleurs ruraux sans terre (MST).

Il a indiqué qu’il ne bénéficiait d’aucun soutien – financier ou psychologique – de la part de l’État. En 2014, par une décision de justice, il a commencé à toucher l’équivalent de deux SMIC à partager en trois, avec deux de ses enfants, jusqu’à leurs 25 ans.

L’un des représentants de l’État à l’audience d’aujourd’hui devant la Cour interaméricaine, l’ambassadeur du Brésil au Costa Rica, Antonio Francisco da Costa e Silva, n’a posé aucune question à la veuve. Il n’a fait que réitérer « l’engagement ferme » du pays envers le système interaméricain des droits de l’homme.

Intervention policière à Campo Largo, en 2000. Le site abrite désormais un monument réalisé par Oscar Niemeyer (Photos : APP-Sindicato PR et Wellington Lenon/MST-PR)

coups et morsures

Qui a également témoigné aujourd’hui devant la Cour interaméricaine était Loreci Lisboa, qui à l’époque était campée. Veuve pendant une courte période, elle avait 26 ans et avait deux enfants en bas âge. Elle rapporte avoir reçu trois balles en caoutchouc (jambe, bras et fesse). « J’ai pris un mégot sur la tête et je l’ai empilé sur le sol », a-t-il déclaré. Même allongée, elle subit des morsures aux pattes d’un chien poussé par les militaires. Il y avait plus de 50 bus sur place, qui emmenaient des travailleurs ruraux de diverses régions à Curitiba, pour participer à un acte lié au 1er mai, mais ils ont été bloqués sur la route.

« Ils (les policiers) ont arrêté les bus, ont fait descendre tout le monde, ont mis les mains comme ça (retour), appuyé contre le bus… (…) Quand nous sommes arrivés avec le bus, la police avait déjà fait une barrière autour de lui. Ils ont ordonné à tout le monde de descendre du bus, de descendre… Ils leur ont dit de reculer, de reculer… (…) Quand un certain moment est arrivé là, un policier est entré dans la foule avec un pistolet à la main », se souvient Loreci. C’est à ce moment, a-t-il rapporté, que le coup de feu qui a touché Antonio a été tiré. « J’avais un mouchoir, je l’ai mis sur lui », a-t-il dit, expliquant que l’ouvrier saignait beaucoup. Un an plus tard, un monument réalisé par l’architecte Oscar Niemeyer, en l’honneur de Tavares et des victimes du grand domaine, est inauguré sur le site.

Norme du système judiciaire

« Il y a une tendance dans la performance du système judiciaire dans ces affaires : d’une part, le manque d’enquête sur les cas de violence contre les travailleurs ruraux sans terre et, d’autre part, le manque de responsabilité des agents de la sécurité publique pour la violations », dit-il. Camila Gomes, conseillère juridique de l’organisation Terra de Direitos. « La lutte pour le droit à la terre doit être traitée comme un exercice de la liberté d’expression et, par conséquent, protégée. Cependant, il est traité comme une affaire de police. Et les cas de violences policières restent souvent impunis au Brésil.

Ainsi, outre Terra de Direitos et le MST, la Commission pastorale foncière (CPT), Justiça Global et le Réseau national des avocats et avocats populaires (Renap) suivent l’affaire. Les organisations demandent à la Cour interaméricaine d’ordonner à l’État brésilien de préparer un plan national de lutte contre la violence dans les campagnes, entre autres mesures.

Vous pourriez également aimer...