Le Brésil

Education pénitentiaire et garantie des droits de la population carcérale

Parmi les défenseurs de la prison comme outil de résolution des conflits, le discours selon lequel elle est un espace de resocialisation est courant. La dynamique et les principes criminels sont tellement ancrés dans le bon sens qu’il y a un manque de créativité pour penser à d’autres solutions plus efficaces pour résoudre les problèmes, les tensions et le non-respect des accords sociaux. Cependant, si l’on part du postulat de ceux qui défendent cet espace comme lieu de resocialisation, il convient de se demander : a-t-il rempli ses fonctions ?

L’éducation est l’un des fondements de ce processus de sauvetage. La loi sur les principes directeurs et les bases de l’éducation (LDB), dans son article 208, point I, établit qu’il est du devoir de l’État « d’assurer l’éducation de base obligatoire et gratuite, y compris son offre gratuite à tous ceux qui n’y ont pas accès. .à l’âge approprié ». La loi sur l’exécution des peines (LEP), en ses articles 17 et 18, dispose que « l’assistance éducative comprend l’instruction scolaire et la formation professionnelle du détenu et du détenu » et que « l’enseignement de 1O diplôme sera obligatoire, faisant partie du système scolaire de l’Unité fédérale ». On pourrait aussi rappeler l’article 21, qui prévoit « la création d’une bibliothèque, à l’usage de toutes les catégories de détenus, dotée d’ouvrages pédagogiques, récréatifs et éducatifs ». Mais revenons à la réalité du système carcéral.

Le Brésil a la troisième plus grande population carcérale au monde. Juste derrière les États-Unis et la Chine, il touche environ 750 000 personnes, considérant également qu’elles sont détenues en régime ouvert et dans les prisons de la police civile. En 2020, pour la première fois, il y a eu une réduction de la population carcérale : de 709 mille détenus à 682.1 mille [1]. Cependant, les données ne sont toujours pas encourageantes. La surpopulation carcérale dépasse de 54,9 % la capacité d’accueil – il y a 440 500 places – et le pourcentage de détenus provisoires s’élève à 31,9 % du total. Par conséquent, nous avons une proportion de 322 personnes en prison pour 100 000 habitants, alors que la moyenne mondiale est d’environ 144 pour 100 000.

La pandémie s’est ouverte en grand et a approfondi un scénario alarmant : les prisons brésiliennes étaient déjà confrontées à une épidémie de tuberculose lorsque la pandémie de covid-19 a éclaté. Et la situation n’a fait qu’empirer depuis. Des membres de la famille et des organisations de défense des droits humains ont systématiquement dénoncé les difficultés, voire l’absence totale, d’information sur les conditions de détention, étant donné que les visites étaient suspendues. Les informations du Mécanisme national de lutte contre la torture montrent les obstacles aux soins médicaux, même lorsque les détenus présentaient des symptômes liés au covid-19. Toujours selon les informations du Violence Monitor, environ 57 000 détenus ont été infectés par le covid-19, en plus de 20 000 agents du système pénitentiaire.

A partir de ce panorama important de la pandémie, on peut réfléchir à la précarité à laquelle sont exposées les personnes en situation carcérale. En se concentrant sur le débat éducatif que nous avons lancé, le scénario n’est pas encourageant : moins de 13% ont accès à l’éducation ; 8 % sont analphabètes ; 70 % n’ont pas terminé l’école primaire; et moins de 1% ont fait des études supérieures. Maintenant, si nous parlons d’un espace de resocialisation, car nous permettons aux gens de vivre sous l’expansion de la précarité de leur vie, car outre le manque d’accès à ce principe fondamental de resocialisation, il y a une série d’autres précarités imposées , tels que : surpopulation , épidémies de gale dans certaines prisons du pays, manque d’égouts et d’assainissement de base, etc. ? Comment parler de reconstruction de trajectoires, si des droits fondamentaux comme la dignité sont niés ?

Les services éducatifs du système pénitentiaire sont précaires et insuffisants, et une série de difficultés s’imposent dans la vie quotidienne des détenus, qui les empêchent de participer aux processus éducatifs. En d’autres termes, des mesures disciplinaires et de contrôle sont imposées en lien avec le principe de récupération et de resocialisation. Lorsque le droit d’accès à l’éducation est garanti, il s’exerce souvent de manière insuffisante ou avec un objectif limitatif, une éducation mécanisante, subordonnant davantage l’individu à une dynamique autoritaire. Or, suivant les prémisses de Freire, l’éducation implique la réflexion, réinterprète le rapport à la vie, développe la capacité critique et créative, c’est-à-dire qu’elle est une pratique de liberté.

L’éducation dans le système pénitentiaire devrait donc au moins constituer des voies correspondant aux besoins des personnes, non limitées à l’enseignement élémentaire et s’étendant à l’enseignement secondaire, technique et supérieur ; il devrait encourager l’inclusion en ce qui concerne l’accessibilité, la croyance, l’orientation sexuelle, ainsi que les désirs et les subjectivités des personnes incarcérées. L’éducation, dans les moules d’un régime qui se prononce resocialisant, doit opérer par ouverture de perspective, par réflexion critique sur la peine purgée et le rôle possible à remplir dans la société, pour le droit de transformation de cet individu, en soutenant les membres de la famille et le communauté, en soulignant, par conséquent, le sens de la réintégration, de l’acceptation et de la liberté.

:: Le gouvernement de Doria ne respecte pas le plan et ne vaccine que 6 % de la population carcérale ::

Ce que nous avons vu, cependant, c’est un espace qui, en plus de ne pas réduire la criminalité, produit la récidive, la précarité, l’isolement, l’exclusion et l’extermination, étant donné qu’une fois libérés, ces personnes affronteront la stigmatisation de la prison tout au long de leur vie. En ce sens, il est nécessaire de discuter de l’accès à l’éducation non seulement pour ceux qui sont « en dehors » des murs de la prison, mais en tant que droit constitutionnel à respecter et accessible à tous, sans discrimination. En outre, nous devons repenser le rôle des prisons dans notre société, en nous concentrant davantage sur les peines alternatives, sur la médiation des conflits par le droit civil, sur la dépénalisation des pratiques et actions humaines problématiques, voire et nécessairement sur l’expulsion.

Si éduquer est un moyen de libération, le refus d’accès à l’éducation dans les prisons ne fait qu’ouvrir son rôle : renforcement de la sécurité, élargissement de l’État pénal et de l’autoritarisme.


[1] Sondage publié par le Violence Monitor, un partenariat avec le G1 avec le Centre d’étude de la violence (USP) et le Forum brésilien sur la sécurité publique, sur la base de données officielles recueillies dans 26 États et le District fédéral.


Juliana Borges elle est consultante dans le domaine de la violence pour le projet Reconnection Periferias ; conseiller auprès de la Plateforme brésilienne de politique en matière de drogues et de l’Initiative noire pour une nouvelle politique en matière de drogues ; et consultant au Centre d’adaptation, de surveillance et de lutte contre la violence de l’OAB (SP). auteur de livres Incarcération de masse (2019) et prisons : miroirs de nous (2020).

Vous pourriez également aimer...