Le Venezuela

L'Europe et la deuxième vague de covid-19: relâchement ou manque de contrôle?

L'Europe fait actuellement face à une deuxième vague d'infections au COVID-19 qui a surmonté les attaques que l'arrivée de la pandémie en janvier 2020 a provoquées sur ce continent pendant trois mois et qui a connu son plus haut pic en mars, avril et mai.

Ce nombre croissant d'infections a sonné l'alarme dans le monde sur les dangers de ce virus qui, après deux mois de chute des infections, semblait être en vue d'une maîtrise de la pandémie, ce qui a cédé la place à une série de flexibilités dans les mesures adoptées. pour diminuer les cas.

Mais le rebond qui a triplé le nombre de cas quotidiens enregistrés au plus fort de la première vague, a conduit à la reprise des mesures fortes de confinement et de distanciation sociale qu'ils croyaient surmontées.

Tout ce scénario a éveillé l'intérêt d'autres nations, qui cherchent à percevoir ce qui se cache derrière cette deuxième vague d'infections dont l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a tant mis en garde.

Utiliser le masque

Après avoir atteint la réduction des cas à presque zéro qui a permis le manque de raffinement, en Europe le phénomène des protestations contre l'utilisation des masques est apparu. Ce mouvement «anti-masques» a mené de nombreuses concentrations et développé une campagne contre l'utilisation de cet instrument, indiqué par l'OMS, comme l'un des outils les plus importants pour prévenir la propagation du virus.

Déjà en février, le directeur général du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, George Gao, avait mis en garde contre «l'erreur» qu'ils commettaient sur le vieux continent en ne rendant pas le masque obligatoire.

«La grande erreur aux États-Unis et en Europe, à mon avis, est que les gens ne portent pas de masques. Ce virus se transmet par gouttes et par contact étroit », a déclaré Gao dans une interview à la revue Science.

Malgré cet avertissement du médecin qui serait l'architecte de la maîtrise de la pandémie en Chine, l'assouplissement des mesures adoptées par l'Europe a fait abandonner les mécanismes de défense de base contre le virus tels que l'utilisation de masques et la distanciation sociale. .

Politisation de la pandémie

Dans le climat croissant de tension politique qui émerge dans le monde, l'Europe a été au centre de ces controverses où la pandémie a été utilisée avec des objectifs partisans clairs, le cas de l'Espagne étant celui qui a le plus de résonance sur le vieux continent.

Dans la nation ibérique, des secteurs de l'extrême droite du parti VOX ont critiqué les mesures de confinement et de restriction adoptées par le gouvernement de coalition de gauche dirigé par Pedro Sánchez, arguant que l'économie doit être réactivée.

Selon Ignacio López-Goñi, professeur de microbiologie, Université de Navarre et Juan Ignacio Pérez Iglesias, professeur de physiologie, Université du Pays basque, dans un entretien avec The Conversation et publié par AS, ce manque de consensus de la part des acteurs politiques Elle a provoqué un manque de crédibilité et de méfiance au sein de la population, auxquels s'ajoute le manque de coordination qui s'est manifesté entre le gouvernement espagnol et les régions autonomes avec les chefs de l'opposition.

Mais ce manque de coordination ne se limite pas seulement à la partie interne des nations, mais inclut l'Union européenne qui n'a pas eu de stratégie commune pour lutter contre la pandémie, malgré l'interconnexion qui existe entre ces pays et leurs économies, qui est ils se manifestent par une grande mobilité de la population.

Manque de suivi et de surveillance

L'OMS a souligné l'importance de détecter les infections, y compris celles qui ne présentent pas de symptômes. Cette technique a été appliquée avec succès dans les pays asiatiques, où un dépistage de masse a été effectué dans les zones où un cas a été détecté ou comme en Corée du Sud et en Chine, où un dépistage massif a été effectué dans la plupart des pays. la population des zones très peuplées.

Selon les experts, il s'agit là d'un autre des échecs des pays européens, où la politique de lutte contre la pandémie s'est principalement orientée vers des mesures de confinement lors de la première vague et après les mesures d'assouplissement, aucune action n'a été menée. suivi et surveillance des éclosions éventuelles.

«Cela ne fait jamais de mal de dire que pour contrôler la pandémie, il faut une détection précoce des cas. Malheureusement, cela n’a pas été fait dans de nombreux endroits en Espagne. Mais à cela, il faut ajouter une armée de pisteurs en coordination avec les soins primaires », a indiqué le médecin espagnol Fernando García López, dans une interview publiée par le portail 65 y más.

Préparez-vous pour une troisième vague

Bien qu'elle établisse une nouvelle baisse du nombre d'infections à la suite du rétablissement des mesures de confinement et des restrictions, l'OMS met en garde contre une éventuelle troisième vague si l'Europe commet les "erreurs" qui ont conduit à la deuxième, où combinaison d'un assouplissement excessif avec l'abandon d'un grand nombre de la population des mesures de protection individuelle et d'un manque de contrôle gouvernemental pour garantir le respect des mesures et promouvoir une campagne de détection de nouveaux cas.

«Après avoir réussi à contrôler la première vague, ils n'ont pas réussi cet été à construire l'infrastructure nécessaire. Nous sommes maintenant dans la deuxième vague et, s'ils ne le font pas, nous en aurons une troisième au début de l'année ", a déclaré David Nabarro, envoyé spécial de l'OMS pour le covid-19 dans des déclarations faites le 22 novembre, cité par le portail. American Business Insider.

Les erreurs commises par les gouvernements du vieux continent, ajoutées aux mises en garde de l'OMS, devraient servir d'exemple pour l'Amérique latine qui, à l'exception du Brésil et de la Colombie, fait face à une baisse du nombre d'infections et commence à promouvoir la flexibilité des mesures, qui sera mis en pratique au mois de décembre, saison où les festivités de décembre sont généralement célébrées, ce qui se traduit par une augmentation des rassemblements sociaux, de l'activité commerciale et une augmentation des voyageurs internes et externes.

Vous pourriez également aimer...